La désinformation nouvelle arme du lobby nucléaire

Ci dessous le post d’Orion sur Agoravox:

« La méthode Coué pour lutter contre les radiations, c’est la dernière ligne de défense du Lobby nucléaire, à mettre en parallèle avec les propos de Gerry Thomas, Professeur de l’Imperial College de Londres, connu pour ses liens étroits avec le lobby nucléaire, qui déclara il y a quelques semaines : » »il faut arrêter les reportages sur Fukushima, qui ne font qu’inquiéter les citoyens japonais » , ajoutant : « les médias ont une responsabilité importante dans cette affaire car après Tchernobyl les pires effets furent les conséquences psychologiques, et ceci ne doit plus se produire ».

JPEG - 65.5 ko

Cette nouvelle ligne de défense, chantée à l’unisson par les cadres du lobby repose sur 3 axes :

– Informer est dangereux pour la population
– Les radiations sont plus un problème psychologique
– Le rire, la bonne humeur et l’indifférence sont les meilleurs défenses

Tout cela, bien sur, n’ayant qu’un seul but, stopper la prise de conscience des peuples sur la dangerosité du nucléaire (tout les moyens sont bons, même les plus ridicules…) »

Peut-on désinventer le nucléaire ? Une émission de France Culture à réécouter.

19.09.2011 – Du Grain à moudre. 39 minutes

Accueil

http://www.franceculture.com/player?p=reecoute-4311981#reecoute-4311981

De la même manière qu’il y eut un ‘avant’ et un ‘après’ Tchernobyl, il y aura un ‘avant’ et un ‘après’ Fukushima. Six mois après le séisme et le tsunami qui ont mis en péril la centrale japonaise et traumatisé la population, la question de la pérennité du nucléaire civil reste plus que jamais d’actualité. Depuis cet accident, la Suisse a décidé de sortir du nucléaire en 2034, l’Allemagne en 2022.

Tokyo: 60 000 personnes debout contre le nucléaire

19 Septembre 2011 Une manifestation anti-nucléaire a eu lieu à Tokyo. 60.000 personnes étaient présentes.

 

 

ll y a 23 ans, un chercheur japonais avait averti des risques de tsunami pour les centrales atomiques

Un célèbre chercheur japonais sur les risques de tsunami a souligné l’importance de regarder au-delà des données du passé dans l’estimation des dangers des catastrophes naturelles.

A une réunion de 4 jours organisée par la Société japonaise de l’énergie atomique à Kitakyushu, une ville du sud-ouest de l’Archipel, Nobuo Shutô, professeur émérite de l’université du Tohoku, a donné une conférence ce mardi.

Dans une thèse publiée dans une revue il y a 23 ans, M. Shutô, bien connu dans le monde pour ses recherches sur les tsunamis, avait souligné la possibilité qu’un tsunami puisse perturber les circuits électriques d’une centrale nucléaire.

Le professeur avait continué d’insister sur le besoin d’être prêt à des tsunamis plus violents qu’attendu, mais les compagnies d’électricité n’ont pas mis en oeuvre les mesures appropriées en préparation à d’éventuelles catastrophes de ce genre.

Primaire PS et nucléaire : les six candidats rendent un brouillon

Aucun des six candidats n’a encore fait un choix clair et ferme en faveur d’une sortie du nucléaire, qui implique notamment l’arrêt du chantier de l’EPR de Flamanville ».

Pas d’engagements sur l’EPR, ou comment un fumeur dit vouloir arrêter « plus tard »

http://www.agglotv.com/?p=18171