Sep 13 2015

Un nouveau convoi de déchets nucléaires HAVL suisses traversera la Normandie

Le Réseau Sortir du nucléaire annonce qu’un convoi de déchets radioactifs va traverser la France et la Normandie, à partir du lundi 14 septembre 2015. Des déchets radioactifs, en provenance de Grande-Bretagne, arriveront par le port de Cherbourg (Manche), avant d’être acheminés par voies ferroviaires à travers la France, vers la Suisse. Un convoi que le Réseau Sortir du nucléaire dénonce, en rappelant les hauts risques d’un tel dispositif. 11/09/2015 Valentine Godquin
Le convoi devrait arriver à Cherbourg lundi 14 septembre 2015. (Photo d'illustration Réseau Sortir du nucléaire)
Le convoi devrait arriver à Cherbourg lundi 14 septembre 2015. (Photo d’illustration : ©Martin Leers – Réseau Sortir du nucléaire)
Le parcours du convoi

L’acheminement de ce type de matériaux ne se déroule pas sans causer de vives polémiques du côtés des militants anti-nucléaire. Le secret autour de ce nouveau convoi s’est vite éventé, à la suite de la publication d’un communiqué du réseau, annonçant le départ des déchets, depuis le Royaume-Uni, dès dimanche 13 septembre 2015.
Cette annonce fait suite à un communiqué, publié par Areva le 10 juin 2015, annonçant qu’un « transport de déchets vitrifiés en provenance du Royaume-Uni et à destination de la Suisse » était en préparation, la responsabilité de ce transport incombant à INS, filiale de la NDA (Nuclear Decommissioning Authority), l’autorité nucléaire britannique. « Elle a confié à Areva TN, la branche logistique nucléaire d’Areva, la réalisation du transport terrestre en France. »

Les déchets vitrifiés sont issus du traitement-recyclage des combustibles nucléaires usés sur le site de Sellafield au Royaume-Uni. Ces combustibles étaient utilisés pour alimenter les centrales nucléaires suisses.

Une fois arrivé à Cherbourg, le chargement sera ensuite acheminé « jusqu’au terminal ferroviaire de Valognes (Manche) d’où il partirait le mercredi 16 septembre 2015 vers 3h en direction de Bâle », selon Sortir du nucléaire. Le convoi serait composé de trois wagons. Pour le moment, Areva ne présente pas encore de détails sur les horaires de passage et la taille du chargement. Pour les anti-nucléaires :

Si ce train emprunte le même itinéraire que des convois similaires, il pourrait passer par Caen, Rouen Amiens, Reims, Strasbourg et Colmar, et arriver à Bâle mercredi 16 septembre 2015 en fin de journée.

Des transports extrêmement dangereux

Le réseau Sortir du Nucléaire condamne ce nouvel acheminent de déchets nucléaires à travers la France, et rappelle une nouvelle fois la dangerosité de ce type de convoi.

Il s’agit des déchets les plus radioactifs  issus du « retraitement » du combustible nucléaire, activité polluante et inutile, d’ailleurs abandonnée par de nombreux pays. Sur de précédents transports contenant les mêmes matières, on pouvait détecter les radiations des conteneurs à plusieurs dizaines de mètres.

Risques de radiation de la population lors du passage du train

Appelant à plus de précautions, le réseau Sortir du nucléaire craint en effet de voir se multiplier les risques de radiation de la population lors du passage du train, et notamment des cheminots et des policiers qui l’accompagnent.

Il n’est pas exclu qu’il traverse les gares de zones densément peuplées à des heures de forte affluence, au mépris de la protection des voyageurs.

Des vigies seront organisées par le réseau tout au long du parcours du train, afin de dénoncer ce type de transport, et exhorter une nouvelle fois l’Etat de sortir du nucléaire, pour des énergies plus saines.

Parcours supposé du convoi de déchets nucléaires, par Sortir du nucléaire :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*