EPR Finlande: problème de sécurité découvert dans le réacteur d’Areva avant la mise en route

DOSSIER PHOTO: Le logo du groupe nucléaire Orano est visible sur un site de centrale nucléaire dans le Tricastin, en France, le 10 septembre 2018. REUTERS / Jean-P
DOSSIER PHOTO: Le logo du groupe nucléaire Orano est visible sur un site de centrale nucléaire dans le Tricastin, en France, le 10 septembre 2018. REUTERS / Jean-P

Par Lefteris Karagiannopoulos

L’organisme de réglementation nucléaire finlandais a identifié un problème de sécurité à Olkiluoto 3, un réacteur de 1,6 gigawatt construit par le français Areva, désormais renommé Orano, et le problème doit être résolu avant que l’unité puisse obtenir un permis d’exploitation, le régulateur a déclaré à Reuters. Le réacteur devrait commencer à produire de l’électricité en janvier de l’année prochaine, après une décennie de retard. Vendredi 22 février 2019 OSLO (Reuters)

Un problème de vibrations et un manque de supports: tiens tiens … et à Flamanville c’est comment?

Une partie du pressuriseur, un composant principal du réacteur, vibre à des niveaux dépassant les limites de sécurité, a déclaré Pekka Valikangas, responsable de la réglementation des réacteurs nucléaires pour le régulateur, dans la perspective d’une importante évaluation qui doit être publiée lundi.

« Les résultats du test montrent que ces vibrations ne sont pas approuvées », a déclaré Valikangas lors d’un entretien.

L’évaluation de la sûreté réalisée par STUK, l’autorité finlandaise chargée de la sûreté nucléaire et des radiations, est un rapport clé qui influera sur la décision du gouvernement d’octroyer un permis d’exploitation à Olkiluoto 3.

« Cela doit être réglé avant que le ministère ne décide du permis », a déclaré Valikangas, ajoutant que le régulateur proposerait deux solutions. Le propriétaire du réacteur, le consortium finlandais TVO, et le fournisseur Orano devraient choisir parmi ces options.

STUK devrait également publier lundi sa recommandation au ministère de l’Economie et de l’Emploi, qui décide de la politique énergétique et se prononce sur l’autorisation du réacteur.

Valikangas a déclaré qu’il ne pouvait pas dire si le développement entraînerait des retards supplémentaires, ajoutant qu’il incombait à Areva et à TVO de régler le problème à temps.

« Je ne sais pas si cela va retarder le réacteur. Le programme d’essais a encore du temps pour le réparer », a-t-il déclaré.

La partie du pressuriseur à réparer est la canalisation, qui est liée au système de refroidissement du réacteur et qui a été fournie par Areva, a déclaré Valikangas. Ce composant est responsable de l’équilibrage de la pression dans le réacteur.

Il n’a pas précisé les deux solutions identifiées par STUK et a indiqué que des détails supplémentaires seraient rendus publics lundi.

Rien n’indiquait que le problème identifié à Olkiluoto 3 affecterait d’autres réacteurs.

PLUSIEURS RETARDS

L’installation située dans l’ouest de la Finlande, qui a déjà plus de 10 ans de retard, a subi plusieurs retards. Le dernier en date, annoncé en novembre dernier, donnait le droit à l’opérateur finlandais de recevoir un paiement de 18 millions d’euros de la part d’Areva.

Auparavant, en mars, Areva avait réglé un différend de longue date avec TVO en acceptant de payer 450 millions d’euros pour les dépassements de coûts et les retards. Il a également accepté de verser 20 millions d’euros supplémentaires pour chaque mois supplémentaire de retard à compter du 1er janvier 2020.

Le réacteur présentait auparavant des problèmes de vibrations qui ont retardé les essais à chaud au premier semestre de 2018. TVO avait alors annoncé qu’ils seraient réparés dans quelques mois, mais STUK a déclaré que le problème restait en avance sur la décision d’autorisation.

TVO a déclaré avoir identifié le problème et travaillé avec Areva sur un correctif qu’elle espérait mettre en place au printemps.

« Nous avons testé différentes options. Nous avons une solution pour cela. Il existe deux options de système de support et nous avons choisi la bonne … Nous devons montrer à STUK que cela fonctionne », a déclaré un porte-parole de TVO.

Il ne pouvait pas dire si cela sécuriserait le permis dont TVO avait besoin, ajoutant qu’Olkiluoto 3 ne pourrait pas commencer à charger du carburant avant d’avoir reçu cette approbation.

Orano n’était pas immédiatement disponible pour commenter.

La Finlande a besoin du réacteur car elle importe plus de 25% de son électricité de la Suède et de la Russie voisines, alors que ses besoins en énergie augmentent.

Parmi les propriétaires de TVO, on peut citer Pohjolan Voima, société de services publics, son rival, Fortum, acteur majeur dans le secteur de l’électricité nordique, EPV Energia, Loiste Holding et Kemira.

(Reportage de Lefteris Karagiannopoulos; édité par Anne Kauranen, Gwladys Fouche, Dale Hudson et Kirsten Donovan)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.