Déc 01 2011

La préfecture de Fukushima ne veut plus des centrales de Tepco

La préfecture de Fukushima a annoncé, mercredi, qu’elle souhaitait que les deux centrales de la compagnie d’électricité Tokyo Electric Power (Tepco) – Fukushima Daiichi, saccagée par le désastre du 11 mars, et Fukushima Daini – soient intégralement démantelées. Après des mois de débats, les autorités locales sont parvenues mercredi matin à la conclusion qu’il était préférable que la province de Fukushima (nord-est) soit totalement débarrassée de ces deux sites atomiques distants d’une douzaine de kilomètres qui totalisent dix réacteurs et onze piscines de désactivation.

Ce faisant, la province rurale de Fukushima accepte de renoncer aux aides habituellement perçues par les collectivités hébergeant des installations nucléaires, mais elle juge difficile d’imposer le maintien des réacteurs à une population traumatisée par l’accident consécutif au séisme et au tsunami du 11 mars, la pire catastrophe nucléaire depuis celle de Tchernobyl (Ukraine) en 1986. L’État a déjà annoncé le démantèlement des six unités de Fukushima Daiichi, mais Tepco ne s’est pour l’instant engagé qu’à supprimer les quatre unités endommagées. En revanche, rien n’a jusqu’ici été décidé pour les quatre tranches de Fukushima Daini.

La préfecture de Fukushima, largement contaminée par les rejets radioactifs dus à la catastrophe, a élaboré son plan de reconstruction en intégrant la disparition totale des sites nucléaires, une tâche qui nécessitera des décennies. Elle espère devenir un modèle dans l’usage des énergies nouvelles et développer des technologies pour assainir au plus vite l’environnement, alors que plus de 150 000 personnes ont été forcées de changer de domicile à cause du drame, dont une bonne partie a quitté cette région agricole dévastée.

Le Point.fr – Publié le 30/11/2011 à 12:46

En lisant ceci, Jeudi a fait un rêve:
Plutôt que d’attendre l’accident….
I have a Dream: Face aux risques dont il vient de prendre conscience, le Conseil Général de la Manche ne veut plus d’AREVA, ni de l’ EPR d’EDF dans le nord du département.
Les communautés de communes de la Hague et des Pieux renoncent à la manne financière qui les faisaient vivre artificiellement. Avec les paysans du Nord Cotentin les élus crient : Rendez nous notre vie! Rendez nous notre vert Cotentin! 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*