Déc 26 2011

40 ans pour venir à bout de Fukushima?!

C’est le temps qu’il faudra pour mettre définitivement hors service les réacteurs de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima-Daiichi, au Japon.Créé le 22-12-2011 par Sciences et Avenir

Il faudra 40 ans pour venir à bout des trois réacteurs endommagés de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi. C’est la durée annoncée par le gouvernement japonais, qui avait auparavant misé sur une période de 30 ans pour mettre officiellement « hors service » les trois réacteurs. Leur combustible a en partie fondu lorsque les systèmes de refroidissement ont été cassés par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011.
Les trois réacteurs sont désormais dans un « état d’arrêt à froid », a indiqué le premier ministre japonais la semaine dernière. Ce qui signifie que la température des fluides dans les réacteurs demeure en dessous du point d’ébullition mais on est loin de la situation habituelle d’un arrêt à froid qui permet de sortir les barres de combustibles d’un réacteur.Dans le cas de Fukushima-Daiichi, il faut encore imaginer et fabriquer les robots qui vont opérer sur les réacteurs.

Décroissance radioactive

Pour commencer il faut enlever les barres qui se trouvent dans les piscines d’entreposage sans jamais qu’elles se retrouvent à l’air libre – sinon la température peut très brutalement remonter. C’est tout le problème de la chaleur résiduelle des combustibles nucléaires. Même lorsque le réacteur est arrêté, la décroissance des produits issus de la fission continue à dégager une très forte chaleur. Dans des conditions normales d’opération, le combustible sorti du cœur à l’arrêt ne doit jamais se retrouver hors d’eau, «dénoyé» en langage technique.
D’après le nouveau calendrier, les piscines d’entreposage seront vidées de leur combustible dans les deux prochaines années. Viendra ensuite le tour des réacteurs : les débarrasser du combustible prendra 25 ans. 5 à 10 ans seront encore nécessaires pour achever la mise hors d’état des réacteurs.

Sciences et Avenir.fr
22/12/11

Par Sciences et Avenir

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*