«

»

Juil 16 2014

Jaitapur: pour les experts l'EPR d'Areva est un échec industriel

 

Le programme nucléaire français a été imposé de force dans le pays par Pierre Messmer en Février 1974 en profitant du fait Georges Pompidou était en train de mourir. Le Conseil des ministres français a voté le lancement du «Contrat-Programme 1», qui a été très rapidement rédigé pour être voté avant la mort du Président. Les analystes de l’industrie ont également critiqué la décision française de développer la technologie de l’eau pressurisée (REP) à la place de la technologie de l’eau bouillante (BWR), même si elles sont plus difficiles à construire que les réacteurs à eau bouillante. Ce choix a été probablement fait parce les REP sont plus appropriés pour la production de plutonium militaire (en raison de la possibilité offerte par les installations de décharger les tiges et de récupérer le plutonium 239 et 241 issus de l’uranium 238 fertile),

Il ya quatre EPR en cours de construction actuellement dans le monde, l’un en France (Flamanville), un en Finlande (Olkiluoto) et deux en Chine (Taïshan). Un autre EPR français est prévu à Penly. Un autre réacteur EPR dans l’État de New York avait été programmé, à Nine Mile Point, mais il a été officiellement annulé au printemps 2014. Deux EPR seront également construits à Hinkley Point au Royaume-Uni.

L’European Pressurized Reactor a été développé pour être la nouvelle génération de REP. Un de ses avantages théoriques est sa capacité à produire plus de puissance (il peut générer jusqu’à 1, 6 GW, alors que généralement les REP ne montent pas au-dessus de 1,3 GW) – l’EPR est principalement un «suralimenté PWR». Une de ses spécificités est l’utilisation d’un combustible recyclé, le MOX (« oxyde mixte »). Il contient approximativement 90 à 95% d’uranium fertile et le 5 – 10% de plutonium. Le MOX existe donc comme une conséquence de l’existence de l’industrie du plutonium militaire. Le combustible usé utilisé par les réacteurs (95% d’uranium fertile, 1% de plutonium, 4% de déchets ultimes) est stocké pendant 3 à 5 ans dans des piscines d’eau, puis le plutonium est extrait et envoyé à l’usine Melox de Marcoule (France), le seul pays dans le monde qui produisent actuellement du MOX. Ainsi, l’utilisation du MOX est une solution pour rendre l’utilisation du plutonium provenant du combustible utilisé (l’industrie dit que c’est une solution pour réduire la prolifération, même si l’AIEA dise que cela induit un risque de prolifération), et de l’uranium fertile laissé par l’enrichissement, ainsi que d’une solution pour l’enregistrement de l’uranium enrichi. En Russie et aux Etats-Unis, le MOX a également été considérée comme une solution pour brûler du plutonium militaire en provenance des armes démantelées. Le MOX est utilisé dans seulement dans 10% des réacteurs nucléaires dans le monde, la moitié d’entre eux étant en France, où le MOX, à une concentration de 30%, est une partie du carburant de 21 des 58 réacteurs nucléaires. L’EPR est prévu pour être  alimenté à 100% en MOX.

Le premier problème de l’utilisation du MOX dans un réacteur nucléaire est que le point  de criticité du  plutonium est inférieur au point de criticité de l’uranium enrichi (son point de fusion est inférieur au point de fusion de l’uranium );  il est nettement moins stable que les carburants traditionnels: la probabilité d’un accident grave impliquant la fusion du noyau (formation d’un «corium», un magma radioactif 3 000 ° C) est beaucoup plus élevé qu’avec un  combustible normal.

Greenpeace affirme qu’on augmente de 50% les effets d’un accident avec un avion s’écrasant dans un EPR. Un autre problème avec l’utilisation du combustible MOX est sa forte radiotoxicité. Avant d’être utilisé pour alimenter une usine MOX il est un million de fois plus toxique que le carburant normal de l’uranium. Donc, il est extrêmement compliqué de le charger dans un récipient, par exemple. Les déchets radioactifs de l’EPR sont cinq à sept fois plus toxiques que les déchets des REP. Du MOX utilisé ne peut pas être retraité de nouveau, aussi  les stocks de plutonium ne sont réduites que de seulement 15% environ . Un troisième problème avec le MOX est qu’il implique le transit de plutonium à travers la France, et la contamination aérienne et maritime avec des éléments radioactifs de l’usine de retraitement de La Hague.

