«

»

Mar 07 2015

Fukushima: Janick Magne revient d' Iwaki

Janick MagneIl reste encore 120 000 réfugiés de Fukushima. Témoin colporteur comme elle se nomme, Janick Magne revient de la région de Fukushima où elle séjourne souvent. Sur son blog elle nous apporte un nouvel éclairage 7 mars 2015 .

Témoignage d’un couple de réfugiés nucléaires sur un point que beaucoup ignorent, je pense : la jalousie, l’envie et la colère manifestées par les habitants d’IWAKI et les sinistrés du tsunami à l’égard des réfugiés nucléaires.

Comment cela se manifeste-t-il ?
Il y a 24 000 réfugiés à IWAKI. Les réfugiés nucléaires ont reçu de la part de TEPCO une somme compensatoire de dédommagement pour les préjudices subis. Cette somme est forfaitaire et a été versée en une fois pour 5 ans ; elle était de 100 000 yens/mois et par personne (enfants comme adultes), c’est-à-dire 1.200.000 yens/an, soit 6 millions de yens pour 5 ans.

Les sinistrés du tsunami, eux, n’ont rien reçu. Personne n’était assuré contre les tsunamis et aucun dédommagement exceptionnel de la part des autorités n’a été proposé.
Du coup, ce versement de 6 millions de yens par personne pour les réfugiés nucléaires a rendu furieux les habitants et les autres réfugiés (IWAKI a eu son propre lot de victimes du tsunami).

Ainsi, m’ont raconté ces témoins, pendant les fêtes sportives scolaires, des enfants de réfugiés nucléaires qui participent à la course sont insultés aux cris de : « Allez ! Cours ! Cours, 6 millions ! » (走れ、走れ、六百万!Hashire, hashire, 600 man !) Les enfants de ce couple ne disent pas qu’ils viennent de la zone interdite par crainte de discriminations de ce genre.

La population d’IWAKI se plaint aussi de l’augmentation du prix des terrains depuis l’arrivée des réfugiés et de l’installation de cités d’urgence en préfabriqué. Dans les beaux quartiers avec beaucoup de verdure, où bcp de gens envisageaient d’acheter du terrain et de se construire une maison, les prix ont été multipliés par 4 ou 5.

Autre problème : beaucoup de travailleurs de la centrale de Fukushima-1 sont logés à IWAKI dans des hôtels (la ville est à environ 60 km de Fukushima-1), et nombreux sont les voyous et yakuzas parmi eux (comme on me l’a dit : « ils ont le dos tatoué »). Il y a des bagarres, des saouleries, de la prostitution. Et ça ne plaît pas.

http://janickmagne.blog.lemonde.fr/

Pour retrouver les articles de Janick sur ce blog: