Pourquoi le nucléaire d’ EDF va être renationalisé

Fermer
Leblogdejeudi: Nationalisation des pertes, privatisation des bénéfices ….

Le gouvernement a demandé au président d’EDF, qui vient d’être reconduit et qui présentait ses résultats annuels vendredi 15 février, de travailler à un changement de structure de l’entreprise. La Croix Jean-Claude Bourbon , 17/02/2019

La centrale nucléaire du Blayais, entre Bordeaux et Royan.

ZOOM 

La centrale nucléaire du Blayais, entre Bordeaux et Royan. / GEORGES GOBET/AFP

Ce n’étaient que des réflexions internes au gouvernement, alimentées par des notes de banquiers d’affaires. C’est maintenant une feuille de route confiée à Jean-Bernard Lévy, qui vient d’être renouvelé, jeudi 14 février, dans ses fonctions de président d’EDF pour un nouveau mandat de quatre ans. Il a été chargé de plancher sur une réorganisation du groupe et devrait rendre ses conclusions d’ici à la fin de l’année.

Jean-Bernard Lévy reconduit pour un deuxième mandat à la tête d’EDF

Beaucoup d’idées circulent, mais l’objectif central serait de placer le nucléaire, ainsi que les grands barrages, sous le contrôle d’une société à capitaux 100 % publics. Cela reviendrait à renationaliser la production des 58 réacteurs (bientôt 56 avec la fermeture des deux réacteurs Fessenheim) et à retirer EDF de la Bourse, en rachetant les 16 % des actions qui avait mises sur le marché en novembre 2005, qui valent aujourd’hui entre 6 et 7 milliards d’euros. Les activités d’énergies renouvelables, de distribution (RTE et Enedis) et de commercialisation seraient, quant à elles, logées dans une filiale spécifique, ayant vocation à être cotée, même si l’État y restera majoritaire.

Le nucléaire, une question de « souveraineté »

En France, la logique qui sous-tend la mise en œuvre de ce « big bang » est de considérer le nucléaire comme une énergie différente des autres. C’est le premier constat. Il s’agit d’un univers de temps long (voire très long pour les déchets), qui a besoin de beaucoup d’argent (51 milliards d’euros sur la période 2014-2025 pour prolonger la durée de vie du parc français) et dont les risques sont in fine portés par l’État. Ce sont des « actifs de souveraineté », souligne le patron d’EDF.i Pourquoi lire La Croix ?+La Croix vous explique, avec lumière et clarté, le monde qui vous entoure,afin que vous puissiez bâtir votre opinion.

Aujourd’hui d’ailleurs, hormis les électriciens publics, rares sont les investisseurs privés à vouloir s’engager dans la construction de réacteurs, aux normes toujours plus draconiennes et avec des prix de l’électricité de moins en moins compétitifs. Aux États-Unis, par exemple, le gaz de schiste a tué tous les projets de nouvelles centrales nucléaires.

L’autre constat est que dans le système actuel, EDF a bien du mal à gagner de l’argent avec ses réacteurs, du moins dans la durée. La faute à « l’Arenh »(« l’accès régulé à l’électricité nucléaire historique »), un dispositif mis en place en 2010 dans le cadre de la libéralisation du secteur, qui permet aux concurrents d’EDF de bénéficier eux aussi de cette « rente nucléaire » à un prix (42 € le mégawattheure) qui n’a pas été révisé depuis des années. Ils peuvent acheter jusqu’à 100 térawattheures, soit environ un quart de la production des centrales.

« C’est injuste, car quand les prix de marché sont au dessus, EDF ne peut pas en profiter pleinement et quand les prix sont bas, l’entreprise assume toutes les charges », explique-t-on dans l’entourage de Jean-Bernard Lévy. L’un des buts de la réorganisation serait ainsi de mieux sécuriser les revenus de l’activité nucléaire.

L’opposition des syndicats

Le président d’EDF va avoir besoin de beaucoup de doigté pour mettre en musique cette nouvelle partition. D’autant qu’il n’était pas spécialement demandeur d’une réforme de structure, préférant plus simplement une modification de l’Arenh.

Le dossier est, en effet, doublement explosif. D’abord, en interne, avec des syndicats qui sont pour l’heure globalement contre, y voyant à la fois une logique financière pour l’État qui privatiserait les actifs les plus rentables et la réponse du gouvernement à une demande des écologistes de mettre le nucléaire de côté. « Dans cette organisation, le gouvernement pourrait décider quand il veut de fermer des réacteurs », juge un délégué. La CGT parle « d’un démantèlement » et de« la casse du modèle EDF », Force Ouvrière rappelle que « les agents sont attachés à une entreprise intégrée telle qu’elle existe aujourd’hui ».

Officiellement, la question du statut du personnel n’est pas incluse dans le projet de réorganisation, mais rien n’empêche qu’elle revienne sur le tapis, comme éventuelle monnaie d’échange, alors que se profile aussi la réforme des retraites, un sujet très sensible dans la maison.

L’aval nécessaire de Bruxelles

Mais pour être acceptée, cette réforme doit aussi recevoir l’aval de la Commission européenne, très à cheval sur les questions de concurrence. Ce n’est pas le plus facile. Difficile d’imaginer, par exemple, qu’elle accepte d’un coup que 80 % de la production d’électricité en France redeviennent des actifs régulés. Depuis des années, Bruxelles pousse ainsi le gouvernement français à légiférer de manière à ouvrir le marché des barrages EDF.

EDF, un groupe toujours très endetté

Jean-Bernard Lévy, le président d’EDF, s’est montré plutôt satisfait lors de la présentation des comptes 2018, vendredi 15 février. « Tous les objectifs ont été dépassés », a-t-il affirmé en évoquant « une année de rebond ». Le chiffre d’affaires a progressé de 6,3 % (67 milliards d’euros) et l’excédent brut d’exploitation a grimpé de 11 %, grâce à une production nucléaire très supérieure à l’année précédente.

Mais les bénéfices ont reculé de 63 % à 1,1 milliard, en raison de modifications comptables. La dette reste lourde (33,4 milliards d’euros) et ne diminue pas. L’État se montre un actionnaire très gourmand, avec une distribution de dividendes qui représente la moitié des bénéfices.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.