Jan 30 2015

L’ouest de la Normandie montre ses muscles

MetopoleCaenNormandieCaen Normandie Métropole est lancé. Ce pôle métropolitain réunira 32 intercommunalités de toute la BasseNormandie. Avec l’ambition de parler d’une seule voix dans une Normandie réunifiée. Jean-Christophe LALAY. Ouest France 30 01 2015

Un pôle métropolitain, c’est quoi ?

Il ne s’agit pas d’un échelon territorial supplémentaire mais d’un réseau d’intercommunalités. L’objectif? Développer des projets en commun. Ces intercommunalités ne constituent pas forcément un territoire cohérent. Elles se rassemblent autour d’actions.

À l’origine, Caen-Métropole

Le syndicat mixte Caen-Métropole, présidé aujourd’hui par Sonia de la Provôté, premier adjoint au maire de Caen, va constituer le socle de base du futur pôle métropolitain Caen Normandie Métropole. Depuis 10 ans, Caen-Métropole réunissait 10 intercommunalités autour de la capitale bas-normande. Trois autres communautés de communes les ont rejointes récemment : Pays de Falaise, Suisse Normande et Condé-sur-Noireau. L’élargissement de ce syndicat à d’autres territoires de toute la Basse-Normandie permet la création du pôle métropolitain.

Un million d’habitants

Trente-deux intercommunalités vont rejoindre le nouveau pôle métropolitain. Elles représentent plus d’un million d’habitants. Originalité de cette structure, elle réunit sur tout le territoire bas-normand. Les communautés urbaines d’Alençon, de Cherbourg, les ag glomérations des villes moyennes comme Bayeux, Saint-Lô, Flers, Alençon sont de la partie ainsi que des territoires plus ruraux. Le conseil régional et les trois conseils généraux sont aussi des partenaires de cette structure.

Pour quels projets ?

Cinq grands domaines d’actions sont repérés pour le futur pôle : l’aménagement durable, l’économie, le service aux populations, l’environnement et les coopérations inter-territoriales. Hier à Caen lors du lancement du pôle, les élus ont spontanément évoqué des pistes de réflexion autour de la santé dans le contexte de la reconstruction du CHU de Caen, autour de la façade maritime et des relations transmanche ou encore de la vallée de l’Orne.

Une réponse à la Haute Normandie ?

Ce pôle arrive dans le contexte de la future grande Normandie. « Nous lançons un message important aux autres territoires de la future région, explique Joël Bruneau, maire et président de l’agglomération de Caen. La grande Normandie ne peut pas se passer de sa partie occidentale. Nous avons compris cette urgence et avons réussi à dépasser notre tempérament bocager ». Même tonalité chez son homologue de Flers, Yves Goasdoué : « Il faut qu’une parole soit portée face à la Haute-Normandie ». Pour Patrick Gomont, maire et président de l’agglomération de Bayeux, « il faut être acteur et ne pas subir la réunification ». Claude Leteurtre, président de la communauté de communes de Falaise, résume le tout par une formule : « C’est une démonstration de force ».