L’EPR a été promu pour que dans le cas d’un accident implique la formation d’un corium (fusion du coeur, le pire des cas), comme dans les accidents Tchernobyl et Fukushima, il y ait  une «zone de récupération du corium », la soi-disant« carotte », sous la cuve du réacteur (la cuve sous pression où la fission a lieu), afin d’éviter toute pénétration du magma dans le sol, et la réaction en chaîne (explosion nucléaire) si elle atteint la nappe phréatique. Dans le cas de Tchernobyl 300 mineurs Dombass devaient être sciemment sacrifiés (ils ont tous été nommés à titre posthume Héros de l’Union soviétique) à creuser en trois semaines une provisoire «carotte» sous la centrale afin d’éviter une explosion Megatonic.

Il a été révélé le 4 Juin 2014 dans  le magazine satirique français Le Canard Enchaîné que le béton de l’enceinte de confinement du réacteur nucléaire  de l’EPR à Flamanville est plein de trous, comme le fromage suisse . Parce qu’il a été construit sous le mauvais temps, les fractures de jusqu’à 42 centimètres sont apparus. EDF a dû retarder la construction de 4 mois pour fixer les dommages-intérêts. Et ce n’est pas la première fois, que l’on a des problèmes dans le chantier de construction, notamment en raison de l’utilisation de béton de mauvaise qualité. EDF a importé de Russie des aciers à faible coût pour le «pont polaire», une structure de 60 mètres au-dessus du sol utilisée pour charger et décharger le réacteur de son combustible d’uranium. La qualité de l’acier n’a jamais été vérifiée. Lorsque la qualité insuffisante des 780 tonnes d’acier a été découverte, cela a retardé la construction  d’un an. Mais pour un défaut visible, combien sont laissés inaperçus? À quoi s’attendre pour la «carotte» par exemple, ou pour le couvercle de la cuve du réacteur (le «plafond »)? Tout dans la construction doit être fait très rapidement et sous pression, parce que si le réacteur ne peut pas être connecté au réseau de l’électricité après 2016, car une autre consultation publique sera nécessaire, ce qui de toute évidence EDF ne veut pas. Ce n’est évidemment pas sain pour la construction d’un réacteur nucléaire.

En Finlande et en France, où Bouygues construit les installations, l’entreprise a massivement utilisé la sous-traitance pour poursuivre le travail. Une entreprise impliquée, Atlanco (appelé Rimec dans le passé), était connue pour son traitement honteux de ses travailleurs, à la fois à Olkiluoto et Flamanville, refusant de payer un tiers de leurs salaires, selon le Helsingin Sanomat (le premier journal finlandais). La société a été payé € 24 une heure pour chaque homme, mais les paie seulement 8 euros. Notez que deux travailleurs ont également été tués dans des accidents dans les chantiers de construction de Flamanville.

Areva a subi un  «Waterloo» industriel en Finlande, ainsi la construction de la centrale d’Olkiluoto a été reportée au moins jusqu’en 2018 selon le journal économique finlandais Kauppalehti. La société a remercié la plupart de ses travailleurs expatriés. Le coût de la centrale nucléaire a considérablement augmenté, Areva ayant accru ses pertes en 2013 en raison des retards.

Les retards de l’EPR de Flamanville ont également causé plusieurs milliard d’euros de pertes à Areva. Les seuls réacteurs actuellement en construction à l’heure sont les chinois, et on peut imaginer les conditions de travail nécessaires pour respecter les délais, ainsi que la qualité du travail. EDF fait reconnu que l’électricité produite par un deuxième EPR en France coûterait 0,6 euros / kWh, deux fois le prix qu’il a promis cinq ans auparavant. L’EPR de Flamanville devait être construit en cinq ans à un prix de 3 milliards d’euros en 2007. En 2012, il a été prévu pour être construit en  plus de 8 ans à un prix de plus de 8 milliards d’euros.

Ségolène Royal, alors qu’elle était candidate aux primaires du Parti socialiste français en 2012, a promis qu’elle allait fermer la centrale nucléaire de Flamanville si elle a été élue. Maintenant, elle est ministre français de l’Environnement, mais elle ne s’est pas exprimée sur le sujet, et François Hollande est un ferme partisan de l’EPR. L’organisation française «Les 7 Vents du Cotentin» dit que l’argent dépensé dans l’EPR aurait pu être mieux dépensé dans les énergies renouvelables (en particulier ‘éoliennes), pour produire la même puissance électrique avec la même somme d’argent, tout en créant plus d’emplois. Mais il est clair qu’il existe une «erreur de coût levier» parmi les industriels qui ont planifié l’EPR. Une fois qu’une technologie a été développée et que de l’argent a été investi dans la recherche, les industriels sont toujours prêts à essayer de vendre la technologie à tous les prix pour les clients, même si des technologies plus compétitives pourraient également émerger. En Afrique du Sud, Areva a probablement payé  trop cher la petite société UraMin pour corrompre les principaux responsables autour du président sud-africain Thabo Mbeki, et afin de vendre son EPR (un énorme appel d’offres pour les centrales nucléaires était en préparation et Areva était en compétition avec Toshiba-Westinghouse ). La société a versé 2,5 milliards de dollars pour des mines qui semblaient  alors valoir à peine la moitié du prix, et qui ne les valent pas aujourd’hui, selon la comptabilité d’Areva elle-même.

