Pas de fin du nucléaire sans une obligation de rénovation

Dans le dernier scénario établi par l’association Négawatt, rendu public fin septembre, l’abandon du nucléaire passe inévitablement par une obligation de rénovation massive et lourde du parc des logements et des bâtiments tertiaires.

Pour se passer du nucléaire en 2050, l’association Négawatt n’envisage pas simplement une multiplication par 20 de la puissance du parc éolien installé ou par plus de 30 l’utilisation du Biogaz. Pour imaginer d’ici quatre décennies, un mix énergétique français sans uranium, ce alors que la population française devrait avoir augmenté de 7 millions, Négawatt envisage un scénario « réaliste » se basant sur une réduction de plus de 60 % de la consommation énergétique finale des bâtiments résidentiels et tertiaires.

Pour y arriver, l’association remarque qu’il est indispensable que  la surface moyenne des nouveaux logements se stabilise, que  l’habitat en petit collectif se développe, et que dans le tertiaire  la croissance des surfaces se ralentisse sensiblement.

http://www.lemoniteur.fr/201-management/article/a-suivre/863457-pas-de-fin-du-nucleaire-sans-une-obligation-de-renovation

Hommage à Steeve Jobs

http://www.bloc.com/videos/steve-jobs-hommage-mort-deces-94.htmlM

Mon premier Apple : un Apple II C 1985

Mon Apple II GS: 1987

Mon premier Mac: 1991

Mes PC….( no comment)

Mon Iphone 2011

Mon Apple User Group:

http://www.microcam35.org/

Fukushima : une radioactivité 30 fois supérieure à la limite

Une association de citoyen révèle des concentrations de radioactivité 30 fois supérieures à la limite fixée autour de la ville de Fukushima

5 10 2011

Sept mois après le séisme suivi du tsunami qui a ravagé la côte Est de la région japonaise de Tōhoku, une association d’habitants demande à l’Etat d’« évacuer les enfants et les femmes enceintes » dans la région de la ville de Fukushima.

Des relevés effectués par un expert pour le compte de l’association des Citoyens contre les centrales nucléaires de Fukushima révèlent une concentration en césium radioactif de 307.000 becquerels par kilogramme sur des terrains proches du centre ville de Fukushima, rapporte l’AFP.

La limite de radioactivité fixée par l’Etat est, elle, de 10.000 becquerels pour un échantillon de sol d’un kilogramme, soit 30 fois moins que le niveau relevé le 14 septembre dernier par l’expert.

« Nous demandons aux autorités de faire évacuer les enfants et les femmes enceintes de ces zones », a déclaré Takeshi Sakagami, membre de l’association.

Cette association de citoyen tire la sonnette d’alarme, une semaine après que le gouvernement japonais a décrété de nouveau habitables les cinq agglomérations situées au-delà de la zone interdite.

Cette zone s’étale sur un rayon de 20 km autour de la centrale accidentée de Fukushima Daiichi. Elle a été évacuée après l’accident et reste encore aujourd’hui interdite d’accès. Un mois après le tsunami destructeur du 11 mars dernier, qui a provoqué la catastrophe nucléaire de Fukushima, cette zone avait été élargie selon les mesures de radioactivité effectuées et présentant un danger pour la population  au-delà de la zone interdite.

La révolution énergetique est en marche

20111007-032835.jpg

Six mois après le 11 mars, le Japon en perdition ?

Par Jean-Marie Bouissou, directeur de recherche au CERI Sciences Po dans le Monde du 05.10.11 

« Au lendemain du tsunami du 11 mars dernier, la dignité et le courage des Japonais ont fait l’admiration de l’Occident. Puis est venu l’étonnement, devant l’accumulation de fautes qui a causé la catastrophe nucléaire de Fukushima…

« Comment est il possible, au pays d’Hiroshima, que le débat sur le nucléaire – dont 70 % des Japonais veulent sortir – soit en train d’être étouffé, alors que la situation reste critique à Fukushima ; que 110 000 personnes qui vivent dans un rayon de 20 kilomètres autour de la centrale ont été chassées de chez elles, où elles ne reviendront certainement pas ; que 76 000 de plus pourraient l’être, et qu’à moins de 250 kilomètres de Tokyo, une région vaste comme six fois Paris intra muros est désormais inhabitable ?

Pour relever le Japon, « il faut pour cela des ressources qui semblent aujourd’hui en voie de disparition, et pas seulement au Japon : une vision à long terme, une forte cohésion nationale et la foi dans l’avenir »

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/10/05/six-mois-apres-le-11-mars-le-japon-en-perdition_1582373_3232.html#xtor=AL-32280258.