Mar 12 2014

L'ex premier ministre japonais, Naoto Kan, pour l'abandon du nucléaire

EXCLUSIF. Pour l’ ex premier ministre japonais, la catastrophe de Fukushima était pire que Tchernobyl. Il expose et pourquoi il s’oppose maintenant à l’énergie nucléaire. 11 mars 2014

AMY GOODMAN : Depuis la crise de Fukushima, Naoto Kan est devenu un critique virulent de l’énergie nucléaire, en disant que c’est trop dangereux pour le Japon de garder ouverte l’une de ses centrales nucléaires. Jusqu’au moment de Fukushima, il était un partisan de longue date de l’énergie nucléaire.

 Il ya trois ans aujourd’hui une énorme tremblement de terre a déclenché un tsunami dévastateur qui a frappé la côte nord du Japon, entraînant une crise nucléaire sans précédent: une triple crise à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Comme le Japon marque l’anniversaire de l’incertitude persistante autour de l’impact à long terme de Fukushima, nous sommes rejoints par Naoto Kan, Premier ministre du Japon à l’époque. Il est rare qu’un chef de file mondial bien en place change complètement d’avis, mais c’est ce que Kan a fait.

Il explique comment il est venu à s’opposer à l’énergie nucléaire tout en restant dans le bureau, comme il pesait l’évacuation de Tokyo. « Il est impossible de prévenir totalement tout type d’accident ou de catastrophe face aux centrales nucléaires», dit Kan. « Et donc, le seul moyen d’empêcher que cela se passe, pour éviter le risque d’avoir à évacuer ces énormes quantités de personnes, 50 millions de personnes, et à cette fin, dans l’intérêt de la vie de notre peuple, et même l’économie du Japon, je suis venu pour changer la position, que la seule façon de le faire était de se débarrasser totalement des centrales nucléaires « .

Je crois que le moment est venu crucial pour nous d’éliminer l’énergie nucléaire,  nous pardonne l’administration Abe, qui va dans la direction opposée.

http://www.democracynow.org/2ex_japanese_pm_on_how_fukushima014/3/11/