«

»

Déc 06 2011

Un an de retard pour les énergies renouvelables, la France rappelée à l'ordre par Bruxelles!

JL Benhamias Le nouvel Obs 06.12.2011 .

Un an après la date limite de transposition de la directive énergies renouvelables, le gouvernement ignore sciemment la demande de la Commission européenne de se mettre en conformité avec les règles de l’UE. L’Etat français fait une fois de plus figure de mauvais élève. En plein débat sur le nucléaire et l’avenir énergétique de la France, ce « trait de caractère » de la France résonne encore plus fortement.

Non seulement, le gouvernement campe sur sa position sur le nucléaire mais en plus il choisit de compliquer volontairement le développement et la commercialisation des énergies renouvelables. Pour remettre à plat l’ensemble du dispositif de soutien public l’énergie photovoltaïque, jugé trop coûteux, François Fillon a porté un sérieux coup d’arrêt au développement de cette industrie en adoptant en décembre 2010, un moratoire sur le secteur, qualifiant de “très favorable aux producteurs” le tarif d’achat par EDF de l’électricité photovoltaïque. Résultat sans appel: 18.000 emplois ont été supprimés depuis le début de cette année dans la filière solaire Française.

Le gouvernement a beau jeu de nous ressortir l’argument de la bougie dans le débat sur le nucléaire quand on sait qu’il entrave délibérément le développement des énergies renouvelables.

Qui plus est, le photovoltaïque, comme d’autres énergies renouvelables d’ailleurs, car elles sont nombreuses, connait un succès certain dans le monde entier, de la Californie à la Chine en passant par l’Allemagne, et représente un potentiel de développement considérable, pour peu que l’on s’en donne les moyens.

Ne ratons pas le coche! Ne nous privons pas des opportunités liées aux énergies renouvelables, que ce soit pour garantir la transition efficace du nucléaire ou dynamiser notre tissu économique avec des PME vertes et innovantes déjà existantes! Le cas en particulier du dépôt de bilan du leader français du secteur photovoltaïque la semaine dernière doit nous interroger sur la place qui est laissée actuellement au secteur des énergies renouvelables en France. La voix des grands groupes exploitant d’énergies fossiles se fait encore écrasante face à celle de centaines de PME investies dans les énergies du futur. Il est temps de changer la donne!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*