«

»

Juin 14 2017

L’Autorité de sûreté nucléaire demandera leur avis à un panel d’experts les 26 et 27 juin

Séquence atterrissage. Un bon nombre d’experts du secteur nucléaire vont trancher, ces prochains jours, la question de « l’aptitude au service » de la cuve du réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville (Manche), deux ans après la révélation par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) d’une « anomalie sérieuse, voire très sérieuse », selon son président Pierre-Franck Chevet

Forgés à partir de 2006 à l’usine du Creusot d’ Areva, installés en 2014 et en 2016 dans le bâtiment réacteur de la centrale d’EDF, la cuve et son couvercle présentent une teneur en carbone de l’acier supérieure aux valeurs attendues, pouvant potentiellement amoindrir la résistance de ces équipements critiques pour la sûreté du réacteur nucléaire.
La première étape de cette séquence se tient ce mercredi, à l’occasion d’une plénière extraordinaire du Haut Comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire. Saisi fin 2015 par la ministre de l’Energie Ségolène Royal, le HCTISN publiera ses recommandations au plus tard fin juin, qui devraient demander à EDF et à Areva de publier plus d’informations.
Mais les débats les plus attendus sont ceux qui auront lieu les 26 et 27 juin à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Le Groupe permanent d’experts pour les équipements sous pression nucléaires (GPESPN) y examinera les conclusions de l’IRSN, l’expert technique de l’ASN, et de certains services de cette dernière, à l’issue de six mois d’instruction du dossier technique présenté par Areva. Tout l’enjeu pour l’équipementier a été de démontrer que, en dépit des sous-performances de son acier, les essais menés sur des pièces représentatives de la cuve et de son couvercle démontraient leur tenue, même en cas d’accident nucléaire. Administrativement, un arrêté publié fin 2015 a déjà prévu un régime dérogatoire pour justifier de leur conformité (« Les Echos » du 21 janvier 2016).
Avis définitif rendu en septembre
Depuis des mois, EDF affiche sa sérénité. « Nous sommes plus confiants que jamais pour obtenir l’approbation par l’Autorité de sûreté nucléaire de la cuve et des éléments du circuit primaire de Flamanville 3 », a assuré Jean-Bernard Lévy, dans une interview aux « Echos » début juin. Une confiance qui se base sur les derniers échanges réalisés, fin mai, entre les exploitants et les contrôleurs. « L’ASN ne l’a pas dit publiquement, mais elle a laissé entendre qu’elle n’allait pas rejeter la cuve », indique une source industrielle. Une position que ne démentent pas plusieurs experts au fait du dossier. Les métallurgistes et les divers membres du Groupe permanent qui se pencheront sur le dossier fin juin à l’ASN disposeront aussi, pour formuler leurs propres conclusions, de l’avis d’un expert belge, Bel-V.
Une fois l’avis du Groupe permanent rendu, l’ASN mènera une consultation du public, pour un avis définitif attendu en septembre. Des contrôles supplémentaires seront a minima préconisés par l’ASN pour la cuve et son couvercle, mais, pour EDF et Areva, l’essentiel est de ne pas avoir à les remplacer, un plan B qu’avait demandé l’ASN et que le HCTISN pourrait souhaiter voir rendu public. Si elle est bien confirmée, la validation de la cuve par l’ASN lèvera la condition suspensive à l’augmentation de capital de 4,5 milliards d’euros d’Areva par l’Etat, nécessaire pour assurer son sauvetage financier.

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/030381564225-nucleaire-derniere-ligne-droite-pour-la-cuve-de-lepr-de-flamanville-2094269.php#2vwWrxEfzVkQdJaZ.99

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*