«

»

Sep 08 2013

Le chantier EPR suspendu pour une vanne montée à l’envers

Une partie des activités du chantier du réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville, dans la Manche, est à l’arrêt après qu’une vanne d’un circuit de sécurité a été montée à l’envers.  Ouest France Jean-Yves Desfoux jeudi 05 septembre 2013

NON  l’EPR ne doit JAMAIS DEMARRER !

Le 2 juillet, Areva a déclaré au gendarme du nucléaire qu’une « vanne (avait été) montée à l’envers. Ce qui devait être à gauche était à droite, ce qui devait être à droite était à gauche », a indiqué le directeur de l’Autorité de sûreté nucléaire de Caen Simon Huffeteau. La position du moteur de la vanne était ainsi erronée, a confirmé M. Huffeteau.

Cette vanne, « un équipement qui fait environ deux mètres de long sur un petit mètre de large en terme d’encombrement général » se trouve sur un circuit « de sauvegarde qui est utilisé en situation accidentelle par exemple », a aussi précisé M. Huffeteau.

Absence d’« une personne compétente en tuyauterie »

L’absence « d’une personne compétente en tuyauterie » au moment du montage de la vanne est l’une des causes du problème, a confirmé l’ASN. Areva, qui monte cette pièce sur le chantier à Flamanville, avait de lui-même suspendu la fabrication de cette vanne, mais l’ASN lui a demandé d’arrêter d’autres activités de montage d’équipements similaires, jusqu’à ce qu’un point satisfaisant sur leur organisation en général soit fourni à l’ASN.

L’ASN souhaite une analyse globale de l’organisation

« Nous avons dit à Areva : Vous avez déclaré une vanne montée à l’envers. Vous allez la remettre dans le bon sens, très bien, mais nous, ça ne nous suffit pas. Ce qu’on veut, c’est une analyse qui soit globale sur l’organisation plus générale », avant de donner tout « feu vert » à la reprise, a poursuivi M. Huffeteau.

« Il n’y a pas que les activités de montage de la vanne qui sont à l’arrêt. Toutes les activités de montage de tuyauteries semblables sont à l’arrêt… Mais si vous allez sur le chantier vous verrez qu’il y a encore de l’activité », a-t-il ajouté sans donner plus de précisions.

Le directeur de l’ASN à Caen ne savait pas combien de personnes se trouvaient en conséquence au chômage technique. Le gendarme n’a pas donné de délai à Areva.

L EPR le réacteur le plus dangereux du monde

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*