«

»

Fév 04 2015

Accident nucléaire: en Europe, à chacun sa vision de l’urgence

MumEftDe Sofia à Paris en passant par Bucarest, les plans d’urgence des pays européens en cas d’accident nucléaire diffèrent considérablement. La majorité d’entre eux ont organisé une distribution préventive de comprimés d’iode aux populations riveraines des centrales. Ces médicaments ne protègent pas de toutes les radiations mais, pris rapidement, permettent d’éviter des cancers de la thyroïde. Les périmètres de distribution autour des centrales sont toutefois très différents d’un pays à l’autre: de 5 km de rayon en Finlande, à 50 km en Suisse. le jeudi Lu 04 02 15

Entre les deux, les Pays-Bas et la France prévoient une distribution préventive aux riverains dans un rayon de 10 km, la Suède de 12 à 15 km, la République tchèque dans des rayons de 13 ou 20 km, la Belgique et la Slovaquie dans un rayon de 20 km. Aux Pays-Bas, les comprimés sont désormais envoyés directement à domicile, face au constat que peu de gens les retirent en pharmacie. En France, ils sont dans la plupart des cas à retirer chez le pharmacien.

Parmi les pays qui n’ont pas de réacteurs, le Luxembourg, qui est proche de la centrale française de Cattenom, en prépare la distribution préventive à ses 550.000 habitants.

En Autriche, chaque établissement scolaire et chaque jardin d’enfant est tenu de disposer des doses nécessaires.

Si les riverains des centrales allemandes n’ont pas d’iode chez eux, des stocks sont en revanche prévus dans les mairies ou pharmacies pour toutes les personnes vivant dans un rayon de 10 km autour des centrales. Dans un rayon de 25 km, pharmacies et mairies doivent avoir des stocks pour la population âgée de moins de 45 ans et pour les moins de 18 ans dans un rayon de 100 km. Mais ces règles sont en cours de réévaluation.

– Périmètres d’évacuation –

En France, au-delà de la distribution préventive, chaque département dispose d’un stock correspondant quasiment à sa population à distribuer en cas d’accident si nécessaire. Quant à l’évacuation, elle est plus ou moins préparée d’un pays à l’autre.

Certains pays comme la Roumanie ou la Bulgarie n’ont pas de périmètre prédéfini. D’autres envisagent deux périmètres d’évacuation entre lesquels choisir en fonction de la gravité d’un accident nucléaire. C’est le cas de la France (2 ou 5 km de rayon autour d’une centrale) et de l’Allemagne (2 ou 10 km). En dehors des pays qui n’ont pas de périmètre prédéfini, les plus petits plans d’évacuation se trouvent au Royaume-Uni: entre 1 et 3,5 km selon les centrales. Les plus grands (20 km) concernent la République tchèque et la Slovaquie. En Suisse, les périmètres d’évacuation sont en cours de révision, de 3 à 5 km de rayon actuellement à 20 km. La Slovénie prévoit une liste des villes et villages à évacuer à une distance de 10 à 16 km de la centrale.

Des « mises à l’abri » à l’endroit où les gens se trouvent sont aussi prévues en cas d’émissions radioactives passagères dans des périmètres plus larges.

http://www.jeudi.lu/accident-nucleaire-en-europe-chacun-sa-vision-de-lurgence/