EPR de Flamanville: l’ASN craint d’autres problèmes que les soudures

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) craint que le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche) ait d’autres problèmes « très difficiles », en plus de celui des soudures, a indiqué jeudi le chef du pôle EPR de l’ASN de Normandie. AFP 
« Je ne vous cache pas que (…) on est en droit d’imaginer qu’il y aura effectivement peut-être d’autres difficultés ailleurs. On est en train de regarder si les soudures resteront, ou pas, le seul sujet très difficile », de ce chantier, a déclaré Eric Zelnio lors d’une réunion de la commission locale d’information (CLI) sur le site nucléaire de Flamanville.

C’est la raison pour laquelle l’ASN « s’apprête à formuler à EDF une demande d’étendre à d’autres matériels sur le réacteur » la revue de qualité demandée face au problèmes de soudures. Le gendarme du nucléaire demande aussi au groupe de « travailler sur la cynétique de ces dysfonctionnements connus quand même pour certains depuis quelques années », a poursuivi M. Zelnio. « On a le sentiment qu’il y a eu un laps de temps important entre la détection, la réaction et l’information », a ajouté le chef de pôle, regrettant aussi « le fait que certaines opérations n’aient pas été suspendues » dans la foulée de ces détections.

Concernant les problèmes de soudure révélés en début d’année, EDF a annoncé jeudi en avoir réparé 4 sur au moins 33 qu’elle doit reprendre. Pour 8 à 10 autres, l’ASN attend encore la preuve qu’elles n’ont pas besoin d’être réparées.

EDF, détenu à envrion 84% par l’État, a annoncé en juillet un retard supplémentaire d’un an et un surcoût de 400 millions d’euros lié aux soudures, portant le budget de cet EPR à 10,9 milliards, plus du triple du budget initial. Jeudi, EDF a répété que l’EPR démarrerait fin 2019 (contre 2012 initialement prévu) et précisé que le combustible serait livré au « printemps 2019 » à Flamanville.

« 400 millions, c’est le montant de la rallonge annoncée par le gouvernement pour financer son plan santé. C’est 400 millions de moins pour financer des Ehpad ou des IRM. Car qui va payer au final, nos impôts », a réagi Guy Vatel de l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’ouest (ACRO) lors de cette réunion.

Lancé en 2007, le chantier emploie 4 800 personnes (dont 900 d’EDF et le reste de sous-traitants), a précisé l’entreprise. Conçu au départ comme une vitrine pour l’export, le chantier de ce réacteur, qui doit être le plus puissant de France, a connu de multiples déboires.

Le nucléaire et le territoire : regards sur l’intégration spatiale des centrales en France

Le nucléaire et le territoire : regards sur l’intégration spatiale des centrales en France

Le déploiement de l’industrie nucléaire a été pensé verticalement depuis les années 1960 par l’État aménageur et EDF. Implantées dans de petites communes rurales, les centrales nucléaires ont eu des effets importants à l’échelle des territoires locaux, au point de créer de petits « émirats municipaux » basant leur richesse sur les retombées fiscales du nucléaire. Le débat sur la transition énergétique inquiète logiquement les acteurs locaux des territoires du nucléaire. L’article file la comparaison avec la situation allemande, pour mettre en lumière les différences de stratégie et leurs effets. Auteur(s) : Teva Meyer –  Institut français de géopolitique (université Paris 8) Publié le 11/12/2017
http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/eclairage/nucleaire-territoires-france
SOMMAIRE
  1. 1. « Au début était le territoire, c’est ainsi que pourrait débuter toute analyse de l’implantation d’une centrale nucléaire » (Lafaye, 1994)
  2. 2. Usage des retombées fiscales : vers la constitution de territoires d’exceptionnalité
  3. 3. Co-construction des territoires du nucléaire : regards sur les stratégies locales d’EDF
  4. 4. L’opposition à la fermeture de Fessenheim, marqueur des dynamiques territoriales du nucléaire

Bibliographie | citer cet article

Votée le 17 août 2015, la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) prévoit une baisse de la part du nucléaire en France, de 75 % de la production d’électricité à 50 % à l’horizon 2025. Si la LTECV fixe un plafond pour la puissance du parc nucléaire français à 63,2 GW, soit la capacité cumulée des 58 réacteurs en fonction sans le futur réacteur de Flamanville, elle n’explique pas comment diminuer cette part. Faudra-t-il fermer des réacteurs autres que ceux de la centrale de Fessenheim – dont l’arrêt a été promis par le président François Hollande – ou pourra-t-on baisser statistiquement la part du nucléaire sans diminuer sa production, en augmentant la production d’énergie renouvelable ?

Jusqu’à présent, les débats sur la fermeture de centrales se sont principalement focalisés sur l’avenir de leurs travailleurs, invisibilisant la question du devenir post-nucléaire des territoires accueillant les réacteurs. Pour cause, peu de travaux se sont intéressés aux dynamiques spatiales de l’industrie nucléaire et encore moins à celles des centrales, en dehors des multiples recherches sur la perception du risque (Ronde et Hussler, 2012), malgré le développement actuel d’un nouveau courant de recherche, les nuclear geographies, porté par des chercheurs anglo-saxons (Alexis-Adams et Davies, 2017). Les géographes ne se sont que peu penchés sur l’énergie atomique à l’échelle locale en France, exception faite d’un dossier dédié de la Revue de géographie de Lyon (Chabert, 1987) et des recherches récentes de Romain Garcier sur la matérialité du nucléaire (Garcier et Le Lay, 2015). Les travaux questionnant les aspects spatiaux du nucléaire à cette échelle restent le fait d’anthropologues (Lafaye, 1994) et de sociologues (Fournier, 2001). Pourtant, la virulente opposition soulevée en Alsace par l’annonce de la fermeture de la centrale de Fessenheim témoigne de l’existence de dynamiques territoriales propre au nucléaire que cet article propose d’éclaircir.

1. « Au début était le territoire, c’est ainsi que pourrait débuter toute analyse de l’implantation d’une centrale nucléaire » (Lafaye, 1994)

1.1. Les déterminants de l’implantation d’une centrale nucléaire

Le choix de localisation d’une centrale nucléaire répond à plusieurs contraintes techniques et économiques (Mérenne-Schoumaker, 2007). Les besoins en refroidissement des réacteurs nécessitent un accès sécurisé à une source d’eau au débit suffisant et constant. De plus, l’emprise spatiale des centrales requiert de grands terrains, entre 150 et 200 hectares pour quatre réacteurs, disposant de sols suffisamment stables pour résister au poids des installations.

