José Mujica et Jean Luc Mélenchon échangent sur le climat

Conférence sur le climat avec Jean-Luc Mélenchon et ‪#‎JoséMujica‬, ancien président de l’Uruguay, ‪#‎COP21‬ dans une sale comble

29 10 2015

– propos de Jean Luc Mélenchon (1 partie)

Cette rencontre est notre manière d’entrer dans la conférence climat qui commence bientôt.

Nous sommes mis au pied du mur des défis de notre temps.

Il est probable qu’il soit déjà trop tard pour inverser le cours du réchauffement climatique.

Le pire serait que nous soyons incapables d’inventer un autre chemin pour l’humanité.

Il existe un intérêt général humain. Nous devons dire ce qui est bon pour tous. C’est ce qui fonde la République.

– Propos de José Mujica :

« La crise écologique est une conséquence de la crise politique. »

« Il ne faut pas penser seulement au niveau des pays : il faut penser la crise écologique et capitaliste au niveau planétaire »

« La science nous donne tous les paramètres pour comprendre la crise écologique. »

« Nous dépendons tous les uns des autres au niveau planétaire. »

« Nous sommes tous dans le même bateau. Il faut partager. »

« Il faut faire des dépenses en faveur de l’humanité et non pas du commerce. »

« Comment est-il possible que nous puissions sauver des dizaines d’îles qui vont être englouties et que nous ne fassions rien? »

« Les problèmes écologiques sont d’abord des problèmes de volonté politique. »

« La cvilisation, c’est avoir l’amour des générations futures. »

« Notre société souffre d’une addiction à l’accumulation. C’est une véritable addiction, comme le tabagisme. »

« Il n’y a jamais eu autant de tentations pour vendre son âme au diable pour quelques sous, comme si ça assurait le bonheur. »

« De toutes les richesses possibles qu’on peut avoir sur terre, la plus grande est celle que tu as déjà : être en vie, penser, sentir »

« L’homme ne peut pas vivre dans la solitude. C’est un être collectif qui a besoin des autres pour vivre. »

« L’homme est un animal politique, comme le disait Aristote, parce qu’il a besoin des autres pour vivre. »

« L’amour pour la vie est la 1ère des valeurs.Il faut sauver la vie Il n’y a pas une 2e vie, arrêtez de nous emmerder avec ça. »

« Es-tu libre quand tu vas travailler ? Oui, si ton travail te plaît. Mais non si tu le fais, comme beaucoup, pour assurer ta survie. »

« Ceux qui profitent de la vie pour l’instant, ce sont ceux qui exploitent le temps des autres et en tirent des richesses. »

« Nous ne sommes pas nés pour souffrir. »

« La vie ne sert pas qu’à travailler. Elle sert d’abord à vivre. »

« La libération, c’est de se libérer des fainéants qui vivent sur le dos des autres. »

« La liberté, c’est de pouvoir être heureux. Mais cette liberté est sociale : il ne faut pas qu’elle ennuie les autres. »

« Mon discours est un appel à la solidarité entre les hommes. Il faut donner du sens aux choses fondamentales de la vie. »

« Il faut que nous apprenions à nous défendre contre le système : évaluer d’abord si ce que nous faisons est bien ou mal. »

« Il n’y a que lorsqu’on ne se bat pas qu’on est sûr de perdre. »

« Dans toutes les civilisations, à chaque époque, il y a toujours eu une lutte entre les conservateurs et ceux qui veulent partager. »

« Il n’y aura jamais un triomphe assuré pour la gauche ou pour la droite. Il y a des étapes. L’humanité évolue. »

« Jamais nous n’atteindrons une société parfaite. Mais nous allons monter les marches pour améliorer le monde. »

« Nous ne voulons pas triompher, nous ne voulons pas des lauriers des empereurs : nous voulons vivre. »

« Le fascisme, c’est la pathologie du conservatisme. »

« Les amis, il n’y a jamais de défaite définitive. Vous les jeunes, vous pourrez toujours relever le drapeau des combattants. »

« Les changements de la société nécessitent de lutter. Le changement ne vient pas d’une combinaison magique de la nature. »

« Ce qui est important, ce n’est pas qui tient le drapeau du combat : c’est le nombre de gens qui sont derrière le drapeau. »

« Il n’y a pas des milliers de Che Guevara, c’est comme ça. Mais un Che Guevara ne fait rien sans ceux qui le soutiennent.

« Quand nous ne luttons pas de manière collective, il ne reste plus que les phénomènes individuels comme Berlusconi. »

« Dire : ‘la politique ne m’intéresse pas’ revient à renoncer et laisser les autres décider pour vous. »

« La forme adulte de la lutte sociale est la construction de mouvements collectifs. »

« Nous nous battons pour qu’il y ait moins de pauvres, moins de misère, pour que les gens puissent manger tous les jours. »

« Pour celui qui est trop pauvre pour manger, avoir un repas chaque jour, c’est une révolution. »

« Certains disent que Lula n’a pas fait une révolution. Il a sorti 40 millions de personnes de la pauvreté. C’est une révolution ! »

– Propos de Jean Luc Mélenchon (2 ieme partie)

La françafrique ne fonctionne que parce que des groupes oligarchiques sont en place en France et en Afrique.

La lutte contre la françafrique, c’est d’abord la lutte contre les groupes oligarchiques.

En France, nous devons nous libérer de la monarchie présidentielle.

Le capitalisme est plus qu’un système économique. C’est un système d’adhésion avec un ressort d’adhésion très intime.

Noam Chomsky dit que la publicité est au capitalisme ce que la propagande est à la dictature.

Il faut nous demander quel projet va nous libérer tous.

Nous refusons d’être dominés dans nos décisions. Nous devons nous émanciper de la pensée capitaliste.

Le capitalisme est un régime qui impose le temps court. Comme dans les transactions financières à la nanoseconde.

Le temps long, c’est celui que nous pouvons nous approprier collectivement.

Le capitalisme est totalitaire parce qu’il supprime toutes les médiations pour imposer le temps le plus court possible.

Penser en tant qu’espèce humaine ne veut pas dire que nous sortons du cadre national.

La France n’est ni une couleur de peau, ni une religion, ni une langue, ni même seulement une Histoire commune.

La France est un contrat politique qui dit : « Liberté, Égalité, Fraternité ». C’est un contrat pour l’humanité toute entière

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.