L’EPR est un échec industriel et une menace pour la société. Les industriels de la France n’ont pas fait les bons choix et ont ligoté les mains des communautés partout où des EPR sont en cours de construction. Les Britanniques, en particulier, devraient décider d’abandonner les réacteurs Hinkley Point alors qu’ils en ont encore le temps. Il est clair que nous devrions investir dans les énergies renouvelables au lieu de nous mettre nous-mêmes en danger à cause d’une technologie qui a échoué. Le démantèlement des centrales sera également un coup dramatique pour nos finances. L’énergie nucléaire est économiquement et écologiquement non viable.

Article original:

The French nuclear programme was forcibly imposed to the country by Pierre Messmer in February 1974, taking advantage of the fact George Pompidou was dying. The French Council of Ministers voted the launch of the « Contrat-Programme 1 », which was very quickly drafted to be voted before the death of the President. Analysts of the industry have also criticized the French decision to develop the pressurized water technology (PWR) instead of the boiling water technology (BWR), a choice probably made because PWRs are more appropriate for the production of military plutonium (because of the facility to discharge the rods and retrieve the plutonium 239 and 241 bred from the fertile uranium 238) even though they are more difficult to build than BWRs.

There are four EPRs being built currently, one in France (Flamanville), one in Finland (Olkiluoto) and two in China (Taïshan). Another French EPR is planned in Penly. Another EPR reactor in upstate New York had been programmed, at Nine Mile Point, but it was officially cancelled in Spring 2014. Two EPRs will also be built at Hinkley Point in the United Kingdom.

The European Pressurized Reactor has been developed in order to be the new generation of PWRs. One of its theoretical advantages is its ability to produce more power (it can generate up to 1, 6 GW, while usually PWRs do not climb above 1,3 GW) – the EPR is mainly a « supercharged PWR ». One of its specificities is the use of a recycled fuel, the MOX (« mixed oxide »). It contains approximatively 90 – 95% fertile uranium and 5 – 10% plutonium. The MOX exists therefore as a consequence of the existence of the military plutonium industry. Used fuel from the plants (95% fertile uranium, 1% plutonium, 4% ultimate waste) is stored for 3 to 5 years in water pools, and then plutonium is extracted and sent to the Melox plant in Marcoule (France), the only one in the world currently producing MOX. So the use of MOX is a solution to make use of plutonium coming from used fuel (the industry says it’s a solution to reduce proliferation, even though the IAEA actually says it induces a proliferation risk), and of fertile uranium left out by enrichment, as well as a solution for saving enriched uranium. In Russia and in the USA MOX was also seen as a solution to burn military plutonium coming from dismantled weapons. MOX is used in only 10% of the world’s nuclear reactors, half of them being in France, where MOX, at a concentration of 30%, is part of the fuel of 21 of the 58 nuclear reactors. The EPR will be 100% fueled with MOX.

The first problem of using MOX in a nuclear reactor is that the criticity point for plutonium is below the criticity point of enriched uranium (its fusion point is below the fusion point of uranium), so it is clearly less stable than traditional fuels : the probability of a grave accident involving fusion of the core (formation of a « corium », a 3 000°C radioactive magma) is much higher than with normal fuel. Greenpeace says it also increases by 50% the effects of an accident, for instance a plane crashing in an EPR. Another problem with using MOX fuel is its high radiotoxicity. Before being used to fuel a plant, MOX is one million times more toxic than normal uranium fuel. So it is extremely complicated to load it into a vessel, for instance. The radioactive waste of the EPR is five to seven times more toxic than the waste of PWRs. And used MOX cannot be retreated again so plutonium stocks are only reduced by about 15%. A third problem with the MOX is that it involves the transit of plutonium across France, and aerial and maritime contamination with radioactive elements in the retreatment plant of The Hague.

