Jan 21 2015

Rayonnements à Faibles doses : initiative américaine

nomorenucleaire1Le département américain de l’Énergie (DOE) et de l’Académie nationale des sciences ont été orientés à travailler ensemble pour évaluer l’état actuel des Etats-Unis et de la recherche internationale sur les rayonnements à faible dose et de formuler un programme de recherche à long terme dans un projet de loi approuvé par Chambre des représentants des Etats-Unis  20 Janvier 2015

La Loi Radiation Research faible dose de 2015 (HR 35) oriente les deux organisations à mener à bien un programme de recherche « pour améliorer la compréhension scientifique et réduire les incertitudes associées aux effets de l’exposition aux rayonnements à faible dose afin d’informer les méthodes de gestion améliorée des risques ». L’étude doit être achevée dans les 18 mois.

Les chercheurs doivent identifier les défis scientifiques actuelles pour comprendre les effets à long terme des rayonnements ionisants; évaluer l’état de la recherche à faible dose actuelle aux États-Unis et ailleurs;formuler des objectifs scientifiques globaux pour l’avenir de la recherche américaine de radiations à faible dose; et de recommander un programme à long terme de recherche stratégique pour affronter et surmonter les défis scientifiques identifiés. Le Secrétaire américain de l’Énergie doit alors présenter un plan de recherche de cinq ans en réponse aux conclusions et recommandations de l’étude.

Le projet de loi fait suite à une loi adoptée en Novembre autorisant le DOE pour effectuer des recherches sur les risques posés par de faibles doses de rayonnements ionisants.

L’Institut de l’énergie nucléaire des États-Unis (NEI) a salué l’initiative, et a noté que les dispositions de la nouvelle loi sont alignés avec les recommandations faites dans une 2013 lettre Mars par un groupe de physiciens de santé de renom pour White House Office of Science and Policy Director Technology John Holdren, qui a affirmé que la compréhension limitée des risques sanitaires à faible dose affaiblit ses capacités de prise de décision de la nation. La lettre a noté que l’établissement de normes de dose de rayonnement admissible trop élevées peut entraîner dans de grandes perturbations économiques et sociales, tout en fixant trop bas peuvent présenter des risques inacceptables pour la santé des populations.

« Compte tenu de l’omniprésence des technologies nucléaires dans notre monde moderne – la production d’électricité, l’imagerie médicale et le traitement, l’étalonnage de l’équipement industriel, et une myriade d’autres applications – il est logique que nous puissions mieux comprendre les effets sur la santé de faibles doses de rayonnement», a déclaré NEI vice-président senior Alex Flint.

Les risques de faibles niveaux de rayonnement sont un domaine d’un large débat. En Décembre 2012, le Comité scientifique des Nations Unies sur les effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR) a souligné la nécessité d’être prudent dans l’extrapolation des effets de faibles doses de radiation sur de grandes populations.

Chef physicien de santé de NEI, Ralph Andersen, a déclaré qu’un programme scientifique structurée pour répondre à certaines des lacunes dans les connaissances sur les rayonnements à faible dose serait bénéfique. « Bien que nous savons que nos procédures de radioprotection actuelles sont de protection de la santé et la sécurité publique, nous ne savons pas pleinement les conséquences sociales et économiques d’être trop prudente, » at-il dit.

http://www.world-nuclear-news.org/RS-US-House-passes-low-dose-radiation-bill-2001158.html