«

»

Sep 03 2015

EPR de Flamanville : nouveau retard et facture en hausse

 

Décidée à préserver coûte que coûte le projet de Flamanville, l’entreprise publique s’apprête à dévoiler un nouveau retard du chantier. Le démarrage n’interviendra pas avant 2018, ce qui fera encore grimper la facture. Le Figaro
leblogdejeudi: Sans attendre les résultats de l’expertise de la cuve pour laquelle l’ASN a des « doutes sérieux » quant à la fiabilité, nos grands communicants prennent les devants et font comme de rien n’était, à part une simple révision du planning et du prix. De qui se moque t on ???

Jeudi matin, Jean-Bernard Lévy, le président d’EDF, doit dévoiler une revue de projet complète relative à la construction de l’EPR de Flamanville (Manche). Selon nos informations, le dirigeant a choisi une nouvelle organisation pour le chantier du prototype du réacteur nucléaire de nouvelle génération construit actuellement par l’électricien tricolore.

Malgré les controverses et une série de déboires industriels, le groupe a décidé de tout mettre en œuvre pour mener à bien un projet crucial pour l’avenir de la filière nucléaire française puisque l’EPR est son fer de lance à l’export.

Dans le cadre des grandes orientations communiquées jeudi, Flamanville 3 va subir un nouveau glissement chronologique: le démarrage du réacteur ne devrait pas intervenir avant 2018. Les répercussions sur les coûts seront importantes: la facture finale dépassera les 10 milliards d’euros.

http://www.lefigaro.fr/societes/2015/09/02/20005-20150902ARTFIG00339-edf-lance-son-operation-verite-sur-l-epr-de-flamanville.php

Trois anomalies techniques

Le nouveau retard est notamment la conséquence de trois anomalies techniques révélées ces derniers mois.

Concernant l’anomalie pointée par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dans la composition de l’acier du couvercle et du fond de la cuve, EDF et Areva ont lancé un nouveau programme d’essais pour démontrer leur résistance. Ils s’achèveront au premier semestre 2016, a déclaré M. Ursat, assurant avoir déjà assez d’éléments pour être confiant.

Le remplacement pur et simple de la cuve ne fait pas partie des hypothèses sur lesquelles on travaille, a affirmé M. Piquemal.

Quant aux difficultés de fonctionnement sur les soupapes de sûreté, elles provenaient des conditions de réalisation des essais et non des soupapes elles-mêmes, a expliqué M. Ursat, évoquant de nouveaux tests dans les mois à venir.

Concernant les défauts sur quatre des vingt-quatre soudures du circuit primaire du réacteur, deux ont été réparées, les autres sont en cours de traitement, a expliqué M. Ursat.

Source AFP

http://www.romandie.com/news/EDF-repousse-le-demarrage-de-lEPR-de-Flamanville-a-fin-2018/626873.rom

 

EPR: cuve et soupapes

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2015/06/epr-soupapes-et-cuve.html

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*