«

»

Août 17 2013

Vaucluse : accueillir des enfants de Fukushima, à quoi ça sert ?

Depuis la catastrophe, des parents japonais essaient d’éloigner leurs enfants pendant les vacances, en Vaucluse notamment. Une façon pour l’organisme de se régénérer et de déstresser. D’après l’expérience de l’accueil d’enfants de Tchernobyl, ce genre de séjour aurait permis de réduire 30 % de la quantité de radiation de leurs corps.  La Provence BEAUMES-DE-VENISE / PUBLIÉ LE VENDREDI 16 AOÛT 2013 
Actualités - Vaucluse : accueillir des enfants de Fukushima, à quoi ça sert ?

Photo Martine Quinette
Junko (Pensées pour Tohoku) et Kazunori Togashi (Ganbalo) ont organisé ensemble la venue d’enfants de Fukushima : ils sont hébergés au gîte équestre du domaine de Bouquet à Beaumes-de-Venise.

 Deux ans après le tsunami suivi de l’explosion de la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon, la région reste très exposée à la radioactivité. La situation des enfants y est particulièrement préoccupante. Beaucoup vivent confinés dans leurs maisons ou leurs écoles, ne peuvent plus jouer dehors normalement. Et en plus du traumatisme du tsunami, ils devront surveiller leur santé pendant des années.

C’est en tant que mère, que Junko Takase, Japonaise installée à Beaumes-de-Venise, a décidé d’agir. Elle a créé l’association « Pensées pour Tohoku » afin de venir en aide aux enfants. « Je ne pouvais pas imaginer leur sort terrible, là-bas, sans rien faire ici », assure-t-elle. Elle a eu l’idée d’organiser un séjour en Provence pour quelques-uns d’entre eux. Avec l’espoir qu’ils retrouvent un peu de leurs défenses immunitaires perdues.

« D’après l’expérience de l’accueil d’enfants de Tchernobyl, ce genre de séjour aurait permis de réduire 30 % de la quantité de radiation de leurs corps. Nous voulions aussi leur offrir un lieu de repos où ils peuvent vivre enfin normalement : jouer dehors, nager dans la mer, la piscine ou dans la rivière, marcher et courir dans la montagne . Et c’est aussi l’occasion d’échanges culturels enrichissants pour tout le monde. »

« Ces enfants sont les ambassadeurs de demain »

De son côté, Kazunori Togashi, autre Japonais installé en France, a fondé l’association Ganbalo (Tenez bon !) avec un objectif complémentaire : « La catastrophe de Fukushima n’est pas derrière nous. Il y en aura pour des années et des années. Il faut organiser un système de soutien et d’échange qui dure dans le temps, pour qu’on ne l’oublie pas », affirme-t-il. Cinéaste, il a d’ailleurs réalisé un film « Fukushima, Terre interdite« , qui sera projeté aujourd’hui à Beaumes.

Junko et Kazunori se sont associés pour faire venir cet été sept adolescents japonais, tous originaires de la région de Fukushima. Ils sont passés par le chateau de Léonard de Vinci pour « découvrir le génie humain », par Oradour-sur-Glane, un village conservé en l’état « afin de faire prendre conscience aux générations futures du drame de la guerre, tout comme le fait le Dôme de la bombe atomique à Hiroshima, » précise Kazunori. Puis, à Beaumes-de-Venise, ils passent actuellement une semaine au gîte équestre de la ferme de Bouquet avec un programme tonique et sportif de promenades à poney, d’escapades au Ventoux. Ils ont participé aux travaux à la ferme et ont appris à cuisiner la pizza avec une grand-mère italienne.

Le coût du séjour a été pris en charge par les deux associations et plusieurs partenaires. Pourquoi un séjour si loin et donc coûteux ? « Ces enfants seront les ambassadeurs de demain, plaide Kazunori. A chacune des étapes de cette caravane, ils ont découvert le pays mais ont pu témoigner aussi de ce qu’ils ont vécu ce 11 mars 2011« .

http://www.laprovence.com/article/actualites/2490356/vaucluse-accueillir-des-enfants-de-fukushima-a-quoi-ca-sert.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*