Une danseuse étoile française en soutien des japonais

Sylvie Guillem  étoile française de la danse  qui est très populaire au Japon,  a entamé sa 40ème tournée dans l’archipel, celle-ci doit durer  jusqu’en novembre.

Intitulé « Hope 2011 », cet évènement vise à récolter des fonds pour les victimes du tsunami au Japon, pays cher dans le cœur de l’interprète

http://www.lepetitjournal.com/sortir-tokyo/87603-danse-hope-2011-sylvie-guillem-demarre-demain-sa-tournee-au-japon.html

Dans le cadre de l’annonce de ces spectacles montés dans le but de soutenir les habitants des zones touchées par le Tsunami du 11mars 2011, elle a  indiqué que le moment était venu pour le Japon et les autres pays dans le monde, de s’orienter vers les énergies dites alternatives.

Sylvie Guillem se  fait l’écho de la campagne antinucléaire menée en France avec l’appel aux énergies renouvelables.

Qu’une artiste peu adepte des problèmes énergétiques, se prononce aussi clairement contre le nucléaire est un soutien marquant qui  indique qu’un virage est en cours dans notre pays.

http://www.dailymotion.com/video/xc72pb_sylvie-guillem-danse-le-bolero-de-r_creation

La Bourse ne croit plus au nucléaire

Le Figaro, Par Roland Laskine  publié le 31/10/2011

La baisse des actions EDF et GDF-Suez s’accentue depuis quelques jours.

Des rumeurs font état d’un arrêt possible de certaines centrales en France et en Belgique où les groupes français sont très présents.

Depuis la catastrophe de Fukushima en mars 2011 et la confirmation par legouvernement allemand d’arrêter définitivement toutes ses centrales d’ici à 2022 rien ne va plus pour les valeurs nucléaires qui paraissaient pourtant promises à un bel avenir. En plus des velléités des gouvernements européens, notamment la France, de bloquer le prix de l’électricité et du gaz, plusieurs nouvelles sont venues perturber le secteur au cours de ces derniers jours.La Belgique, où GDF Suez réalise 11% de son résultat opérationel, ne se contente pas de vouloir doubler les taxes sur le nucléaire. Les partis politiques du pays qui négocient actuellement la formation d’un nouveau gouvernement seraient tombés d’accord pour fermer les deux dernières centrales en services dans le pays. Deux centrales exploitées par Electrabel, filiale du groupe GDF Suez. Résultat : une baisse de 4 % du cours de GDF Suez qui abandonne plus de 9 % sur quatre semaines.

Areva est plus touchée que Siemens

En Bourse, EDF est également très attaqué. Le titre perd 4 % ce matin à la suite de rumeur selon lesquelles le parti socialiste et les écologistes seraient proches d’un accord électoral prévoyant certaines fermetures de centrales nucléaires en France. Vendredi dernier, ces mêmes rumeurs avaient fait chuter le cours d’EDF de 5 %. Une enquête est en cours sur ces brutales variations de cours.

Pour l’heure, une certitude : le nucléaire n’a pas le vent en poupe en Bourse. Outre les pertes de chiffre d’affaires pour les opérateurs, les boursiers s’inquiètent du coût prohibitif induit par le démantèlement des centrales. Depuis le début de l’année toutes les valeurs du secteur sont en forte baisse surtout en Allemagne où le processus d’arrêt des centrales est désormais avancé. Le cours des deux producteurs d’énergie d’outre Rhin, RWE et E-on sont respectivement en baisse de 36,3 et 22,2 % depuis le début de l’année. L’équipementier Siemens qui avait fait au cours de ces trente dernières années du nucléaire une de ses principales activités abandonne également 16,6 % depuis le début de l’année.

C’est exactement la même évolution qui menace les valeurs françaises du secteur. EDF chute de 28,7 % depuis le 1er janvier et GDF Suez, qui peut compter sur ses activités gazières limite la casse à -22,2 % sur la même période. Areva qui rencontre par ailleurs de sérieux problèmes d’exploitation et de maîtrise de ses coûts, a même été plus sévèrement sanctionné que Siemens avec une baisse de 27, % en dix mois.

Jeudi voit qu’il se passe quelque chose , il a un frémissement de moustaches à la pensée que la finance pourrait quitter le navire du nucléaire et influer les politiques…. (normalement c’est pas l’inverse??)

Lettre ouverte de scientifiques sur les risques de l’expérimentation ITER

30 octobre 2011

Iter: Inconscience Thermonucléaire pour Enrichir les Requins!!! Des scientifiques eux-même reconnaissent le danger pourtant évident, ignorer l’évidence est donc criminel et pour cela les responsables devraient être condamnés!

