«

»

Fév 12 2012

De retour de Fukushima, Yves Dauge veut " un débat "

Ça donne une ambiance de fin du monde… J’ai ressenti vraiment une très forte émotion, ça m’a bouleversé. Du 15 au 19 janvier derniers, Yves Dauge s’est rendu au Japon avec d’autres élus français (voisins pour la plupart de sites nucléaires). L’adjoint au maire chinonais a visité des villages, qui ont dû être évacués, ainsi que des logements provisoires accueillant la population déplacée ; il a rencontré de nombreux élus de la région de Fukushima, des maires qui se sentaient pour beaucoup« abandonnés ».

L’ancien sénateur chinonais, s’est rendu à Fukushima. “ Bouleversé ” par ce voyage, Yves Dauge demande un débat national sur la politique énergétique.  La Nouvelle République 12/02/2012 

Yves Dauge entouré par une partie de la délégation dans un village qui a dû être évacué après le drame de Fukushima.

Yves Dauge entouré par une partie de la délégation dans un village qui a dû être évacué après le drame de Fukushima.

«  La place du nucléaire devra être réduite  »

« Nous voulions voir comment les choses étaient vécues par les habitants des territoires, nous ne nous sommes pas penchés sur le fonctionnement de la centrale », précise l’élu chinonais, qui n’a de toute façon pas pu pénétrer dans « la zone d’exclusion » d’un rayon de 20 km autour des réacteurs nucléaires endommagés. Yves Dauge a tout de même pu « toucher du doigt » les problèmes liés à la contamination,« un danger invisible », souligne-t-il. « Nous sommes, par exemple, allés dans un collège où ils essaient de décontaminer la cour : ils enlèvent le sol sur 5 centimètres de profondeur et mettent la terre polluée par du césium 134 et 137 sous de grandes bâches en bordure de terrain Mais ils ne savent pas où stocker tout ça », décrit l’adjoint au maire chinonais. Ce voyage semble avoir renforcé les convictions de l’ancien sénateur. Dépassant les clivages pro, antinucléaire, Yves Dauge estime qu’il est « plus que jamais temps d’organiser un grand débat national sur les énergies. » 

Il poursuit : « la place du nucléaire devra être réduite, c’est évident, qu’on le veuille ou pas.

On ne construira plus de nouvelles centrales, cela semble complètement exclu. »

Cette « interrogation sur la politique énergétique », Yves Dauge estime la partager avec une part grandissante de l’opinion.

Il aimerait « un scénario plus ouvert », et que les « pouvoirs publics et les grands acteurs de la filière comme EDF soient porteurs d’une aventure aussi exceptionnelle que le nucléaire, pour une autre histoire énergétique. »

Voir également: A Fukushima, des maires français face à “l’ennemi invisible” 

Voir aussi: Eva Joly invite François Hollande à voir Fukushima

Et encore: La Parisienne Libérée réunit Hollande et Eva Joly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*