Nov 04 2011

Négociations PS-EELV : ça coince…; vers un plan B pour EELV?

Publié le 3 novembre, mis à jour le 5 novembre à 11h30

Les négociations qui ont repris mercredi matin entre le PS et Europe Ecologie-Les Verts (EELV) en vue d’un accord programmatique pour 2012 se sont achevées à la mi-journée, avec le constat qu' »on rapproche les points de vue » et le souhait de part et d’autre, d’arriver à un accord dans les 15 jours.

Face à l’arrogance historique du PS quand il sent le vent en poupe, EELV devra t-il partir sous ses propres couleurs aux législatives? 

http://www.francesoir.fr/actualite/politique/ee-lv-plan-b-cecile-duflot-153750.html
Le chantier à Flamanville est l’une des pierres d’achoppement de l’entente cordiale recherchée par les écologistes et les socialistes.

Pour Europe Ecologie-les Verts, le sujet est vite balayé: il s’agit d’arrêter tout simplement le chantier du réacteur 3è génération à Flamanville. Leur but, c’est une sortie du nucléaire rapide. De ce fait,  l’EPR est leur ennemi numéro 1: sa mise en service prolongerait le nucléaire jusqu’en 2070.

Duflot : pas de « point de compromis » avec le PS si on continue à construire l’EPR:

« Clairement, on ne pourra pas direqu’on trouve un point de compromis, si on continue à construire des centrales nucléaires ruineuses comme l’EPR et potentiellement dangereuses, ce qu’a dit l’ASN [Autorité de sûreté nucléaire] (…). C’est une évidence », a répondu MmeDuflot.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/11/04/duflot-pas-de-point-de-compromis-avec-le-ps-si-on-continue-a-construire-l-epr_1598817_823448.html

Du côté du parti socialiste, l’avis est moins tranché.

François Hollande ne souhaite pas abandonner l’une des dernières industries françaises exportables. Le contexte de Fukushima a ravivé l’intérêt de pays comme les Etats-Unis ou la Chine pour l’EPR. Mais les réacteurs low-cost fabriqués en Corée du Sud n’offrent pas les garanties de sécurité désormais exigées, d’où un regain d’intérêt pour la solution française.

Le PS envisage de ce fait une sortie du nucléaire partielle et surtout en douceur : Il s’agit de faire baisser la part de l’énergie nuclaire de 75 à 50% d’ici 2025. Les écologistes avancent une part de 40%. Sur ce point, les négociations semblent donc avancer.

Si les deux partenaires parviennent à un accord, il devrait être signé d’ici le 19 novembre.

Mais Cécile Duflot peaufine dèjà son plan B , qu’on se le dise…

Bravo Cécile, Bravo Eva!!!!

 

(1 commentaire)

    • Janick Magne on 7 novembre 2011 at 18 h 03 min
    • Répondre

    Je souhaite qu’il n’y ait pas de compromission. La sortie du nucléaire est trop importante pour qu’on accepte des demi-mesures. Nous avons cette chance, à la différence du Japon, de pouvoir arrêter le nucléaire AVANT l’accident, n’attendons pas qu’il se produise…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*