«

»

Déc 07 2015

Les dangers des pesticides expliqués aux enfants

Devant le triptyque représentant un paisible paysage rural, les élèves de CP/CE1 (tout comme leurs camarades des autres classes) ont réagi avec vivacité en indiquant à François-Xavier Casanova, du CPIE, où se cachaient les pesticides répandus./ Photo Nadine Roure.
Devant le triptyque représentant un paisible paysage rural, les élèves de CP/CE1 (tout comme leurs camarades des autres classes) ont réagi avec vivacité en indiquant à François-Xavier Casanova, du CPIE, où se cachaient les pesticides répandus./ Photo Nadine Roure. Publié le 06/12/2015 

Alors que les leaders de ce monde débattent actuellement à Paris autour de la conférence sur le climat, le village de Pouzac affiche la ferme volonté de remédier à l’utilisation, même minime, des pesticides. Pour ce faire, ateliers et actions ont jalonné la journée du 27 novembre dernier. Le partenariat entre la municipalité, les enseignants de l’école et le CPIE de Bagnères-de-Bigorre s’inscrit dans une démarche soucieuse de préserver tant l’équilibre de l’environnement que celui de la chaîne alimentaire pour, in fine, protéger avec bon sens sa propre santé. Fabrice Loos et François-Xavier Casanova, éducateurs de l’environnement au CPIE, sont intervenus dans les 3 classes de l’école pouzacaise par le biais d’ateliers théoriques et pratiques (prochains articles). Les élèves de l’école de Pouzac (labellisée éco-école), déjà bien sensibilisés en classe par une approche pédagogique environnementale, ont mis à profit leurs nombreuses connaissances en la matière pour aborder les riches informations relatives aux pesticides.

Ces derniers sont utilisés partout : dans les jardins, potagers, stades, rues, parcs, cimetières, champs, vergers, vignes, etc., afin de détruire les «mauvaises» herbes, mais également les insectes, les limaces, les champignons… Leurs molécules fines et volatiles se propagent dans la terre, sur les fruits et légumes, les feuilles des arbres, les céréales, voire l’eau. Ces molécules dangereuses et nocives se fixent volontiers dans l’organisme (poumons, muscles, foie…) des agriculteurs qui les utilisent mais également dans celui des sportifs qui s’entraînent sur les pelouses des stades ou encore dans ceux des promeneurs et enfants qui jouent dans les parcs…
On les retrouve ainsi dans toute la chaîne alimentaire, de la simple céréale en passant par la poule qui l’ingère, puis de l’œuf qu’elle pond pour terminer dans le corps de celui qui le mange.
On peut, par exemple, avaler jusqu’à 20 pesticides différents en croquant une seule grosse pomme.

Les pesticides impactent la biodiversité (disparition des auxiliaires, pollinisateurs, oiseaux…) et la santé de tous. Des alternatives existent et seront présentées dans un prochain article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*