«

»

Fév 06 2012

De hauts niveaux de césium radioactif détectés dans des vers à 20 km de la centrale de Fukushima

Du césium radioactif  à raison de  20.000 becquerels par kilogramme a été trouvé dans des vers à 20 kilomètres  Fukushima n ° 1 . Information transmise par Janick Magne qui vit au Japon. Pour elle, la chaîne alimentaire serait  gravement touchée…

(Mainichi au Japon) 6 de Février, 2012. Du césium a été détecté par une équipe comprenant Motohiro Hasegawa, chercheur en chef dans la zoologie du sol forestier au Japon et les produits Forest Research Institute. Les vers sont une source de nourriture pour de nombreux animaux sauvages, et il est à craindre que les rayonnements pourraient progressivement s’accumuler dans le corps des animaux tout au long de la chaîne alimentaire.

Les conclusions de l’équipe de recherche seront annoncés lors d’une réunion de l’Ecological Society of Japan, pour commencer dans la ville de la préfecture de Shiga Otsu en Mars .

Les chercheurs ont déterré entre 40 et 100 vers dans les forêts nationales dans le village de la préfecture de Fukushima Kawauchi, inclus en partie dans la zone d’exclusion autour de la centrale nucléaire, le village de Otama, situé à 60 kilomètres de l’usine, et la ville de Tadami, environ 150 kilomètres de l’usine, entre la fin Août et la fin de Septembre l’année dernière.

Les vers de Kawauchi ont enregistré 20.000 becquerels par kilogramme de rayonnement. En Otama le niveau était d’environ 1000 becquerels par kilogramme, tandis que dans Tadami 290 becquerels par kilogramme ont été enregistrés.

La dose de rayonnement en suspension dans l’air Kawauchi, au moment de l’enquête était de 3,11 microsieverts par heure, tandis que dans Otama, il était de 0,33 microsieverts par heure, et dans Tadami il était de 0,12 microsieverts par heure. Les chiffres montrent concentration en césium radioactif était plus élevée dans les zones où l’air dosé de rayonnement était le plus élevé.

Dans les enquêtes menées par l’Agence des forêts entre Août et Septembre l’année dernière, la radioactivité de 1,38 million de becquerels par mètre carré de sol a été mesurée dans Kawauchi, comparativement à entre environ 80.000 et 120.000 becquerels dans Otama et 20.000 becquerels dans Tadami.

Une grande partie des substances radioactives rejetées par l’usine de la catastrophe nucléaire reste sur les feuilles tombées. On pense que les vers ont ingéré la matière organique formé par la décomposition de ces feuilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*