Hollande, VRP de l'EPR en Inde

Le 14 février visite officielle de deux jours pour Hollande  en Inde. En matière de nucléaire civil. L’industriel Français Areva négocie avec l’Inde la construction de deux réacteurs EPR à Jaitapur , à 400 kilomètres au sud de Bombay. En janvier, le ministre indien des Affaires étrangères Salman Khurshid avait parlé d’une négociation parvenue à « un stade très avancé ». Mais de source française, on se dit tout juste « raisonnablement optimiste » sur la conclusion prochaine de ces négociations « complexes ».

Ce voyage arrive au moment où l’ EPR Finlandais annonce un nouveau retard;  dur dans ces conditions de vendre ce réacteur au cout prohibitif…sauf à faire un rabais payé par le contribuable français..

Le projet d’EPR en Inde, deux réacteurs pour un site de 6 réacteurs au total

Nucléaire en Inde : Quand AREVA et son EPR deviennent synonymes de répressions et expropriations !

[mappress mapid= »11″]

Le changement c’est maintenant!: cherchez l’erreur…

HollandeInde

Anne Lauvergeon, Nicolas Sarkozy et Manmohan Singh lors de la signature d’un accord sur 2 centrales nucléaires le 6 décembre 2010 afp.com/Lionel Bonaventure; Hollande en Inde 14 Février 2012; photomontage leblogdejeudi

Du sommet Inde-Europe à Marseille en septembre 2008 au premier opposant tué par les forces de l’ordre Indiennes lors d’une manifestation en avril 2011, petite rétrospective des appétits commerciaux Français et du projet EPR d’Areva en Inde à Jaïtapur.
  • L’Inde est l’un des pays qui refuse de signer le traité de non-prolifération sur les armes atomiques. Il est donc interdit selon le droit international de leur vendre des installations nucléaires. « Oui, mais les Etats-Unis l’ont fait en 2007, alors pourquoi la France ne le ferait pas maintenant ? »
  • La sécurité nucléaire en Inde est nettement inférieure à la moyenne mondiale, et les accidents et victimes nombreux chaque année, faute pour commencer au manque d’un organisme de régulation indépendant des instances pro-nucléaires.
  • Le site est situé dans une zone d’activité sismique due à 3 failles tectoniques, et succeptible de connaître des évènements de magnitude 7.
  • L’étude d’impact environnemental à été biaisée, ramenant le niveau de risque sismique d’un niveau de 4 sur 5 au niveau 3, ne tenant pas compte des modifications aux écosystèmes par les rejets, et ignorant l’interdiction de bâtir une installation nucléaire dans cette zone précédemment classée « de haute qualité biologique » par le gouvernement. Peu importe la vie d’environ 10.000 villageois propriétaires terriens dans la région, plus quelques milliers de pêcheurs…Les droits sur les vidéos d’où proviennent les extraits composant ce montage appartiennent à leur propriétaires respectifs, qui voudront bien considérer qu’il s’agit là uniquement d’un usage purement informatif dénué de toute volonté mercantile, et relevant du « fair use ».

Montage, traduction & sous-titrage par kna60

 

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.