Nov 08 2011

Nucléaire: Hollande choisit l' EPR contre EELV

Boom patatras, après avoir fait lambiner les Verts (comme en Bretagne pour les élections régionales) le candidat PS à l’élection présidentielle François Hollande dévoile son vrai visage et s’est engagé, lundi soir, en matière nucléaire à « préserver la construction d’un EPR » (réacteur nucléaire de troisième génération).

Il jette l’hypothétique accord de gouvernement aux orties estimant disposer d’une majorité absolue aux élections législatives. ( oui oui) .. La messe ecolo est dite, même si ont fait semblant de croire à des discussions futures.

Revenons au naturel….. L’action  EDF va pouvoir remonter, VINCI respirer bientôt pour son bel aéroport de ND des landes….

A priori, le PS  n’a pas réservé sa réponse à EELV et aux écologistes mais à France 2, c’est charmant comme méthode de négociation avec des alliés naturels … et ça augure mal d’une nouvelle démocratie en France.

De fait, les négociations entre le PS et EELV ont été « suspendues » aujourd’hui, a indiqué un cadre du parti écologiste

« Je suis pour une diminution de la part du nucléaire dans la production d’électricité. 75% de nucléaire, c’est trop élevé par rapport à ce que nous devons faire en matière de diversification des sources d’énergie mais je préserverai la construction d’un EPR, à la condition bien sûr que toutes les règles de sécurité soient respectées », a déclaré François Hollande sur France 2, en réponse à une question sur l’avenir de l’EPR à Flamanville en cours de construction.

N’ a t il rien vu à Fukushima, a t il étudié le dossier de l’EPR, ou fait il partie du lobby nucléaire?

« Si François Hollande dit non pour arrêter le chantier de Flamanville, il n’y aura pas d’accord » entre Europe Ecologie-Les Verts et le PS dans la perspective des échéances électorales de 2012, a prévenu dimanche Eva Joly, candidate EELV à la présidentielle.

Cécile Duflot, secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts (EE-LV), avait déjà prévenu en fin de semaine dernière que son parti ne pourrait pas trouver « un point de compromis » avec le PS « si on continue de construire des centrales ruineuses comme l’EPR » de Flamanville.

Comme pour UP3 ( Extension de La hague après l’éléction présidentielle de 1981) Le PS nous refait l’histoire du « coup parti » avec Flamanville (il y a des contrats et c’est trop avancé, mais le nucléaire socialiste sera moins dangereux…). Demain le PS aura beau jeu de valider le futur réacteur de 4 génération et ITER, un coup parti lui aussi….

Quand JP Chevènement que je respecte par ailleurs, déclare qu’il ne faut pas se laisser à l’émotion avec la catastrophe de Fukushima pour remette en cause le nucléaire, j’ai du mal à contenir mon indignation car il y a des vies humaines derrière et il n’en dit rien.

Quand Hollande parle de mix energetique à la façon de composer un bouquet bucolique, il ne justifie pas ses choix au regard du nucléaire. Veut-il préserver les intérêts d’AREVA et d’EDF à l’exportation? Connait il les défaut de l’EPR et ceux du site de Flamanville  ou ne veut il pas le savoir tout simplement comme le feraient un Sarkosy ou un Fillon en VRP du « meilleur réacteur du monde »? Sait il que ce nucléaire là est sale et  dangereux et qu’à Tchernobyl et à Fukushima des enfants et des adultes en meurent et vont en mourir ?.

Ce matin tout s’éclaircit , le PS est bien pro nucléaire et nombre de ses soutiens marchent aveuglément vers la catastrophe en chantant.

Après l’intervention pro nucléairte de Michel Rocard hier sur France Inter, après les courbettes implicites de JP Chevènement au PS , tous ces responsables qui se connaissent bien ont tous un point commun: ils sortent tous de l’ENA , fréquentent les mêmes élites issues de l’Ecole des Mines. Ils sont pro nucléaires dans l’âme estimant qu’on ne peut être élu président sans le soutien de l’appareil nucléo-industriel et financier.

De fait ils sont dans le déni des catastrophes en cours ( Fukushima est qualifié de catastrophe naturelle en raison du tsunami par le MRC alors que l’on sait que le séisme a entraîné des émissions radioactives).

Sarkosy, en déplacement à Strasbourg, ne dit pas autre chose quand il déclare que  Fukushima «n’est pas un accident nucléaire, mais un tsunami». Il va jusqu’à se moquer de  l’hypothèse d’une sortie de l’atome.

Ces élus du peuple ne disent mot sur les effets de la catastrophe en cours  et ne craignent pas de nous exposer à des périls semblables, comme le gouvernement japonais.

Ce n’est pas avec de telles méthodes que la France va pouvoir élaborer son modèle énergétique et de sortie du nucléaire  si déjà le PS inscrit le débat dans ce rapport de forces. Pour cette « real politik », on a déjà donné !.

En 2011, la responsabilité de la gauche est d’une autre nature qu’au siècle dernier: Les fondamentaux de la gauche  ne servent à rien si les hommes qu’elle prétend protéger sont menacés dans leur propre vie par la pire invention de tous les temps.

RENDEZ NOUS NOTRE VIE!!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*