«

»

Juil 18 2013

Réacteur Moxé N°3 de Fukushima: vapeurs et forte contamination de l'eau

De la vapeur a été vue jeudi 18 juillet s’échappant du bâtiment du réacteur Moxé numéro 3 de la centrale atomique ravagée de Fukushima, a indiqué l’opérateur du site qui ignorait toujours plusieurs heures plus tard l’origine de ce nouvel incident. Les autorités se veulent rassurantes : « ni la température du réacteur, ni les mesures des systèmes de contrôle de radioactivité ne se sont élevées. »  Le Nouvel Observateur avec AFP 18-07-2013 . 
Pour le Fukushimadiary.fr, on a constaté un million de Bq/m³ de β nucléides dans l’eau face au réacteur 3 :  soit un record absolu de  14 fois plus en une semaine ( voir plus bas) 
Enfin: les dernières informations du jour avec une traduction d’ Enformable: et si c’était un effet du Corium au MOX?

« C’est un mince filet qui s’échappe, ce n’est pas un nuage », a expliqué un porte-parole.

Cette vapeur a été aperçue à 8h20 locales (mercredi 1h20 à Paris) apparemment en provenance d’une piscine de stockage de matériel au 5e et dernier niveau du bâtiment du réacteur numéro 3, a précisé la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco)dans un bref courriel, sans plus de détails.

Le dégagement a été repéré via une caméra par du personnel d’une entreprise tierce. Les instruments de mesure de radioactivité alentour n’ont pas montré de changement significatif, selon la même source.

« Ni la température du réacteur, ni les mesures des systèmes de contrôle de radioactivité ne se sont élevées. Nous ne pensons pas qu’il s’agisse d’une situation d’urgence, mais nous continuons d’enquêter », a encore précisé le porte-parole ajouté.

Nous avons l’intention d’effectuer des mesures de radioactivité au-dessus du bâtiment du réacteur ainsi que des prélèvements de poussière à proximité », a ajouté Tepco dans un deuxième courriel.

A Fukushima, la situation reste instable

Le refroidissement du réacteur et de la piscine attenante de désactivation du combustible usé se poursuit normalement, a simultanément assuré la compagnie.

Le réacteur 3 est un des trois de la centrale (sur six) dans lesquels le combustible nucléaire a fondu après le séisme et le tsunami dévastateurs du 11 mars 2011. C’est sans doute le plus endommagé de l’ensemble, car il a aussi subi une explosion d’hydrogène qui a soufflé le toit du bâtiment mi-mars 2011, laissant une partie des installations à l’air et des monceaux de détritus au-dessus.

Il règne en outre à proximité de ce réacteur qui fonctionnait au MOX (mélange d’oxydes d’uranium et plutonium) un très haut niveau de radioactivité qui ne facilite pas les interventions.

L’incident encore inexpliqué de jeudi rappelle une fois de plus que la situation reste instable dans cette centrale en péril, même si elle est considérée comme étant sous contrôle depuis décembre 2011, lorsque les autorités ont décrété que les six réacteurs étaient en état dit « d’arrêt à froid ».

Depuis, quelque 3.000 travailleurs continuent chaque jour de préparer le démantèlement, un chantier de 40 ans, tout en se démenant face aux multiples avaries qui se déclenchent presque quotidiennement, tant est vulnérable le site qui continue de dégager des éléments radioactifs sous plusieurs formes.

Fiabiliser les équipements vitaux

Tepco et les entreprises impliquées dans cette crise font notamment face à de très gros problèmes d’eau contaminée, d’une part celle issue de l’arrosage continu qu’il faut stocker dans des citernes et décontaminer, et d’autre part celle qui s’est accumulée en sous-sol et est soupçonnée de s’écouler dans l’océan Pacifique voisin.

Depuis des mois, des experts demandent que soient prises des mesures pour fiabiliser les équipements vitaux qui ont été mis en place dans l’urgence dans les premiers mois de crise.

Des transformateurs et distributeurs électriques sont encore dans des camions à proximité des bâtiments, à la merci de nouveaux caprices de la nature ou de l’appétit des rats qui ont envahi le site.

