Jan 31 2012

Rapports sur le nucléaire français: une synthèse

La polémique sur l’avenir du nucléaire devrait rebondir dans les prochains jours avec la publication de plusieurs rapports importants ! Publié par JF@ le 31 Janvier 2012 

 

Ainsi, la Cour des Comptes doit rendre aujourd’hui son travail sur le coût global de la filière nucléaire en France. Selon des informations de presse, cet audit, demandé au printemps dernier par le gouvernement après la catastrophe de Fukushima, devrait confirmer le caractère compétitif de l’électricité nucléaire par rapport aux autres sources d’énergie. Mais il soulignerait aussi la difficulté à évaluer avec précision les futurs coûts du nucléaire, liés au renforcement de la sécurité, au démantèlement des vieilles centrales et à la gestion des déchets finaux.

Ce son côté, le Commissariat à l’Energie atomique (CEA) estime que le remplacement de l’énergie nucléaire par des énergies renouvelables coûterait entre 352 et 560 Milliards d’Euros de plus qu’un statu quo énergétique en France. L’administrateur général du CEA, Bernard Bigot, commente ce matin cette étude dans un entretien aux ‘Echos’. Selon lui, une sortie totale du nucléaire avec un arrêt progressif des centrales jusqu’en 2025 pourrait être réalisée en faveur  » d’un bouquet composé de 40% d’éolien terrestre, 20% d’éolien offshore, 12% de photovoltaïque, 12% d’hydraulique et 16% de cycles combinés au gaz. On aurait dans ce cas un surcoût de l’investissement compris entre 352 et 560 Milliards d’Euros « . Cela correspondrait à un coût de production de 124 Euros par MWh en 2025, contre 62 Euros dans un scénario de statu quo (et environ 40 Euros actuellement), estime M. Bigot.

Le patron du CEA n’exclut pas une baisse progressive de la part du nucléaire à 50% (contre 75% actuellement) de la production électrique, mais  » pas de manière précipitée. Ce serait trop rapide de le faire d’ici à 2025 dans le contexte budgétaire et technique « .

Enfin, un troisième rapport sur le nucléaire est en préparation, commandé par le ministre de l’industrie Eric Besson. Attendu pour le 13 février, ce document, dont le site ‘Mediapart’ publie une version provisoire, conclurait que l’extension de la durée de vie des centrales existantes serait la solution la moins coûteuse d’ici à 2035-2040 par rapport à la construction de nouvelles centrales ou leur remplacement par d’autres moyens de production.

A moins de trois mois de l’élection présidentielle, les candidats auront donc à leur disposition une quantité abondante d’avis d’experts pour alimenter leurs points de vue. Alors que Nicolas Sarkozy estime que le recours au nucléaire est dans  » l’intérêt supérieur de la France « , son principal adversaire socialiste, François Hollande, prône la fermeture de la centrale de Fessenheim et la réduction de 75% à 50% de la part du nucléaire dans la production d’électricité d’ici à 2025.

SLT

http://crefrance.ning.com/profiles/blogs/nucleaire-pol-mique-fran-aise

 

Voir en détail le contenu des rapports dans les billets détaillés sur ce blog

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*