«

»

Déc 26 2011

Des mères s'élèvent contre l'énergie nucléaire au Japon

L’industrie nucléaire japonaise, qui a toujours ignoré toute opposition, voit maintenant son existence menacée par des femmes manifestant leur colère face à l’opacité officielle concernant la radioactivité de la centrale de Fukushima.

Par Suvendrini Kakuchi, 22 décembre 2011

 »Les mères sont au premier plan de divers mouvements populaires qui travaillent main dans la main pour stopper le fonctionnement de toutes les centrales nucléaires au Japon à partir de 2012, » a déclaré à IPS (Inter Press Service) Aileen Miyoko Smith, à la tête de Green Action, une organisation non-gouvernementale qui fait la promotion d’énergies renouvelables.
Plus de 100 manifestants anti-nucléaires, pour la plupart des femmes, ont rencontré cette semaine des responsables de la commission de sécurité nucléaire et ont transmis une déclaration appelant à une enquête transparente sur l’accident et un arrêt permanent de toutes les centrales nucléaires.
A l’heure actuelle six centrales nucléaires sont fermées sur les 56 qui se trouvent au Japon, certaines pour des tests de résistance après que l’accident de Fukushima ait montré de sérieuses failles dans les précautions de sécurité de l’industrie nucléaire.
Plus de 150.000 personnes restent incapables de rentrer chez eux à cause de hauts niveaux de radioactivité dans le voisinage de Fukushima. Il y a maintenant la preuve que la contamination s’est étendue au riz et aux légumes cultivés dans les régions agricoles voisines et qu’on en trouve dans les aliments pour bébés dans les rayons des supermarchés.

Les autorités japonaises ont annoncé la semaine dernière que le complexe de Fukushima Daiichi a été ramené à un état d’arrêt à froid.
 »La première étape pour contrôler le terrible accident est réalisée. Le gouvernement suivra une feuille de route qui rendra Fukushima inoffensive d’ici 30 à 40 ans, » a déclaré Goshi Hosono, ministre d’état chargé de la politique et de l’administration du nucléaire.
Il a expliqué à la presse que l’activité nucléaire a cessé maintenant dans les réacteurs.

Les entreprises d’électricité et les officiels du gouvernement ont également promis de renforcer strictement les règles de sécurité et d’assurer la transparence.
Aileen Smith considère les dernières annonces comme un avertissement.  »Nous intensifions notre activisme pour être sûr que le gouvernement et les industries électriques, aujourd’hui pressés de créer une impression de sécurité, ne remettent en service des centrales nucléaires, » a-t-elle dit.
En effet, des groupes de femmes, bravant la froidure de l’hiver, ont installé des tentes la semaine dernière pour une nouvelle campagne de sit-in devant le ministère des affaires économiques.
Les femmes ont promis de continuer leur manifestation pendant 10 mois et 10 jours, considéré traditionnellement au Japon comme le terme d’une grossesse (compté en mois lunaires).
 »Nos manifestations visent à apporter une renaissance de la société japonaise, » dit Chieko Shina, une participante et grand-mère à Fukushima.  »Il y a besoin de changer la manière dont les autorités ont fait fonctionner le pays en mettant la croissance économique devant la protection de nos vies. »
Des experts considèrent les manifestations en cours comme une étape importante dans les mouvements sociaux naissants longtemps cantonnés à la prospérité d’une société travailleuse forcenée qui promeut les réalisations et la réussite.
 »Les manifestations actuelles symbolisent la détermination de gens ordinaires qui ne veulent pas d’énergie nucléaire parce que c’est dangereux. Il y a aussi un message fort concernant le fait que nous ne faisons plus confiance au gouvernement, » a dit Takanobu Kobayashi, qui gère le réseau Matsudo des mouvements citoyens.
La méfiance provient d’abord du fait que la fusion des réacteurs de Fukushima n’a pas été annoncé au public immédiatement, entraînant d’énormes risques de santé aux populations locales par les fuites radioactives.
Les sites internet ont enregistré des centaines de milliers de commentaires de la part de gens exprimant leur incrédulité face aux assurances données par le gouvernement ou les responsables de TEPCO, opérateur de la centrale de Fukushima, sur la sécurité nucléaire.
L’accident a également brisé le mythe de la sécurité des centrales nucléaires maintenu pendant des dizaines d’années par les autorités pour gagner le soutien du public quand le pays s’est embarqué dans des programmes massifs d’énergie nucléaire.
Face à la colère du public, le gouvernement et TEPCO ont reconnu une mauvaise gestion et ont promis des réformes majeures.
Le Pr Hideo Nakazawa, sociologue à l’université Chuo, décrit les manifestations actuelles comme non seulement un étalage du ressentiment contre les autorités mais aussi l’utilisation même de l’énergie nucléaire.
 »Les manifestations ont atteint les villes, mettant les questions nucléaires à l’avant-garde des mouvements du Japon, » a-t-il déclaré à IPS. Il a ajouté que le manque d’implication des partis politiques dans le mouvement anti-nucléaire contraste avec le vieux schéma d’une forte tendance gauchiste.
Le fait que ce soit des femmes qui dirigent des mouvements civiques est également tout à fait nouveau. Les mères ont dirigé les manifestations, de nombreuses parmi elles pour la première fois, afin de gagner sympathie et soutien à leur campagne pour la prévention du danger d’irradiations des enfants.
 »Les mouvements civiques au Japon sont presque toujours restés en marge en raison du peu de soutien de la société. Ces barrières sont en cours de destruction aujourd’hui, » a expliqué Nakazawa.
La parlementaire Mizuho Fukushima, l’une des femmes politiques japonaises et participante active dans les manifestations anti-nucléaires, a dit à IPS que les manifestations contre l’énergie nucléaire ne sont pas prêtes de s’arrêter.
 »Obliger à des changements pour stopper l’énergie nucléaire au Japon est tout à fait réalisable, » a dit Fukushima, présidente depuis 2003 du parti social démocrate japonais.

http://www.commondreams.org/headline/2011/12/22-1

Merci au Bistrobar blog pour cette information

http://bistrobarblog.blogspot.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*