Toutefois, en France, la sélection par l’État des sites d’implantation des centrales a également répondu à des impératifs politiques. En 1974, Michel d’Ornano, alors ministre de l’Industrie, publie un rapport dans lequel il détaille les directives pour le déploiement du parc nucléaire et systématise la construction des centrales en zone rurale. L’éloignement par rapport aux villes y est décrit comme une mesure de prévention en cas d’accident, ainsi que comme un moyen d’échapper aux militants antinucléaires perçus alors comme principalement urbains. Les sites choisis pour accueillir une centrale, exception faite de Gravelines (Nord) et de Nogent-sur-Seine (Aube), se situaient alors dans de très petites communes rurales souffrant d’un déclin démographique et industriel (Lafaye, 1994).

Encadré 1. Les déterminants de l’implantation des centrales en Allemagne

Tandis que les centrales nucléaires en France ont été implantées par un acteur unique, dix énergéticiens publics, semi-publics ou privés appartenant à des Länder et à des communes ont participé au déploiement du parc allemand. La localisation des centrales allemandes est le fait de leurs stratégies : les Länder conservateurs de Bavière et de Bade-Wurtemberg ont soutenu le développement du nucléaire dans leur territoire afin de pallier le manque de ressources fossiles et de rivaliser avec les régions charbonnières tenues par le Parti social-démocrate ; dans le nord du pays, l’implication de certaines régies municipales, telles que celles d’Hambourg, de Bielfeld et d’Hameln ont favorisé la construction de centrales à proximité de leurs centres urbains. L’implication des collectivités locales dans le développement du parc électronucléaire allemand a mené à l’implantation des centrales dans des espaces plus fortement peuplés qu’en France. Cette situation est évidemment renforcée par l’importante urbanisation du territoire allemand et par la forte densité de population de ses espaces ruraux.

Figure 1. Les Allemands sont beaucoup plus nombreux à vivre près d’une centrale nucléaire que les Français

Teva Meyer — carte France Allemagne population à proximité d'une centrale nucléaireTeva Meyer, IFG, 2015 — Voir la carte en haute définition

1.2. Mutations démographiques et sociologiques des territoires d’implantation

En dehors des périodes de maintenance, l’exploitation des centrales nécessite entre 700 agents pour un site ne comptant que deux réacteurs et 1 800 employés pour la centrale de Gravelines qui en compte six. Alors que la construction du parc nucléaire français débute à la fin de l’exode rural, l’arrivée des centrales a inversé la déprise des territoires hôtes. Comme on le voit sur le graphique suivant, l’évolution démographique des communes d’implantation entre l’année de construction et de mise en fonction des centrales a été largement supérieure à celle de leur département dans la quasi-totalité des cas.

Figure 2. Évolution de la population des communes d’implantation des centrales nucléaires françaises entre l’année de construction et celle de mise en fonction
Teva Meyer — graphique augmentation de la population dans les communes ayant une centrale
Source : INSEE — Réalisation : Teva Meyer, IFG, 2015
Figure 3. Les agents de la centrale de Fessenheim résident dans un nombre restreint de communes

Teva Meyer — carte Les agents de Fessenheim résident près de la centrale

Source : Service des ressources humaines du CNPE de Fessenheim ; Cabinet Syndex. — Réalisation : Teva Meyer, IFG, 2015. 

Ces évolutions résultent, pour partie, de la stratégie résidentielle d’EDF qui a pris en charge l’installation de ses employés dans des cités construites pour l’occasion. Ces « colonies du nucléaire » (Chabert, 1987) ont concentré le flux des nouveaux arrivants dans quelques communes. Comme la figure 3 le montre dans le cas de Fessenheim, près de 50 % des employés de la centrale résident dans les villages voisins. La présence des centrales demeure perçue dans ces communes comme le garant passé et présent du maintien de la population (Meyer, 2014).

En plus d’être démographiques, les transformations induites par l’irruption du nucléaire sont sociologiques. L’emploi dans les centrales est caractérisé par une forte masculinisation (figure 6) ainsi que par un haut niveau moyen de qualification, entraînant une surreprésentation des cadres dont le pouvoir d’achat est plus élevé que la moyenne des locaux. Ainsi, sur les 740 salariés permanents de la centrale de Fessenheim, on compte 35 % de cadre, 60 % de techniciens et agents de maitrise contre moins de 4 % d’agents d’exécution. Près de 95 % d’entre-deux sont embauchés directement par EDF en contrat à durée indéterminée, le reste correspondant à des contrats d’apprentissage ou de professionnalisation. Faute de sources exhaustives, l’évaluation de la sous-traitance est difficile. Le nombre, la provenance et la nature des prestataires externes varient fortement d’une période à l’autre, allant, dans le cas de Fessenheim, d’une centaine de personnes en fonctionnement normal jusqu’à plus de 1 700 employés sous-traitants lors des visites décennales des réacteurs. Les besoins en emplois qualifiés ont initialement limité le recours à l’embauche locale. Les agents étaient recrutés dans les villes et migraient avec leur famille vers le bassin d’emploi de la centrale, important avec eux leurs habitudes de vie, ce qui fit, parfois, naître des tensions avec les locaux (Lafaye, 1994).

Encadré 2. L’influence démographique de l’implantation des centrales en Allemagne

En Allemagne, l’implantation des centrales nucléaires n’a pas entraîné de croissance démographique notable dans les communes hôtes. On peut voir sur le graphique suivant que l’évolution des populations dans ces municipalités est identique à celle de leur Kreis (arrondissement), à l’exception de Gundremmingen. S’installant dans des espaces urbains ou dans des territoires ruraux denses, l’arrivée des travailleurs du nucléaire n’a pas modifié significativement le nombre d’habitants. De plus, sur les quinze centrales construites en Allemagne de l’Ouest, dix ne se composaient que d’un seul réacteur, limitant de ce fait le nombre d’employés par site. Le cas de Gundremmingen peut s’expliquer par la petite taille de la commune qui ne comptait que mille habitants au moment de la construction de la centrale alors que celle-ci, composée de deux réacteurs, était la plus puissante en Allemagne.

Figure 4. Évolution de la population des communes d’implantation des centrales  nucléaires allemandes entre l’année de construction et celle de mise en fonction
Teva Meyer — carte croissance démographique des communes allemande ayant une centrale nucléaire
Réalisation : Teva Meyer, IFG, 2015

 

1.3. Les centrales restent les principaux pourvoyeurs d’emplois
Le gouvernement français avait promu l’installation des centrales auprès des élus locaux comme un moyen d’industrialiser leur territoire, l’énergie atomique devant attirer d’autres activités soit grâce à la mise en place de tarifs avantageux de l’électricité, soit par la mise à disposition gracieuse des rejets thermiques des réacteurs. L’étude des bassins d’emploi des communes du nucléaire est toutefois sans appel. Même dans le sillon rhodanien, l’implantation des centrales n’a pas attiré d’autres activités industrielles découplées de la filière nucléaire, en partie à cause de leur localisation en zone rurale, et l’atome reste le principal pourvoyeur d’emplois privés. L’analyse cartographique du bassin d’emploi de Chinon en témoigne bien. La filière nucléaire, qui rassemble près de 18 % des effectifs salariés du bassin contre 13 % pour le commerce et 9 % pour l’artisanat, représente la plus grande part du secteur privé du territoire.
Figure 5. Les trois premiers employeurs dans la zone d’emploi de Chinon sont liés au nucléaire

Teva Meyer — carte employeurs Chinon

Réalisation : Teva Meyer, IFG, 2015

Deux communes font exception. Gravelines, d’une part, où dès 1989 la présence de la centrale avait été un des éléments motivant l’implantation de l’usine de Dunkerque Aluminium et qui a aujourd’hui attiré un data center de l’hébergeur de sites internet OVH. Saint-Vulbas (Ain), d’autre part, où la municipalité a diminué drastiquement le taux de la taxe professionnelle grâce à la rente nucléaire afin d’attirer des entreprises.