The EPR has also been strongly valued for the fact that, in case an accident involves the formation of a corium (fusion of the core, a worst-case scenario), like in the Tchernobyl and Fukushima accidents, there is a « corium recuperation area », the so-called « core catcher », under the reactor vessel (the pressure vessel where fission takes place), to avoid any penetration of the magma into the ground, and chain reaction (nuclear explosion) if it reaches the groundwater table. In the Tchernobyl case 300 Dombass miners had to be knowingly sacrificed (they were all made posthumously Heroes of the Soviet Union) to dig in three weeks a provisional « core catcher » under the plant in order to avoid a megatonic explosion.

It has been revealed on June 4, 2014 by the French satiric magazine le Canard Enchaîné that the concrete of the containment building of the nuclear reactor (the picturesque « ombilic ») being cast for the EPR in Flamanville is full of holes, like Swiss cheese. Because it was built under bad weather, fractures of up to 42 centimeters appeared. EDF had to delay the construction by 4 months to fix the damages. And this is not the first time there have been problems in the building site, including because of the use of bad quality concrete. EDF has imported from Russia low-cost steels for the « polar bridge », a structure 60 meters above the ground used to load and discharge the reactor vessel with its uranium fuel. The quality of the steel was never checked. When the insufficient quality of the 780 tons of steel was discovered, fixing it delayed the construction by one year. But for one visible fault, how many are left unnoticed ? What to expect for the « core catcher » for instance, or for the reactor vessel head (the « cap ») ? Everything in the construction has to be done extremely quickly and under pressure, because if the reactor cannot be connected to the electricity network in 2016, another public consultation will be needed, which EDF obviously does not want. This is obviously not healthy for the construction of a nuclear reactor.

In Finland and in France, where Bouygues is building the plants, the company massively used subcontracting to carry on the work. A company involved, Atlanco (called Rimec in the past), was known to be treating shamefully its workers, in both Olkiluoto and Flamanville, refusing to pay one third of their salaries, according to the Helsingin Sanomat (the first Finnish newspaper). The company was paid 24 euros a hour for each man but was paying them only 8 euros. Note that two workers have also been killed in accidents in the Flamanville building sites.

Areva suffered an industrial « Waterloo » in Finland, as the building of the Olkiluoto plant has been delayed until at least 2018 according to Finnish economics newspaper Kauppalehti. The company evacuated most of its expatriated workers. The cost of the nuclear power plant has risen considerably, Areva being pushed into losses in 2013 because of the delays. The delays of the Flamanville EPR have also caused billion-euros losses to Areva. The sole reactors currently being built on time are the Chinese ones, and one can imagine the working conditions required to respect the delays, as well as the quality of the work. EDF actually acknowledged that the electricity produced by a second EPR in France would cost 0,6 euros / kWh, twice the price it promised five years before. The Flamanville EPR was expected to be built in five years at a price of 3 billion euros in 2007. In 2012 it was expected to be built in more than 8 years at a price of above 8 billion euros.

Ségolène Royal, while she was candidate to the primaries of the French Parti Socialiste in 2012, promised she would close the Flamanville nuclear plant if she was elected. Now she is French minister for the Environment but has not expressed herself on the topic, and François Hollande is a clear supporter of the EPR. The French organisation « Les 7 vents du Cotentins » says the money spent in the EPR could have been better spent in renewables energies (especially wind turbines), to produce the same electrical power with the same amount of money, while creating more jobs. But it is clear that there is a « sink cost fallacy » among industrials who have planned the EPR. Once a technology has been developed and money has been invested in research, industrialists are always keen to try to sell the technology at every price to customers, even though more competitive technologies might also emerge. In South Africa, Areva has probably overpaid the small UraMin company in order to corrupt key officials around South African president Thabo Mbeki, and sell its EPR (an enormous call for tenders for nuclear power plants was being prepared and Areva was competing against Toshiba-Westinghouse). The company paid 2,5 billion dollars for mines that seemed to be worth half the price then, and that are today worth… nothing, according to the accounting of Areva itself.

The EPR is an industrial failure and a threat to society. France’s industrialists have not made the good choices and have tied up the hands of communities everywhere EPRs are being built. The British, in particular, should decide to abandon the Hinkley Point reactors while they still have time. It is clear we should be investing in renewable energies instead of putting all of ourselves in danger because of a failed technology. Dismantling power plants will also be a dramatic blow on our finances. Nuclear energy is economically and environmentally unsustainable.

http://www.dianuke.org/jaitapur-arevas-epr-an-industrial-failure-say-experts/