Juil 05 2013

THT Montabot: prison ferme en appel pour un militant antinucléaire

L écologie est vraiment un combat à risque tant pour les militants que pour les ministres socialistes. La raison du plus fort a encore frappe cette semaine pour Batho et le jeune militant antinucléaire qui a participe au weekend anti THT du Chefresne. La mobilisation des forces de l’ordre et la détermination du préfet ont fait que La bataille de montabot est restée de triste mémoire pour les 500 participants vu la détermination du pouvoir à étouffer toute contestation antinucléaire et contre la ligne à très haute tension THT Cotentin Maine.
Lors de l audience de première instance à Coutances le visionnage des vidéos ne permettait pas de justifier la condamnation de jeune de 24 ans bouc émissaire de circonstance pour un pouvoir avide de coupables pour l exemple.
Ce 5 juillet le sort réservé à ce jeune rejoint celui de  Batho qui vient d’ être limogée par Hollande.

Nucléaire : prison ferme contre un anti nucléaire

Un militant antinucléaire de 24 ans a été condamné aujourd’hui en appel à Caen à quatre mois de prison ferme pour des violences sur des gendarmes lors d’une manifestation en juin 2012 à Montabot (Manche) contre la ligne à très haute tension du réacteur nucléaire EPR de Flamanville, une peine plus lourde qu’en première instance. « Les preuves réunies contre lui sont accablantes », avait estimé lors de l’audience le 31 mai le substitut du procureur général Gérald Lesigne qui avait requis six mois ferme.
En première instance, le 21 août, le militant avait été condamné à Coutances (Manche) à trois mois de prison ferme. « Il a directement participé à un attroupement (…) de personnes déterminées à aller au contact des forces de l’ordre », avec « de véritables armes », « des frondes », « des boulons », « des perches dont l’extrémité pouvait être enflammée », avait argumenté le magistrat. Selon les gendarmes, deux d’entre eux avaient été légèrement blessés tandis que les manifestants avaient évoqué 25 blessés dans leurs rangs dont trois graves.
Le prévenu était muni d’un bâton au moment de son arrestation alors que les militaires blessés l’ont été avec une barre de fer. Mais un gendarme a déclaré avoir vu le prévenu jeter des cailloux sur les forces de l’ordre. L’avocate du prévenu, Me Laure Heinich-Luijer, n’était pas joignable vendredi matin. Lors de l’audience elle avait demandé la relaxe.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/07/03/97001-20130703FILWWW00374-nucleaire-prison-ferme-contre-un-anti.php

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*