En plus d’être les plus grands employeurs de leur territoire, les centrales y sont également les principaux recruteurs. Comme la pyramide des âges ci-contre le montre dans le cas de Fessenheim, plus de 30 % des agents ont plus de 50 ans alors que l’âge moyen de départ à la retraite chez EDF était de 56 ans en 2012. Les centrales entrent aujourd’hui dans un cycle de renouvellement intensif des effectifs.
Figure 6. Pyramide des âges des agents de la centrale de Fessenheim en 2012

Teva Meyer — pyramide des âges des agents EDF hommes et femmes

Réalisation : Teva Meyer, IFG, 2015
Encadré 3. Les centrales : des équipements économiquement banals en Allemagne

Ici encore, le cas allemand est bien différent. Le parc électronucléaire y est implanté dans des territoires au tissu industriel dense et dans lesquels les centrales ne constituent pas des infrastructures économiquement hors-normes. Ceci est renforcé par la petite taille des centrales allemandes, constituées majoritairement d’un réacteur unique. L’exemple de Neckarwestheim le symbolise bien. La région d’Heilbronn, où se trouve la centrale, est le deuxième cœur de l’industrie automobile du Bade-Wurtemberg après l’agglomération de Stuttgart. La carte ci-après offre une bonne représentation du cluster de la filière automobile qui s’est constituée autour de l’usine d’Audi qui emploie 15 000 personnes, du motoriste Bosch à Abstatt où travaillent 2 500 salariés, et de leurs nombreux sous-traitants. Avec seulement 800 employés, la centrale nucléaire de Neckarwestheim ne constitue qu’un employeur mineur dans le Kreis.

Figure 7. La centrale nucléaire de Neckarwestheim dans le tissu industriel du nord Bade-Wurtemberg
Teva Meyer — carte activités industrielles dans le nord Bade Wurtemberg
Réalisation : Teva Meyer, IFG, 2015 — Voir la carte en haute définition

2. Usage des retombées fiscales : vers la constitution de territoires d’exceptionnalité
2.1. Une fiscalité qui systématise des flux massifs d’argent en France

La « très grande opacité [existante] sur les flux financiers concrets qu’apporte le nucléaire sur le territoire » (Garcier, 2011) entretient de nombreuses accusations sur une supposée corruption des communes et de leurs élus par EDF. Si au Japon, les « communes à l’ombre de la forteresse nucléaire » (Scoccimaro, 2014) perçoivent des donations directes d’argent de la part des exploitants des centrales, de telles pratiques n’existent pas en France où le système fiscal a formalisé, encadré et systématisé d’importants transferts financiers.

Les centrales françaises sont assujetties aux taxes foncières sur le bâti et le non bâti ainsi qu’à la taxe professionnelle, jusqu’à sa suppression en 2010[1]. Ces taxes sont calculées en multipliant la valeur locative cadastrale des bâtiments de l’entreprise par un taux fixé par le conseil municipal[2]. Dans le cas des centrales, le Code général des impôts stipule que « la valeur locative […] est déterminée [par le] prix de revient de leurs différents éléments ». En d’autres termes, les taxes professionnelles et foncières reposent sur la valeur des matériaux, des machines et des biens présents dans les centrales. Or, les réacteurs nucléaires étant des infrastructures particulièrement intensives en capitaux, les montants payés par les opérateurs des centrales au titre de ces taxes sont, mécaniquement, très élevés, venant abonder les budgets de communes ne comptant que peu d’administrés. Les communes accueillant une centrale nucléaire se démarquent donc, comme les cartes suivantes le présentent, par leur aisance budgétaire, les volumes d’argent variant en fonction du nombre de réacteurs.
Figure 8. L’exceptionnelle aisance budgétaire des communes d’implantation de l’industrie nucléaire
Teva Meyer — carte richesse des communes nucléaires
Réalisation : Teva Meyer, IFG, 2015 

Les municipalités hôtes ne sont pas les seules à profiter de ces retombées. L’arrivée des centrales a motivé la création de districts ruraux, puis de communautés de communes. Ainsi, sur les dix-neuf communes hôtes en France, onze font partie d’un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) dont la fondation coïncide avec l’implantation des réacteurs. Comme les figures ci-après le présentent, pour certains EPCI, les liens avec le nucléaire persistent dans leur logo, symbolisant bien le rôle de marqueur identitaire pour le territoire. La réforme de 1992 donnant aux EPCI la capacité de s’autofinancer en taxant l’activité professionnelle a institutionnalisé l’expansion spatiale des retombées fiscales des centrales nucléaires. Plus marginalement, les départements ont également profité d’une part des retombées fiscales par le biais des fonds départementaux de péréquation de la taxe professionnelle ; les sommes redistribuées au titre de ces fonds sont toutefois limitées. À titre d’exemple, 2 936 133 euros ont été répartis entre 169 communes en 2010 dans le Tarn-et-Garonne, où se trouve la centrale de Golfech, soit en moyenne 17 000 euros par commune concernée.

Figure 9. Des centrales nucléaires sur les logos communaux
blasons de communes avec une centrale nucléaire
La Communauté de communes de Cattenom et Environs ainsi que la Communauté de communes de l’Essor du Rhin affichent sur leur logo des représentations des centrales implantées sur leur territoire. (Sources : sites internet des EPCI)
Encadré 4. Une fiscalité locale du nucléaire bien différente outre-Rhin

Les centrales nucléaires allemandes sont directement assujetties à deux taxes dont les recettes alimentent les budgets communaux : la taxe foncière (Grundsteuer) et la taxe professionnelle (Gewerbesteuer). De plus, les municipalités perçoivent une partie de l’impôt sur le revenu des travailleurs des centrales. Or, et comme les cartes suivantes le montrent, les communes hôtes ne présentent pas systématiquement des revenus budgétaires plus élevés que la moyenne des communes de leur Land.

