Sécurité nucléaire : action sur une piscine du site Orano La Hague


Des activistes de Greenpeace ont allumé, à l’aide d’un drone, des fumigènes de détresse sur le toit du bâtiment contenant la plus grande quantité de matières radioactives dans le monde, à l’usine Orano La Hague. Ils entendent dénoncer le risque nucléaire lié à ces installations vieillissantes et au bord de la saturation. Greenpeace Le 25 janvier 2019

Vers 10h30 ce matin, les activistes de Greenpeace pilotant un drone ont pu déclencher plusieurs fumigènes directement sur le toit d’une des « piscines » d’entreposage de combustible usé. Ces bâtiments du site nucléaire Orano La Hague renferment dans leur ensemble près de 10 000 tonnes de combustible radioactif, soit l’équivalent de plus d’une centaine de cœurs de réacteurs nucléaires. Mais ce qui est plus choquant encore, c’est que ce toit, en simple tôle métallique, est bien trop fragile pour empêcher un acte malveillant par les airs.

Alors que le site Orano La Hague est au bord de l’overdose nucléaire, le fait que cette « piscine » soit aussi mal protégée est particulièrement préoccupant. Comme nous l’avons dénoncé précédemment dans un rapport d’experts puis lors d’intrusions dans les centrales de Cattenom, de Cruas-Meysse et du Bugey, les installations nucléaires françaises sont vieillissantes et ne sont pas adaptées face aux risques actuels. Ce problème a également été reconnu par la Commission d’enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires.

https://www.greenpeace.fr/direct-securite-nucleaire-action-site-orano-hague/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.