Fév 04 2018

Nucléaire danger immédiat : le livre qui met à mal la sûreté des centrales françaises

Le JDD publie en avant-première des extraits de Nucléaire, danger immédiat, un livre d’enquête qui conteste le dogme de la sûreté et de la rentabilité des centrales françaises. Au premier rang des préoccupations : l’état alarmant de plusieurs cuves, qui renferment le cœur des réacteurs. 
Les quatre réacteurs du site nucléaire de Tricastin (Drôme et Vaucluse) ont été arrêtés en 2017.
« Ça y est, nous y sommes. Aux quarante ans. D’ici à 2028, 48 réacteurs [sur 58 en service en France] – ceux du palier de 900 MW et une partie des réacteurs de 1.300 MW – vont atteindre cet âge canonique.
Depuis le milieu des années 2000, en raison de ses difficultés financières qui l’empêchent d’investir dans de nouveaux moyens de production, EDF demande, réclame, impose même, que l’ensemble de ses centrales nucléaires soient autorisées à fonctionner au-delà des quarante ans, et prolongées de vingt ans.

[…] [Parmi les éléments qui vont] déterminer la prolongation ou l’arrêt des cuves : ont-elles des malfaçons, d’origine ou apparues avec le temps, qui compromettent la sûreté? C’est l’un des plus grands secrets de l’industrie nucléaire en France. […] Selon EDF, 10 cuves en exploitation ont des fissures qui datent de leur fabrication.

Un séisme à Tricastin pouvait aller vers « un accident de type Fukushima »

[…] Tricastin, avec son réacteur 1, est la pire centrale du pays. Ce réacteur cumule tous les problèmes : défauts sous revêtement, absence de marge à la rupture, et dépassement des prévisions de fragilisation à quarante ans! Sans oublier le risque d’inondation catastrophique en cas de séisme, comme l’a relevé en septembre 2017 l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui a arrêté d’office le fonctionnement des quatre réacteurs de la centrale en attendant qu’EDF fasse, enfin, les travaux de renforcement de la digue du canal de Donzère-Mondragon.

La centrale est en contrebas du canal, à 6 m en dessous du plan d’eau. Pierre-Franck Chevet, le président de l’ASN, nous a confié ‘qu’en cas de séisme fort on pourrait aller vers une situation, avec quatre réacteurs simultanés en fusion, qui ressemble potentiellement à un accident de type Fukushima. EDF a trouvé l’arrêt immédiat de la centrale pour réaliser ces travaux injustifié, moi je le trouve justifié.' »

Nucléaire, danger immédiat. Thierry Gadault et Hugues Demeude, Flammarion, 286 p., 21 euros. À paraître mercredi 7 février.

Nucléaire : danger immédiat

Et ça se passera près de chez vous !

Pour en finir avec un mensonge d’État !
Deux Français sur trois vivent à moins de 75 kilomètres d’une centrale nucléaire alors que la menace d’un accident grave n’a jamais été aussi forte.
Au-delà des discours si rassurants des défenseurs du nucléaire, la situation dans nos 19 centrales est plus que préoccupante. Comme le révèle cette enquête, de nombreux réacteurs ont très mal vieilli (notamment à Gravelines, au Bugey ou à Tricastin) : cuves fissurées, enceintes de « confinement » passoires, équipements essentiels non conformes… Tout est réuni pour que survienne une catastrophe. Sans compter, les risques externes, sans cesse minimisés, qui, à l’image du dangereux barrage de Vouglans dans le Jura, menacent la sûreté de certaines centrales.
Financièrement exsangue, incapable d’investir dans de nouveaux outils de production, EDF manœuvre pour imposer la prolongation de ses centrales au-delà du raisonnable. Cette impasse financière, technique et humaine intervient à un moment clé : 48 réacteurs (sur 58) vont atteindre d’ici à 2028 le seuil critique, considéré comme maximal, des 40 années de fonctionnement.
Parce que le complexe nucléaire tricolore est aujourd’hui en faillite, en raison des gestions hasardeuses des deux principales entreprises publiques (EDF et Areva), parce que la France a lié son avenir à celui du nucléaire en retardant toute vraie transition énergétique, le piège est en train de se refermer.
Et ça se passera près de chez vous…
  • Flammarion Enquête
  • À paraître le 07/02/2018
  • Genre : Documents
    • 286 pages – 153 x 240 mm

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*