L’assiette de la taxe foncière est calculée en fonction de la superficie du terrain, de la superficie des éléments bâtis et d’un coefficient de zone préétabli par le Land. Le tout est ensuite multiplié par un taux fixé par les municipalités. À l’inverse de la France, la nature de l’activité effectuée sur le terrain n’influence pas les recettes de la taxe foncière. Les montants prélevés sur les centrales nucléaires ne diffèrent donc pas d’une autre activité qui occuperait la même superficie.

La Gewerbesteuer est calculée en prenant les bénéfices d’opération de l’entreprise imposée réduits de différentes exonérations et en les multipliant par un taux fédéral puis par un taux fixé par la municipalité. Or, dans le cas d’une centrale nucléaire, le bénéfice peut grandement varier d’une année à l’autre en fonction de la durée effective d’exploitation des réacteurs (remplacement de combustible, inspection, panne, maintenance, etc.). En conséquence les recettes de la Gewerbesteuer fluctuent fortement d’une année à l’autre.

Figure 10. Influence de la présence d’une centrale nucléaire sur les recettes budgétaires de la commune hôte (Land de Bavière)

Teva Meyer — carte budget communes nucléaires Allemagne

Réalisation : Teva Meyer, IFG, 2015 — Voir la carte en haute définition

2.2. Une fiscalité objet de tensions politiques

Alors que l’exceptionnalité des recettes fiscales des communes hôtes françaises reposait largement sur la perception de la taxe professionnelle, leurs budgets n’ont pas été impactés par sa suppression. L’annonce de l’abrogation de la taxe professionnelle a soulevé l’opposition des élus des territoires du nucléaire. Ainsi, deux jours après l’annonce, Fabienne Stich, maire de Fessenheim, exprimait ses craintes dans le quotidien régional Les Dernières Nouvelles d’Alsace : « La suppression de la TP remettrait en cause beaucoup de choses, […] la commune ne serait pas ce qu’elle est sans la centrale, elle vit largement grâce à la taxe professionnelle et il en est de même au niveau intercommunal »[3]. Trois sénateurs géographiquement ou professionnellement concernés par le nucléaire ont relayé ce mécontentement au niveau national : Alain Fouché, sénateur UMP, membre de la commission énergie du Sénat, conseiller général de la Vienne, élu du canton de Chauvigny à dix kilomètres de la centrale nucléaire de Civaux, Xavier Pintat, sénateur UMP de la Gironde, ingénieur du Commissariat à l’énergie atomique, et Jean-Pierre Sueur, sénateur PS du Loiret, département d’implantation de la centrale nucléaire de Dampierre.

S’il est impossible d’évaluer l’influence de cette mobilisation, on doit remarquer que la réforme de la fiscalité locale intègre plusieurs dispositifs propres aux territoires du nucléaire. La taxe professionnelle a été remplacée par la Contribution économique territoriale. En plus de celle-ci, la présence de certaines infrastructures autorise la levée de taxes spécifiques. C’est le cas des éoliennes, des barrages, ou bien des centrales nucléaires qui sont assujetties depuis 2010 à l’imposition forfaitaire sur les installations de production d’électricité d’origine nucléaire (IFER-Nucléaire). Le produit de la taxe, versé à 50 % aux communes ou intercommunalités et à 50 % aux départements, est calculé en multipliant la puissance installée de la centrale en mégawatt par un coefficient de 3060. Grâce à l’IFER-nucléaire, la réforme de la fiscalité apparaît, au pire, comme un jeu à somme nulle pour les comptes des collectivités accueillant une centrale.

Ces aménagements en faveur des communes du nucléaire révèlent tant la capacité qu’ont eue leurs élus à peser dans le processus, que la prise en compte par les législateurs des spécificités des territoires du nucléaire. Cet évènement a mis en exergue les peurs des élus locaux face à la disparition de la manne du nucléaire. Implantés en zone rurale, dans des territoires où les centrales avaient permis de fixer les populations, les élus craignent de voir leurs communes perdre leur attractivité. Cette représentation s’inscrit de plus dans une mobilisation, plus générale, contre la « désertification des campagnes » (Subra, 2014), le départ d’EDF étant assimilé au désengagement des services publics. La caricature publiée par le Conseil Général du Haut-Rhin dans son magazine de janvier 2014 (figure 11) dénonçant le retrait de l’État dans le département en témoigne bien.

Figure 11. Caricature publiée dans le magazine du conseil général du Haut-Rhin (01/2014)

BD Haut-Rhin Hebdo démantèlement

La bande dessinée énumère les projets d’infrastructures menacés dans le département en y intégrant la centrale de Fessenheim. Source : Haut-Rhin Hebdo, magazine gratuit du conseil départemental (repabtisé depuis Mag’Haut Rhin).

2.3. L’utilisation des recettes fiscales : la construction de territoires d’exceptionnalité

 

Dans l’ensemble des territoires du nucléaire, les retombées fiscales ont permis aux élus de réaliser des investissements de prestige et d’attractivité. Les recettes ont initialement été utilisées pour embellir les villages. À Belleville-sur-Loire (Centrale de Belleville), les réseaux filaires électriques et téléphoniques ont été enfouis. À Braud-Saint-Louis (Centrale du Blayais), l’église et le presbytère ont été restaurés et la mairie réhabilitée. C’est toutefois par leurs nombreuses infrastructures de loisir, habituellement hors de portée d’entités de leur taille, que les communes hôtes se démarquent. On retrouve des piscines et des centres aquatiques à Avoine, Belleville, Golfech, Paluel, Penly, Braud, Saint-Vulbas, Dampierre et Saint-Alban, parfois équipés de toboggans, de hammams, de spas ou encore de patinoires. Les communes se sont pourvues de bibliothèques, ludothèques et médiathèques aux fonds remarquablement fournis. Globalement, l’offre culturelle s’est également étoffée grâce à la fondation de nombreuses associations ainsi qu’à la construction de salles de spectacle. Belleville-sur-Loire accueille ainsi chaque année le festival « Val en Jazz » dont la programmation est d’envergure internationale tandis que la commune d’Avoine, qui compte 1 800 habitants, organise le festival « Avoine Zone Groove » qui attire des artistes internationaux. De plus, et comme le tableau suivant le montre, le financement de ces investissements ne repose pas sur les administrés, les communes du nucléaire se démarquant, pour la plupart, par des politiques fiscales particulièrement avantageuses pour leurs habitants.

