«

»

Jan 13 2016

EDF: au plus bas, les coûts du nucléaire inquiètent.

En baisse de 4,4% à moins de 12 euros, l’action EDF tenait ce midi la tête des plus fortes baisses de l’indice SBF 120, puisqu’elle ne fait plus partie du CAC 40. Il s’agit aussi d’un nouveau plus bas historique pour ce titre introduit en Bourse, fin 2005, à 32 euros. En Bourse, l’action du groupe électro-nucléaire plie après un rapport majorant encore le coût du projet Cigéo. Cercle Finance le

En effet, hier soir, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a fait le point hier sur Cigéo, qui vise à enfouir profondément des déchets nucléaires très radioactifs sur le site de Bure, dans la Meuse. Après une longue phase d’études, et si les autorisations nécessaires sont délivrées, Cigéo devrait être construit à compter de 2020. EDF (surtout), le CEA et Areva en assureront le financement.

Refaisant ses comptes, l’Andra a estimé hier que le coût de Cigéo pourrait atteindre sinon dépasser les 30 milliards d’euros, soit plus du double de ce qui était envisagé au début du projet, voilà une douzaine d’années. Ce chiffre est aussi supérieur à la dernière estimation en date, qui était de l’ordre de 16 milliards d’euros, et à celles d’EDF et d’Areva, proches de 20 milliards.

Ce que constate Bryan Garnier ce matin : ‘l’estimation de l’Andra dépasse clairement celles des opérateurs nucléaires’ (EDF et Areva), indique une note de recherche, ‘ce qui met de nouveau sous pression les bilans d’EDF, d’Areva, et leurs cash-flows futurs’.

Est-ce à dire que le prix hexagonal de l’électricité, déjà orienté à la hausse, va exploser ? A priori non. “La Cour des comptes a estimé que le coût du stockage est de l’ordre de 1 à 2 % du coût total de production d’électricité sur l’ensemble de la durée de fonctionnement d’un réacteur”, rappelle l’Andra. En revanche, que ce taux soit de 1% ou 2% impactera sensiblement EDF.

Rappelons par ailleurs qu’EDF est engagé dans le dossier très politique de la reprise d’Areva NP, l’une des grandes divisions de l’équipementier nucléaire éponyme en difficulté. Sans oublier un programme d’investissements dans des réacteurs de nouvelle génération EPR qui nécessitera de mobiliser d’importants capitaux, alors que le marché électrique européen reste profondément déstabilisé.

EG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*