Notre-Dame-des-Landes : les “100 Noms”, l’expulsion de trop ?

Les opposants sur le site des 100 Noms face aux gendarmes mobiles / © LOIC VENANCE / AFPLes Fosses Noires, le Lama Fâché… Les expulsions se sont succédé ce lundi sur le site de la Zad. En fin de matinée, huissiers et gendarmes sont arrivés au lieu-dit les « 100 Noms » pour en expulser ses occupants. France 3  Fabienne Béranger 

 

Ci dessus: Les opposants sur le site des 100 Noms face aux gendarmes mobiles / © LOIC VENANCE / AFP

Sur le site des « 100 Noms », huit personnes, cinq hommes et trois femmes, qui vivent sur place depuis 2013 et mènent des projets qu’ils n’ont pas déclaré à la Mutualité sociale agricole (MSA).
Ils cultivent un potager et ont développé une bergerie accueillant un troupeau de 80 moutons et quelques ânes.

A 11h30, les gendarmes mobiles arrivent accompagné d’un huissier. Selon notre journaliste sur place, ce dernier refuse de produire l’ordonnance sur requête. Les habitants lui signifient qu’ils vivent là depuis 5 ans, que le courrier passe, et qu’ils n’ont rien reçu.

Rapidement, les opposants de la Zad affluent sur site pour empêcher les expulsions des « 100 Noms ». Le bras de fer entre Zadistes et forces de l’ordre commence.
« Stop violence », « Patience et raison » ou encore « Place au dialogue », peut-on lire sur les panneaux des opposants venus prêter main forte.  La tension monte. Les opposants sont finalement repoussés dans un champ voisin.

 

Evacuation sur le site des 100 Noms à Notre-Dame-des-Landes / © Eléonore Duplay - France 3 Pays de la Loire
Evacuation sur le site des 100 Noms à Notre-Dame-des-Landes / © Eléonore Duplay – France 3 Pays de la Loire

Guillaume, qui vit sur place, oscille entre émotion et colère: « Ils disent défendre l’état de droit mais on n’a même pas vu l’ordonnance d’expulsion de l’huissier ». « On s’est déclarés il y a cinq ans, on est identifiés, on a une boîte aux lettres, le facteur passe, on avait un troupeau qui grossissait, on avait juste besoin de temps pour développer l’infrastructure », déplore le jeune homme, qui compte « venir pour reconstruire ».

Même incompréhension de la part de l’Acipa, l’association citoyenne qui estime que les habitants des « 100 Noms » « portaient pourtant un vrai projet agricole qui tenait la route ! ». Estimant que l’Etat ne respecte « pas sa propre parole », l’association appelle « tous ceux qui le peuvent à venir demain à NDDL ! ».

« Des projets agricoles sont aujourd’hui la cible de destruction », écrit COPAIN 44 ,dans un communiqué.
« Cela nous laisse entrevoir un risque de fort durcissement des positions alors que la situation aurait pu se régler de manière plus apaisée », s’inquiète le Collectif des organisations professionnelles agricoles indignées par le projet d’aéroport, qui poursuit « une  intervention des forces de l’ordre sur les lieux de vie nous semble dangereuse et inappropriée à ce stade et risque de compromettre les discussions en cours sans apporter de réelles solutions. »

NDDL , évacuation du lieu-dit les « 100 Noms »

https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/notre-dame-landes-100-noms-expulsion-trop-1455815.html

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.