Tableau 1. La taxe d’habitation dans les municipalités du nucléaire en 2016
Centrale Commune (dépt) Taux communal de la taxe d’habitation Moyenne des taux de la taxe d’habitation de la strate communale du département
Blayais Braud-Saint Louis (33) 5,70 % 12 %
Bugey Saint-Vulbas (01) 0,01 % 9 %
Belleville Belleville-sur-Loire (18) 25 % 11 %
Cattenom Cattenom (57) 11 % 12 %
Chinon Avoine (37) 0,10 % 12 %
Chooz Chooz (08) 7 % 10 %
Civaux Civaux (86) 3,60 % 11 %
Cruas Cruas (07) 0,01 % 9 %
Dampierre Dampierre-en-Burly (45) 3,60 % 12 %
Fessenheim Fessenheim (68) 9 % 13 %
Flamanville Flamanville (50) 6,20 % 7 %
Golfech Golfech (82) 4,41 % 8 %
Gravelines Gravelines (59) 24 % 25 %
Nogent Nogent-sur-Seine (10) 18 % 12 %
Penly Penly (76) 16 % 8 %
Paluel Paluel (76) 7,70 % 8 %
Saint-Alban Saint-Alban (38) 4,40 % 8,8 %
Saint-Laurent Saint-Laurent-Nouan (41) 11 % 14 %
Tricastin Saint-Paul-Trois-Châteaux (26) 13 % 19 %

Données compilées à partir de la base de données comptables et fiscales des collectivités locales (http://www.collectivites-locales.gouv.fr/).

Les recettes du nucléaire ont également permis de mettre en place des services pour le moins exceptionnels pour leurs habitants. À titre d’exemple, depuis 1997, la mairie de Chooz offre gratuitement à l’ensemble de ses administrés une connexion internet à haut débit, un abonnement au bouquet de télévision Canalsat et des cours de familiarisation à l’informatique. En plus de ces initiatives locales les communes du nucléaire se démarquent systématiquement par un haut niveau de services d’aide aux personnes âgées et aux familles. Ces services sont orchestrés par des centres communaux d’action sociale profitant de subventions municipales bien plus importantes que la moyenne des communes. Alors qu’en 2012 les municipalités françaises versaient en moyenne 35 € de subventions par habitant administré aux associations de leur territoire, les dix-neuf villages hôtes donnaient en moyenne 450 € par habitant.

La richesse manifeste de ces communes leur a valu des surnoms locaux : « Koweït sur Rhône » pour Saint-Paul-Trois-Châteaux, « émirats » pour Saint-Vulbas ou encore « Petit Koweït d’Indre-et-Loire » pour Avoine. Mais outre les signes extérieurs de richesse, c’est le modèle économique qui rapproche les communes du nucléaire des pétromonarchies. Leurs économies reposent sur une rente de situation basée sur la présence d’une source d’énergie dont elles tirent profit : tout comme le tarissement des gisements d’hydrocarbures questionne le développement des économies pétromonarchiques, la sortie de l’énergie atomique interroge l’avenir des communes du nucléaire.

Encadré 5. Le difficile usage des retombées fiscales du nucléaire en Allemagne

De nombreux articles de presse ont souligné le potentiel manque à gagner financier que représenterait la sortie du nucléaire en Allemagne pour les communes hôtes. Pourtant, si ces municipalités ne profitent pas systématiquement de recettes budgétaires exceptionnelles, celles-ci ne présentent pas non plus d’infrastructures ou de services sortant de l’ordinaire. Les équipements de loisirs (piscines, stades, salles de sports, etc.) n’apparaissent pas surdimensionnés pour des municipalités dépassant pour la plupart les 10 000 habitants. La variabilité des recettes semble avoir été un obstacle à toute dépense somptuaire. Les communes de Brokdorf et Gundremmingen font exception. Les retombées fiscales du nucléaire, concentrées entre moins de 1 000 résidents, ont permis au village de Brokdorf de s’équiper d’un centre aquatique, d’un complexe sportif et d’une grande patinoire. L’objectif de la municipalité était de profiter des recettes pour soutenir le tourisme local. La richesse de la commune de Gundremmingen en Bavière n’est pas évidente. Exception faite d’une école primaire moderne, le village de 1 500 habitants ne dispose pas de grands équipements de loisirs visibles. Pourtant, en abritant la centrale la plus puissante d’Allemagne, Gundremmingen bénéficiait des recettes les plus importantes parmi les communes du nucléaire. Au lieu de construire des infrastructures, la municipalité a investi dans l’immobilier dès les années 1970. La commune possède plusieurs immeubles et espaces commerciaux à Munich et à Grunwald en Bavière. Ces investissements ont permis à Gundremmingen d’atténuer le risque de variabilité des taxes du nucléaire. Ainsi, malgré la fermeture à venir des centrales, la commune conserve d’importants revenus qui lui ont permis d’engager la construction d’un nouveau centre sportif en 2013.

3. Co-construction des territoires du nucléaire : regards sur les stratégies locales d’EDF
3.1. Les premières expériences d’implantation : pratique territoriale d’EDF et apprentissage géopolitique
Prenant en charge l’installation de ses agents, EDF a privilégié l’édification de pavillons individuels en cités-jardins en dehors des bourgs centraux, entraînant une ségrégation spatiale qui a été source de tensions avec la population autochtone. Constitués de maisons neuves à l’architecture originale, les lotissements se démarquaient des habitations déjà existantes. Situées en périphérie du bâti historique, ces cités dotées d’infrastructures de loisir, d’écoles et de supérettes rassemblaient les fonctions de communes à part entière. Dans certains cas, comme à Belleville-sur-Loire, les lotissements abritant les cadres de la centrale se situaient en position de surplomb par rapport au noyau villageois, sur une côte dominant le reste du bourg.
Figure 12. L’implantation conflictuelle des logements des salariés d’EDF à Belleville-sur-Loire

Teva Meyer — carte logements cadres et employés EDF à Belleville

Réalisation : Teva Meyer, IFG, 2015.

Craignant de voir ces tensions glisser vers une opposition contre son activité, EDF a repensé l’intégration de ses agents. Afin d’éviter les coupures vis-à-vis de la population locale, l’entreprise a acquis des terrains en continuité immédiate du bâti préexistant et a limité la taille des cités à trente logements alors que certaines en comptaient plus de cent auparavant. L’entreprise a également proposé des incitations financières aux agents pour la construction ou l’achat de résidences principales en dehors des cités. Cette stratégie se retrouve aujourd’hui. L’énergéticien a lancé en 2011 un programme de construction de 3 600 logements destinés aux salariés de l’ensemble des centrales du parc nucléaire. En répartissant ces maisons sur approximativement 150 lotissements dans autant de communes au sein du périmètre d’astreinte des centrales, EDF confirme le choix de répartir au maximum les employés sur le territoire. Ce programme a donné lieu à une compétition entre les communes pour lesquelles l’augmentation du nombre de résidants employés par la centrale signifie une hausse des recettes touchées au titre du fonds départemental de péréquation. La division entre ceux qui furent appelés « les EDF » et les habitants historiques provenait également des difficultés rencontrées par l’entreprise pour recruter localement. Afin d’y remédier, l’énergéticien instaura une obligation d’embauche locale parfois assortie d’un quota.

