Angleterre: les intempéries déclenchent un incident et l’évacuation du site de Sellafield

Les intempéries frappant actuellement le Nord du Royaume-Uni semblent avoir provoqué l’arrêt inopiné suivi de l’évacuation de l’ensemble des installations nucléaires exploitées par Cumbria sur le site de Sellafield, au Nord-Est de l’Angleterre. Gen4 22 mars 2013

Sellafield…on dirait La Hague

Sellafield: plus de réacteurs mais de nombreuses installations nucléaires de traitement et de stockage de combustible

Les célèbres “piles” de Windscale / Sellafield ayant causé l’accident majeur de 1957 sont arrêtées depuis cette date mais le site situé sur la côte de la mer d’Irlande, près de la frontière Ecossaise, abrite toujours plusieurs installations nucléaires de base dont la plupart sont liées à la filière de fabrication et de retraitement du combustible alimentant les réacteurs anglais et également quelques unités électronucléaires Japonaises.

Il semble que l’un des exploitant du site, la société Cumbria 1, ait déclaré ce midi un incident lié aux conditions météorologiques auprès de la commission de régulation nucléaire du Royaume-Uni avant de procéder à l’arrêt des installations concernées par l’incident et à l’évacuation du personnel travaillant sur le site ; l’exploitant indique toutefois qu’il n’y aurait pas de conséquences radiologiques ou environnementales à cet incident, tout au moins à l’heure où l’incident a été reporté.

Des chutes de neige importantes et des inondations

Le site nucléaire semble avoir été impacté par des chutes de neige importantes ayant partiellement affecté les accès et la circulation des véhicules ; des inondations et des vents forts seraient également reportées actuellement dans le Nord et L’Ouest du Royaume-Uni.

10.000 travailleurs évacués : une première à Sellafield

Le site de Windscale / Sellafield emploie environ 10.000 personnes et d’après un riverain des installations, il s’agirait de la première alerte de ce type ayant entrainé l’évacuation totale du site. Selon l’exploitant, il s’agirait principalement de permettre aux personnels de rentrer chez eux en toute sécurité, avant la tombée de la nuit ou une aggravation des conditions météo.

L’accident de 1957

Le lundi 7 octobre 1957, le réacteur Plutogène 2 n°. 1 provoquait un accident majeur (niveau 5 INES) avec rejet d’une quantité énorme de radionucléides dans l’atmosphère 3 ; les populations environnantes n’ont été prévenues de l’accident que plusieurs jours après sa survenue et les premières mesures de radioprotection n’ont été décidées que le samedi 12 octobre 1957 soit près d’une centaine d’heures après la dissémination de l’Iode-131 et la désintégration d’environ 25% de ce radionucléide.

De très nombreux incidents ultérieurs

A la suite de cet accident, plusieurs autres évènements radiologiques ont été constatés à Sellafield / Windscale notamment le 19 avril 2005, date où un accident de criticité aurait pu se produire au niveau d’une fuite de matières radioactives (dont 200 kg de Plutonium !) ; ladite fuite n’avait alors été détectée que très tardivement par l’exploitant. L’incident avait été classé au niveau 3 INES.

http://gen4.fr/2013/03/uk-sellafield-les-intemperies-declenchent-un-incident-et-levacuation-du-site.html

Voir aussi

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sellafield

Et aussi: toute correspondance avec la Hague serait fortuite  🙁

Episode neigeux sur le Cotentin : le centre de retraitement AREVA particulièrement  vulnérable

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.