Sep 03 2015

Le CRILAN communique: nouveaux retard et surcoût pour L’EPR de Flamanville

 

EPR CRILANLe PDG d’EDF annonce le plus sérieusement du Monde…. l’optimisation du chantier. Communique CRILAN du 3 septembre 2015

Avec la morgue technocratique habituelle aux hauts dirigeants d’EDF, la nouvelle direction persiste dans son incurie et sur un ton très détaché, annonce aujourd’hui nouveaux retards et surcoûts pour le réacteur EPR de Flamanville  !

Quoi que semble en penser le PDG d’EDF, les retards pour la mise en marche n’améliorent pas la situation de la “ vitrine commerciale” dont le pouvoir nucléaire et Sarkozy avaient autorisé travaux et essais par décret jusque la date limite du 10 avril 2017.

Que  va-t-il  maintenant se produire sur le plan législatif si le chargement et  la mise en marche de l’EPR ne deviennent effectives qu’à la fin 2018 ?

– Va-t-on passer outre à la légalité comme EDF l’a déjà fait à Flamanville lors de la construction des premiers réacteurs?

– Va-t-on promulguer un nouveau décret, en prolongation du premier, attaquable en justice?

 De 3 milliards en 2005, le coût estimé par EDF passe maintenant à 10, 5 milliards en 2015, soit 350 %  d’augmentation !  Ce qui n’est pas pour nous surprendre puisque cela fait trois ans que nous avions annoncé le même chiffre sur la foi d’informations internes à EDF  .Et si les travaux continuent, le coût va encore s’alourdir.Quel sera son montant fin 2018?  Et en conséquence, quelle augmentation du coût de l’électricité nucléaire?

Arrêtons les frais et le totalitarisme nucléaire !

L’exemple du surgénérateur Super Phénix n’a pas à l’évidence servi de leçon : 6 fois plus coûteux qu’un réacteur classique, mis en marche, arrêté, puis remis en marche, plusieurs fois  pour une production d’électricité de 3 à 5 % de ses capacités théoriques, il ne fut  abandonné définitivement  qu’en 1997...Et si on s‘acheminait vers la même situation ?

Si le chantier devait être arrêté, ce n’est ni aux travailleurs, exécutants, ni aux consommateurs mais aux

décideurs de payer leur incurie.  Rappelons que dans les années 80, lorsque la construction des couloirs de lignes THT vers Rennes et Caen avait été interrompue par décision de justice, les lignards avaient continué à percevoir leur salaire.

Il est urgent d’arrêter le réacteur le moins sûr du monde et ses multiples avatars technologiques, le plus coûteux et le plus inutile, dont on veut exporter les surplus de production nucléaire vers la Grande Bretagne et British Energy…filiale d’EDF.Nous n’avons pas à prendre de tels risques pour des décideurs apprentis sorciers. 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*