3.2. L’intelligence géographique d’EDF et l’utilisation stratégique des ressources locales

Dans toutes les communes hôtes, Électricité de France a noué des relations fortes avec les réseaux associatifs locaux. Son action se distingue de deux manières. Premièrement, l’établissement de partenariats avec les associations est systématisé pour l’ensemble du parc par des directives émanant des organes centraux de l’entreprise et se concentre autour de trois thématiques : le sport, les œuvres sociales et le développement durable. Deuxièmement, EDF s’appuie sur l’utilisation des ressources propres des territoires et adapte sa stratégie à chacun d’entre eux.

La stratégie de promotion du développement durable en est un parfait exemple. En plus de s’associer avec des groupes locaux, l’entreprise a créé ses propres organisations comme c’est le cas de l’association Au Fil du Rhin en Alsace. EDF a systématiquement utilisé le voisinage des centrales afin d’aménager des espaces naturels contigus à l’infrastructure qu’elle met en scène en finançant l’installation de circuits balisés et de panneaux explicatifs. La carte suivante présente quatre cas représentatifs de cette stratégie. À Nogent-sur-Seine, EDF a proposé en 1991 la création d’une Zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique (Znieff) sur le terrain de la centrale. L’entreprise finance depuis lors son suivi scientifique par l’association Nature du Nogentais qui y organise des visites. À Braud Saint-Louis, EDF a créé une réserve ornithologique de 75 hectares sur une friche attenante à la centrale. L’entreprise y a également financé la constitution d’un parc ornithologique qui accueille 25 000 visiteurs par an. À Cattenom, plusieurs sentiers ont été aménagés par EDF autour de la retenue artificielle du Mirgenbach, créée pour assurer le refroidissement de la centrale, afin de promouvoir sa richesse halieutique. Enfin, à Chooz, sur un terrain jouxtant la centrale, EDF a ouvert en 1999 un sentier dédié à l’observation de la faune où elle organise des visites principalement pour les scolaires.
Figure 13. La mise en scène par EDF de la nature autour des centrales nucléaires : une utilisation stratégique de territoires à valeur symbolique
Teva Meyer — mise en scène de la protection de l'environnement près des centrales EDF
Sources : EDF, Inventaire National du Patrimoine Naturel — Réalisation : Teva Meyer, IFG, 2014
Paradoxalement, les sites des centrales nucléaires constituent des écosystèmes remarquables. L’absence d’activités humaines sur les berges des cours d’eau en amont et en aval des réacteurs a permis le développement libre de la flore et de la faune. La valorisation de ces espaces par EDF n’est évidemment pas fortuite. Les directeurs des centrales nucléaires considèrent encore les visites comme un des principaux outils d’intégration de l’entreprise dans son territoire, et ce malgré les difficultés introduites par les mesures antiterroristes prises après les attentats de septembre 2001. En plus de lier la centrale à une démarche perçue comme positive, ces actions mettent en scène l’innocuité environnementale de sa présence en l’associant à un territoire dont l’attribut « naturel » est fortement symbolique.

4. L’opposition à la fermeture de Fessenheim, marqueur des dynamiques territoriales du nucléaire
À l’occasion du Débat national sur la transition énergétique, seize communes et une communauté de communes ont signé une motion appelant à la prolongation de la durée de vie de la centrale, répondant alors à une motion inverse soutenue par l’association antinucléaire Stop-Fessenheim. Le soutien à la centrale de Fessenheim s’est cristallisé en 2012 dans l’Association Fessenheim notre énergie (AFNE). Parmi ses fondateurs, on trouve la précédente maire de Fessenheim (Fabienne Stich), le maire de Blodelsheim, un village voisin, qui est également agent de la centrale et l’ancien président de la communauté de communes de l’Essor du Rhin. En sus, l’engagement des collectivités locales est dynamisé par la forte politisation des salariés d’EDF dont beaucoup exercent un mandat électif local, comme le montre la figure 15.

La carte ci-contre spatialise l’engagement des collectivités locales. Seules quatorze des quarante-six communes signataires de la motion pour la fermeture de la centrale se trouvent dans le Haut-Rhin. Inversement, aucun des signataires du texte en faveur de sa prolongation ne se trouve dans le Bas-Rhin. Rien ne porte à croire que le Bas-Rhin serait plus écologiste ou plus antinucléaire que le Haut-Rhin : les scores d’EELV aux élections présidentielles de 2012 y ont été sensiblement identiques ; seul un village haut-rhinois est dirigé par EELV alors qu’aucun ne l’est dans le Bas-Rhin ; enfin, il n’y a pas plus d’élus municipaux écologistes dans un département que dans l’autre. Cette carte laisse entrevoir un glacis de soutien politique autour de la centrale correspondant à la localisation des retombées économiques, des résidences des employés d’EDF ou encore des associations soutenues. Les frontières communales et départementales qui régissent la distribution de l’argent du nucléaire deviennent alors des frontières géopolitiques dans le conflit sur l’avenir du nucléaire.

Figure 14. Banderole en faveur de la centrale nucléaire à Fessenheim.
Teva Meyer — photographie Fessenheim banderole

Cette banderole, sur laquelle on voit le logo de l’association Fessenheim notre énergie, a été attachée entre la mairie et l’église de Fessenheim, Cliché : Teva Meyer, octobre 2016.

Figure 15. Les collectivités alsaciennes divisées par l’avenir de la centrale nucléaire de Fessenheim
Teva Meyer — carte engagement pour et contre la centrale en Alsace
Sources : Association Stop Fessenheim, et http://www.transition-energetique.gouv.fr/ (site consulté en janvier 2013 et supprimé depuis) — Réalisation: Teva Meyer, IFG 2015
Conclusion

Les centrales nucléaires sont des objets techniques fort difficiles à spatialiser. L’utilisation du combustible nucléaire les intègre dans des territoires réticulaires à l’échelle mondiale complexes à saisir, faits des sites d’extraction, de transformation et de stockage de l’uranium. Plus encore, la délimitation des « territoires du risque » (November, 2002) nucléaire apparaît incertaine, tant les conséquences d’un accident sont difficiles à anticiper et à modéliser. Pour comprendre ce que le nucléaire fait au territoire, il faut alors, comme le propose l’ethnologue Françoise Lafaye, s’éloigner de l’aspect « atomique » des centrales, pour embrasser celui de « mono-industrie », c’est-à-dire celui d’une grande usine dont l’échelle économique et démographique dépasse le territoire d’implantation. C’est dans cette complexité qu’il faut chercher les éléments qui motivent l’opposition à la fermeture de centrales en France portée par les collectivités locales, alors que de telles dynamiques étaient absentes dans le cas allemand.

 


Références bibliographiques
Faire des liens : le nucléaire au Japon dans Géoconfluences

 

 


[1] Elle a été remplacée depuis lors par la Contribution économique territoriale (CET) ainsi que par l’imposition forfaitaire sur les installations de production d’électricité d’origine nucléaire (IFER-Nucléaire).
[2] La valeur locative est réduite de 50 % pour le bâti et de 20 % pour le non bâti.
[3] Interview de Fabienne Stich parue dans l’édition du 2 février 2009 des Dernières Nouvelles d’Alsace.

