Avr 12 2012

De l’iode radioactif provenant de Fukushima dans les algues et le lait aux Etats-Unis

Fukushima : un an après. De l’iode radioactif a été détecté dans des algues au large de la côte Ouest des Etats-Unis (« à des taux significatifs »), conséquence du tsunami de la catastrophe nucléaire de Fukushima qui ont frappé le Japon en mars 2011, révèle une étude américaine.

Au début du mois d’avril 2012, un taux d’iode radioactif 4 385 fois supérieur à la « norme légale » avait été relevé dans l’eau de mer prélevée à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima.

Il était déjà acquis que de l’iode radioactif 131, transporté dans l’atmosphère, avait traversé le Pacifique dans les jours qui avaient suivi la catastrophe du 11 mars 2011. Mais des biologistes marins de l’université de Californie à Long Beach (CSULB) ont également découvert cet élément radioactif dans des algues marines –« une des plantes qui accumulent le plus d’iode »– un mois après l’accident.

Mais des traces d’iode radioactif ont également été détectées dans le lait dans l’Etat de Washington (Ouest des E.-U.) ont annoncé conjointement l’Agence américaine pour la protection de l’environnement et l’Administration fédérale pour l’alimentation et les médicaments (FDA).

Hélène Zanier

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*