Jusqu’à ce jour, l’opposition à l’expérimentation de fusion nucléaire ITER, « le soleil terrestre », se focalisait principalement sur les risques environnementaux. Or, des scientifiques de haut niveau, dont des physiciens des plasmas, s’inquiétant sur les failles scientifiques et techniques de cette expérimentation, ont adressé une « lettre ouverte internationale des scientifiques sur le projet thermonucléaire ITER » aux scientifiques d’ITER ORGANIZATION. Cette lettre, pourtant révélatrice des dangers que représentent une telle entreprise, est restée lettre morte…

http://lesmoutonsenrages.fr/2011/10/30/lettre-ouverte-de-scientifiques-sur-les-risques-de-lexperimentation-iter/

La sortie du nucléaire est la seule solution pour sortir de la crise

INTERVIEW – Corinne Lepage, candidate à la présidentielle pour Cap21 et Michel Rivasi, eurodéputée d’Europe Ecologie ont échangé leurs points de vue sur le nucléaire…

20 Minutes, le 30 octobre 2011

Ces deux femmes là ne s’en laissent pas compter: ce samedi, elles ont mis toute leur énergie à convaincre le public du Festival du vent, à Calvi, qu’une sortie du nucléaire s’impose en France. Leurs arguments: trop dangereux, trop coûteux, le nucléaire a montré sa capacité de nuisance de Tchernobyl à Fukushima. Mais à l’approche de l’élection présidentielle, à laquelle Corinne Lepage a choisi d’aller seule avec son parti Cap21, quelques divergences existent entre son programme et les positions d’Europe Ecologie Les Verts, représenté par l’eurodéputée Michèle Rivasi.

Sur quels points êtes-vous en désaccord concernant le nucléaire?

Corinne Lepage: En dehors du nucléaire militaire, aucuns. Michèle dit qu’il faut donner l’exemple et nous débarrasser de l’arme atomique, je réponds que ce serait formidable mais que dans le monde actuel, il serait déraisonnable de priver la France et l’Europe d’une force de frappe nucléaire. Je suis pacifiste, mais réaliste.

Michèle Rivasi: Globalement, nous sommes d’accord, mais nous n’avons pas la même stratégie. Nous voulons sortir du nucléaire et pas tergiverser. Nous sommes pour l’instauration d’un ministère de la transition énergétique, pour l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables qui permet de fermer progressivement les centrales. Notre décision politique est plus nette sur ce point.

Pensez-vous que le nucléaire sera un sujet important dans la campagne de 2012?

Corinne Lepage: Je porterai ce sujet car il est très structurant sur le plan économique et industriel, et en termes d’organisation du territoire. Ce ne sera pas le seul sujet de la campagne, mais je souhaite en parler de manière économique: la sortie du nucléaire est la seule solution pour une ré-industrialisation de la France et pour sortir de la crise.

Michèle Rivasi: J’en suis persuadée car avec l’audit de la Cour des comptes sur le coût du nucléaire, la construction de l’EPR de Flamanville et la question de la fermeture de Fessenheim, la question énergétique va se poser. Il va falloir que les experts scientifiques soient honnêtes et présents pour éviter une désinformation sur ce sujet.

Quel est le programme de votre parti sur le plan énergétique pour 2012?

Corinne Lepage: La mesure phare est de ne plus construire de nouvelles centrales en France pour donner un signal clair en faveur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Cela va créer de l’économie, des emplois, et réduira le coût de l’énergie pour les ménages. Je ne fais pas de fixation sur la date de sortie du nucléaire, mais il faut y arriver progressivement: sept millions de personnes vivent en France à proximité d’une centrale et on sait qu’un accident n’est pas inenvisageable.

Michèle Rivasi: Notre programme se fonde sur une transition énergétique qui, en sortant du nucléaire, permettra de réindustrialiser la France avec des emplois non délocalisables liés à la rénovation des bâtiments, à la recherche et développement pour fabriquer des appareils moins consommateurs d’énergie et au développement des énergies renouvelables. Les accords entre Europe Ecologie et le Parti socialistepasseront par la fermeture des centrales les plus à risque, l’arrêt de l’utilisation du Mox et l’abandon de l’EPR.

 Propos recueillis par Audrey Chauvet

110 micro Sv / h à Setagaya: l' europium-152 en question

 Suite à l’article, http://fukushima-diary.com/2011/10/breaking-news-110-micro-svh-in-setagaya/

L’europium-152 est un matériau de tige de commande dans un réacteur.Si cela est vrai, un morceau de la tige de commande du réacteur 3 a volé et est arrivé dans le tuyau d’égout à Setagaya.

La présence de l’europium-152,  prouve que le réacteur 3 a bien subi  une explosion nucléaire comme cela  a été suggéré.

Source )