 

Teva MEYER
Docteur en géographie de l’Institut français de géopolitique (université Paris 8), chercheur associé au CRESAT (EA 3436 – Université de Haute-Alsace)

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

 

L’énergie nucléaire est-elle encore compétitive?

L’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AEIA) a publié début septembre 2018 son rapport annuel. Elle y aborde les perspectives de la filière nucléaire alors même que l’essor des énergies renouvelables et les nouvelles normes environnementales remettent son avenir en question. Un avenir sombre en partie confirmé par le rapport de l’AEIA : selon l’analyse de l’agence, la compétitivité de l’énergie nucléaire devrait baisser dans les prochaines années. Pourtant le nucléaire ne devrait pas disparaître : en Asie notamment, de nouveaux marchés s’offrent à lui.  L’energeek mer 3 oct 2018 NUCLÉAIRE , 
Les inquiétudes de l’AEIA

Il n’y a pas qu’en France que l’avenir du nucléaire est incertain. D’après le rapport annuel de l’AIEA, publié le 10 septembre dernier, la filière nucléaire devrait enregistrer un recul en Europe et en Amérique du nord dans les prochaines années. D’après le rapport, le nucléaire doit faire face à la concurrence du prix bas du gaz naturel ainsi qu’à la montée en puissance des énergies renouvelables, dont les coûts de production tendent à baisser depuis quelques années.

Mais plus que la concurrence des autres énergies, ce qui pourrait freiner la filière nucléaire, c’est la lenteur avec laquelle elle est en train de se restructurer. Dans son rapport, l’AIEA rappelle que le parc nucléaire mondial compte aujourd’hui 455 réacteurs. Près de la moitié de ces réacteurs est en service depuis déjà plus de trente ans, et la question de leur fermeture devrait se poser dans les prochaines années.

Or, la stratégie de remplacement peine à se mettre en place. En France, EDF a déjà envisagé d’opérer un grand carénage pour optimiser la durée de vie du parc nucléaire tricolore. De plus, l’énergéticien a investi dans le développement d’une technologie de remplacement, avec le réacteur de nouvelle génération EPR. La première unité est déjà entrée en service en Chine. A terme, l’EPR devrait ouvrir une nouvelle ère dans la production d’énergie d’origine nucléaire.

Et si l’AIEA s’inquiète de la lenteur avec laquelle le nucléaire opère sa transition stratégique, c’est parce que l’énergie nucléaire reste importante à l’échelle mondiale. En 2017, elle a encore pesé pour 10,3% dans la production d’électricité mondiale. Un chiffre respectable qui masque de grosses disparités : si certains pays n’ont pas développé de filière nucléaire, d’autres en revanche dépendant de l’énergie nucléaire pour assurer leur autonomie énergétique.

Comme le rapport le souligne, la filière nucléaire mondiale devrait connaître une hausse significative de sa production. D’ici 2050, l’électricité d’origine nucléaire pourrait augmenter de 15% d’après les estimations du rapport. Mais cette augmentation ne suffira pas à maintenir l’énergie nucléaire à son rang actuel dans le mix électrique mondial : dans le pire des scénarios présentés par l’AIEA, la part du nucléaire pourrait ne représenter que 5,6%. Cette perte de terrain se ferait au profit des énergies renouvelables.

L’Asie, nouvel eldorado de l’énergie nucléaire

Alors l’énergie nucléaire est-elle appelée à disparaître ? Non. Car si dans les pays occidentaux elle est remise en question, l’énergie nucléaire fait par contre l’objet de nombreux investissements en Asie. LaChine et l’Inde, deux pas industrialisés qui enregistrent une forte consommation électrique, voient dans le développement du nucléaire un moyen d’assurer leur indépendance énergétique. En Afriqueaussi, les centrales nucléaires sont un sujet récurrent dans les projets de développement énergétique.

Le nucléaire, repositionné sur le marché de l’énergie

En France, l’entreprise EDF continue de défendre son EPR. Pour l’énergéticien, cette nouvelle génération de réacteur aura sa place dans le futur mix énergétique du pays. Au lieu d’être la principale source de production d’électricité, le nucléaire pourrait à terme jouer un rôle de régulateur dans l’approvisionnement au sein du réseau électrique français. Dans cette optique, le nucléaire travaillerait alors en synergie avec les énergies renouvelables pour assurer la fiabilité du réseau.

Dans la stratégie d’EDF, le réacteur EPR ne vise pas à concurrencer les énergies renouvelables. En revanche, il offre une alternative aux énergies fossiles. Car le nucléaire a encore des atouts à faire valoir. La filière offre une électricité bas-carbone, en cohésion avec les normes environnementales actuelles. Par ailleurs, son coût de revient n’est pas impacté par les fluctuations des cours du pétrole, ce qui garantit ses tarifs. Un argument qu’EDF n’hésite pas à mettre en avant pour défendre son EPR : “L’uranium utilisé pour produire l’électricité représente 5 % des coûts de production du kWh nucléaire. En comparaison, la part du combustible représente de 20 à 50 % du coût de production dans les centrales au charbon et de 50 à 80 % pour le gaz.” A défaut de concurrencer les ENR, le nucléaire devrait donc assurer sa survie en s’attaquant de front aux énergies fossiles, appelées à être de plus en plus taxées dans le cadre de la transition énergétique.

Nouveau retard en vue pour l’EPR de Flamanville

A Flamanville, en novembre 2016.
La « bataille des soudures » n’a sans doute pas fini de retarder le chantier de l’EPR de Flamanville (Manche). Dans une note adressée à EDF et rendue publique le 3 octobre, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a sévèrement recadré l’électricien public, en s’inquiétant d’une « défaillance de surveillance » sur le chantier nucléaire normand. « C’est l’ensemble de la chaîne de surveillance qui a dysfonctionné », juge l’ASN. Pierre-Franck Chevet a également indiqué qu’« un travail technique important reste à faire » pour corriger les anomalies repérées sur certaines soudures. LE MONDE  Par Pierre Le Hir et Nabil Wakim

Lire notre entreiten :   Dans le nucléaire, « la France fait face à une perte d’expérience »

Pour comprendre la vivacité de la réaction du gendarme du nucléaire, il faut revenir à l’origine de l’affaire. En février, EDF découvre des problèmes sur des soudures du circuit secondaire. Ce circuit d’eau sert à évacuer la vapeur vers la turbine. Il est formé de quatre boucles, associées à quatre générateurs de vapeur. Dans un premier temps, le groupe explique que ces tuyauteries sont conformes à la réglementation mais qu’elles auraient dû correspondre au standard « haute qualité », plus exigeant. Concrètement, EDF avait défini pour la construction de l’EPR cette nouvelle norme et n’a pas été en mesure de la faire respecter par ses propres sous-traitants.

