L’EPR de Flamanville risque d’accuser un nouveau retard catastrophique pour EDF

Sur le site de Flamanville, le 16 novembre 2016.
Sur le site de Flamanville, le 16 novembre 2016. Photo Charly Triballeau. AFP 

Le groupe d’experts de l’Autorité de sûreté nucléaire estime que l’électricien doit «réparer» huit grosses soudures défectueuses sur le réacteur de Flamanville. Les travaux pourraient durer jusqu’à 2022 au risque de ruiner la réputation de l’EPR qui accuse déjà des années de retard. Libération Par Jean-Christophe Féraud — 11 avril 2019

C’est un «running gag» qui ne fait rire personne chez EDF, et qui fâche tout rouge le gendarme du nucléaire : en chantier depuis 2007 et initialement prévu pour rentrer en service en 2012, le fameux réacteur EPR de la centrale de Flamanville dans la Manche devait aux dernières nouvelles produire ses premiers kilowattheures d’électricité début 2020, après un énième retard à l’allumage. Mais ce réacteur à eau pressurisée, presque deux fois plus puissant (1 650 MW) que ses prédécesseurs et censé être plus sûr, va de toute évidence subir un nouveau contretemps technique sérieux lié à la réparation des soudures défectueuses découvertes sur son circuit de tuyauteries. Un retard qui pourrait se chiffrer «en mois voire en années» : selon une source très au fait du dossier interrogée par Libération, il est désormais plus que probable que le premier EPR français ne rentre pas en service «avant 2021 voire 2022».

A l’origine de ce nouveau dérapage spectaculaire de calendrier, un avis déterminant émis ce jeudi par le Groupe d’experts sur les équipements sous pression nucléaire (GPESPN) de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui s’est réuni les 9 et 10 avril. Ce dernier a considéré sans équivoque que «EDF devait réparer» les huit grosses soudures principales installées au niveau de l’enceinte de confinement du réacteur «pour les mettre en conformité» avec le principe dit «d’exclusion de rupture» garanti à l’origine par l’exploitant nucléaire. En clair, ces soudures étaient censées, du fait même de leur conception, être résistantes à tout risque de rupture. Mais les inspections de l’ASN ont prouvé au contraire qu’elles présentaient des défauts susceptibles de les fragiliser. Si EDF ne répare pas, il devra «apporter des modifications au réacteur» pour lui permettre de résister à la rupture de l’une de ces grosses tuyauteries et se conformer «à la démonstration de sûreté». Dans les deux cas, cela nécessiterait des mois et des mois d’études et de travaux supplémentaires.

1 milliard par année de retard

EDF ne voulait pas réparer ces huit soudures et proposait de les «maintenir en l’état» en démontrant leur robustesse, sans les refaire complètement comme l’exigeait l’ASN. Mais l’électricien n’a manifestement pas convaincu les experts. C’est donc le scénario du pire qui se dessine pour l’EPR de Flamanville : le réacteur a déjà vu ses coûts de construction tripler à plus de 11 milliards d’euros par rapport au devis initial, et chaque année de retard pourrait générer 1 milliard de coûts supplémentaires. Sans parler de l’impact désastreux sur l’image de l’électricien français qui cherche à exporter l’EPR au-delà des deux exemplaires déjà vendus au Royaume-Uni (Hinkley Point) et en Chine (Taishan). Un nouveau retard d’un à deux ans pourrait bien tuer définitivement la réputation de ce qui devait être le fleuron du nucléaire français, à l’heure où l’atome n’a plus le vent en poupe.

Après cet avis du groupe d’experts, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ne s’est pas encore officiellement prononcée en tant que telle. Mais elle a fait savoir qu’elle «prendra prochainement position sur la démarche proposée par EDF» : elle ne devrait pas le faire avant le mois de mai ou juin, le temps de nouvelles négociations en coulisses avec l’électricien, sous l’œil vigilant de l’Etat qui détient 83% du groupe et s’inquiète pour l’avenir de toute la filière nucléaire et de ses dizaines de milliers d’emplois. Une chose est sûre, l’ASN qui ne transige pas avec la sûreté nucléaire n’est pas encline à l’indulgence : l’exploitant nucléaire a eu droit à une sévère remontrance le 2 octobre 2018, l’ASN pointant alors des «défaillances» dans la surveillance du chantier de l’EPR et dénonçant «une information tardive» de la part d’EDF sur les soudures défectueuses. Premier indice d’une décision sans concessions, l’IRSN, le bras armé technique de l’ASN, a fait savoir ce jeudi que EDF «devrait plutôt que rechercher à justifier une acceptabilité en l’état, procéder à la remise en conformité des soudures concernées». En clair, refaire les soudures coûte que coûte.

Risque «critique» de sûreté

Connu de l’électricien à partir de 2015, ce problème de soudures, qui fait suite aux imperfections métallurgiques découvertes sur la cuve de l’EPR, n’a été communiqué à l’ASN qu’en 2017 et rendu public en 2018. Il touche au total 150 soudures problématiques sur les circuits de tuyauteries servant à alimenter en eau cette grosse bouilloire nucléaire et surtout à évacuer la vapeur qui en sort vers la turbine produisant l’électricité. Or selon une note détaillée de l’organisation de veille nucléaire Wise-Paris, «la rupture éventuelle des tuyauteries qui transportent la vapeur à un débit de plusieurs tonnes par minute et sous une pression de plusieurs dizaines de bars» serait «une situation critique vis-à-vis de la sûreté». Cet événement serait carrément susceptible «de provoquer un déséquilibre thermique et de réactivité dans le cœur du réacteur» et «de causer des dommages aux structures de génie civil et aux équipements environnants». En clair, un sérieux incident de sûreté voire un accident nucléaire ne sont pas à exclure… Et ce sont surtout les huit grosses soudures pointées par le groupe d’experts qui inquiètent «en raison du risque qu’une rupture mécanique brutale d’un équipement nucléaire sous pression ferait subir à l’intégrité du réacteur», expliquait récemment à Libération Yves Marignac, spécialiste reconnu du nucléaire et porte-parole de Wise.

Or, EDF qui a mobilisé 80 soudeurs qualifiés sur le chantier de l’EPR pour «reprendre» notamment une partie des 66 soudures du circuit secondaire servant à évacuer la vapeur, «n’a jamais vraiment envisagé de réparer» les huit grosses soudures les plus problématiques, pointe Marignac en dénonçant cette tentative de «déroger à la sûreté». Et pour cause. Selon Wise, «leur localisation les rend peu accessibles» et la réparation présente «des difficultés techniques particulières». Il faudrait en effet «découper la tuyauterie»«déposer les équipements ou structures» gênant le passage des soudeurs, puis «retirer l’ensemble du tronçon». Un travail de romain qui se compte «en mois à chacune des étapes, et donc au final en années». EDF a réagi dans la soirée à ce nouveau revers retentissant dans le feuilleton de l’EPR Flamanville en reconnaissant que les recommandations du groupe d’experts «pourraient impacter le calendrier de mise en service et le coût de construction» du réacteur. Le groupe de Jean-Bernard Lévy communiquera à ce sujet après avis définitif de l’ASN

.Jean-Christophe Féraud

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.