EPR de Flamanville : « Le chantier n’a plus de sens, il faut arrêter les frais »

Yannick Rousselet, de Greenpeace France, a réagi alors que les experts de l’Autorité de sûreté nucléaire préconisent de nouvelles réparations sur le chantier du réacteur nucléaire de troisième génération.

Le chantier de l\'EPR de Flamanville (Manche).
Le chantier de l’EPR de Flamanville (Manche). (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

avec France Bleu Cotentin franceinfo le 11/04/2019

« Ces réparations des soudures vont amener à prendre des risques », a poursuivi Yannick Rousselet. « EDF n’a pas caché le fait que ces opérations endommagent le réacteur avec des conséquences sur la sûreté. Ce projet a déjà coûté horriblement cher. » Les experts de l’ASN ne peuvent que rendre des avis sur le sujet. C’est l’Autorité de sûreté nucléaire qui tranchera d’ici l’été mais le rapport conforte l’hypothèse d’un report du démarrage de l’EPR.

Déjà sept ans de retard

Pour rappel, l’EPR de Flamanville devait – au départ – démarrer en 2012. Depuis, son coût a plus que triplé. La facture pourrait encore s’alourdir confirme jeudi soir EDF dans un communiqué.

Selon Yannick Rousselet, les conclusions des experts repoussent forcément le démarrage de l’EPR : « Rien que les études et les validations, c’est un an ou un an et demi puis les travaux entre un an et un an et demi. Un démarrage en 2021 ou 2022, c’est le chiffre que tout le monde a en tête maintenant. En tous cas c’est celui qu’on entend dans les couloirs de l’ASN », a conclu Yannick Rousselet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.