On n’a pas encore vu de plan de réduction de la part du nucléaire en France

La baisse de la part du nucléaire devait être un marqueur fort de la politique énergétique du gouvernement. Elle est inscrite dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte, promulguée en août 2015, et François Hollande s’y était engagé, avant son élection. Mais la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui doit mettre en musique les objectifs de la loi de croissance verte, est repoussée de mois en mois. LE MONDE  Par Sylvie Chayette

Dernier épisode en date : la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, vient d’annoncer que le décret créant cette PPE « sera mis en consultation formelle avant l’été », alors qu’il devait être présenté début mars. Dans un premier temps, elle a demandé au Conseil supérieur de l’énergie d’examiner, vendredi 15 avril, un « arrêté relatif à la programmation des capacités de production d’énergie renouvelable ». Texte qui fait l’impasse sur le nucléaire.

Au pied du mur, le gouvernement tergiverse, et laisse à ses successeurs le soin de trancher dans le vif, suscitant l’incompréhension et la défiance des associations environnementales, qui l’accusent de renoncer à une vraie transition énergétique.

Cyrille Cormier est chargé des questions énergétiques pour Greenpeace. Il explique les atermoiements du gouvernement quant à la baisse de la production nucléaire.

LE MONDE
En savoir plus sur

http://www.lemonde.fr/energies/video/2016/04/13/comment-sortir-du-nucleaire_4901264_1653054.html#h18H4TBV921ghx2L.99

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.