Mi-mars, un de ces rongeurs avait causé un court-circuit et entraîné une panne qui avait paralysé durant près de 30 heures une partie des systèmes de refroidissement des piscines de désactivation du combustible usé, provoquant le plus grave incident recensé depuis fin 2011.

FUKUSHIMA DIARY FR – Un million de Bq/m³ de β nucléides dans l’eau en face  du réacteur 3 : Record absolu, 14 fois plus en une semaine

Selon Tepco, ils ont relevé 1 000 000 Bq/m³ de β-nucléides dans l’eau de mer.

C’est le record pour l’eau de mer. L’échantillon est du 15 juillet 2013. Le lieu est la grille du réacteur 3 (à l’intérieur de la digue de limon). Les β nucléides incluent le strontium 90.
On était à 72 000 Bq/m³ le 8 juillet au même endroit. La concentration s’est multipilée par 13,7 en une semaine.
Tepco n’a toujours pas dit que les eaux souterraines s’écoulent en mer.

http://www.tepco.co.jp/nu/fukushima-np/f1/smp/2013/images/2tb-east_13071601-j.pdf

 

Enformable

TEPCO a annoncé que durant des opérations d’enlèvement de débris avec des grues télécommandées placées au sommet de l’Unité 3 bâtiment du réacteur de Fukushima Daiichi , de la vapeur a émané près la structure de confinement primaire et du piscine de stockage situé au 5ème étage. Le récipient de confinement primaire entoure la cuve du réacteur est fait d’acier d’épaisseur de quatre à huit pouces.

La vapeur d’eau a d’abord été repéréé par un sous-traitant qui filmait le bâtiment alors qu’il s’apprêtait à enlever les décombres du site. La vapeur d’eau s’accumulait et se situant juste au-dessus de l’enceinte de confinement primaire quand elle a été découverte. Les travailleurs ont immédiatement interrompu leur travail et ont été évacués de la zone alors que les stocks d’urgence d’acide borique ont été préparés dans le cas où la situation empire. La vapeur d’eau, qui a commencé autour de 8h00 le 18 Juillet, était visible toute la journée et dans la nuit.

TEPCO n’a pas encore annoncé la source de l’émission et n’a signalé aucune hausse des niveaux de température et de rayonnement, mais a été incapable d’arrêter le flux de vapeur. Ils vont continuer à surveiller les niveaux de température et de rayonnement dans le réacteur tout en mesurant la poussière près du bâtiment pour mesurer les niveaux de radiation.

Certains, y compris Tepco, ont émis l’hypothèse que l’eau de pluie qui s’infiltre dans la cuve de confinement ou psicine de stockage temporaire de matériaux peut avoir généré la vapeur en raison des températures élevées, mais cette hypothèse n’explique pas pourquoi la vapeur est visible toute la journée et dans la nuit. Alors que la piscine de combustible usé est également situé au 5ème étage, elle avait été couverte pendant les opérations d’enlèvement de débris pour empêcher les débris de tomber dans la piscine.
Il est plus probable que la vapeur est une indication que le combustible nucléaire fondu, le corium, dans le bâtiment du réacteur, se déplace, chauffe, perd de l’eau de refroidissement, ou tout cela à la fois.
Si TEPCO voulait mieux connaître les conditions au sommet de l’enceinte de confinement primaire, ils pourraient utiliser une caméra infrarouge pour démontrer les zones plus chaudes et plus froides dans le bâtiment du réacteur par le haut.

 http://enformable.com/2013/07/steam-emitting-from-fukushima-daiichi-reactor-halts-work/

1 ping

  1. TRES INQUIÉTANTS NIVEAUX DE RADIATIONS DANS L’ATMOSPHÈRE ENTRE LE CHILI ET LES US

    […] On comprend mieux tout le cinéma autour du soleil et les radiations cosmique. On accusera le soleil pour les cancers comme pour la cigarette qui a porté le chapeau pour masquer les essais nucléaires des années 50 et 60 . »A LIRE  ET RELIRE AUSSI :http://leblogdejeudi.fr/reacteur-moxe-n3-de-fukushima-vapeurs-et-forte-contamination-de-leau/*http://lesbrindherbes.org/2013/07/09/fukushima-leffrayante-verite-en-quelques-titres-et-images/.nrelate_related .nr_sponsored{ left:0px !important; } atmosphère fukushima radiations […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*