Et les choses se sont compliquées quelques semaines plus tard. L’examen approfondi des soudures révèle qu’une grande partie d’entre elles ne respectent ni la norme voulue par EDF, ni même la réglementation exigée pour les équipements nucléaires sous pression. Résultat : le groupe doit reprendre cinquante-trois soudures, sachant qu’une seule soudure représente au moins huit semaines de travail supplémentaires.

Une construction qui a débuté en 2007

Un nouveau coup dur pour ce réacteur de troisième génération dont la construction a débuté en 2007 et qui devait être opérationnel en 2012. Il devait initialement coûter 3,5 milliards d’euros, l’affaire des soudures fait encore gonfler la facture, à près de 11 milliards d’euros.

Lire notre enquête sur le nucléaire :   EDF face au risque de l’EPR

La note de Pierre-Franck Chevet laisse penser que le feuilleton pourrait se poursuivre. EDF espérait ne pas avoir à refaire huit soudures, situées à des endroits très difficiles d’accès au niveau de l’enceinte de confinement, et dont la réparation pourrait nécessiter de démonter des parties importantes de la structure. Mais l’ASN lui demande de procéder à des essais difficiles à réaliser pour prouver que ces réparations ne sont pas nécessaires. Et avertit qu’il vaudrait mieux engager « dès à présent les actions préalables à la réparation des soudures concernées ».

L’autorité de sûreté demande aussi d’élargir le champ d’investigation à « un périmètre plus large d’équipements et de sous-traitants », au-delà du seul circuit secondaire.

Devant le risque d’un nouveau dérapage du calendrier de l’EPR, le gouvernement prévoit désormais de dissocier sa mise en service de la fermeture de la centrale alsacienne de Fessenheim, alors que les deux étaient jusqu’ici liées. « On est obligé d’envisager de ne pas faire les deux opérations en même temps, car EDF n’est pas capable de nous donner une date, et l’Autorité de sûreté du nucléaire non plus, sur l’ouverture de Flamanville », a expliqué, le 4 octobre, le ministre de la transition écologique et solidaire, François de Rugy.

A ce stade, l’électricien n’en maintient pas moins son échéancier, à savoir un chargement du combustible au quatrième trimestre 2019, pour un raccordement au réseau de l’EPR normand début 2020. Mercredi 10 octobre, l’ASN a confirmé son avis d’octobre 2017 autorisant l’EPR à fonctionner avec sa cuve actuelle, dont le couvercle devra toutefois être remplacé au plus tard fin 2024.

Nucléaire : le rapport « secret » qui inquiète la filière

Une des piscines d'Orano la Hague. Comme celles des centrales EDF, elle risque la saturation en cas de fermeture de réacteur, conformément à la loi sur la transition énergétique.
Une des piscines d’Orano la Hague. Comme celles des centrales EDF, elle risque la saturation en cas de fermeture de réacteur, conformément à la loi sur la transition énergétique. (©Orano)
La loi relative à la transition énergétique prévoit de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75 à 50% d’ici 2025. Le gouvernement veut la reporter à 2035. Une échéance que le gouvernement actuel, qui prépare la Programmation pluriannuelle de l’énergie, juge peu réaliste et devrait reporter à 2035. 

 

 

 

Cette question de date ne change pas fondamentalement le scénario : dix-neuf réacteurs, sur les cinquante-huit du parc EDF, seront arrêtés à terme. A priori les plus anciens, c’est-à-dire les réacteurs de 900 MW. Or, ce sont ces mêmes réacteurs qui utilisent le combustible MOx, issu du recyclage par Orano dans ses usines de la Hague et de Melox.

« Occlusion intestinale »

Plusieurs études ont été réalisées pour mesurer les conséquences de l’arrêt de ces réacteursEDF en a réalisé une, intitulée « Impact cycle 2016 », l’Autorité de sûreté nucléaire a aussi demandé une expertise à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Le rapport a été remis en mars dernier. Aucun des deux n’a été publié, mais l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO) a pu consulter celui de l’IRSN.

Le président de l’ACRO, David Poilley, explique que les piscines de la Hague arriveraient rapidement à saturation :

Selon l’IRSN, le scénario d’arrêt de dix-neuf tranches de 900 MW en 2025 conduit à la saturation des piscines de la Hague et des réacteurs nucléaires en moins de cinq ans après la première fermeture. Tout le parc nucléaire devra donc s’arrêter pour cause d’occlusion intestinale après la mise à l’arrêt de moins de neuf tranches utilisant du MOx.

Les résultats de la simulation de l’IRSN confirment la conclusion d’EDF, souligne encore David Poilley.

Une piscine centralisée

EDF a certes un projet de piscine centralisée qui pourrait ouvrir en 2030.

Selon l’IRSN, le report à 2035 de la limitation à 50 % de la production d’électricité d’origine nucléaire, décalerait d’autant la perspective de saturation des piscines actuelles, « ce qui est compatible avec le calendrier prévisionnel de mise en service de la piscine centralisée ».

Mais rien ne dit que cette piscine sera effectivement opérationnelle.

En attendant, poursuit l’ACRO en se référant à l’expertise de l’IRSN, « on ne pourrait pas arrêter le retraitement et le MOx ». Lors du retraitement des combustibles usés, 1 % de la masse est du plutonium réutilisé pour la fabrication de MOx.

C’est ce petit pour cent qui peut bloquer toute la machine, note l’ACRO. Toute l’industrie nucléaire est dans une situation très fragile, car on peut imaginer des aléas qui entraîneraient un arrêt prolongé d’une des mailles de cette chaîne du plutonium.

Les évaporateurs, le maillon faible

Et le maillon faible, ce sont les évaporateurs de l’usine de retraitement de la Hague.

Ces évaporateurs, qui permettent de concentrer les produits de fission avant vitrification, présentent, selon des mesures réalisées en 2014 et 2015 par Areva (Orano aujourd’hui), une corrosion plus rapide que prévue lors de leur conception. Des fuites sont même apparues, confirmait en janvier 2017 l’ASN.

Un programme de remplacement, à l’horizon 2021 et 2022, a été lancé. Il représente un investissement de 700 millions d’euros.

En attendant, en cas d’arrêt des évaporateurs de l’un des ateliers, l’usine correspondante devrait être arrêtée. Et un arrêt des deux usines pour une durée supérieure à six mois pourrait conduire à une saturation des piscines d’entreposage.

L’IRSN demande donc à Orano et EDF de revoir leur copie sur ce sujet et de préciser la durée d’indisponibilité qui conduirait à la saturation des piscines, rapporte l’ACRO. La réponse est facile à estimer : la saturation interviendrait au bout d’une année environ.

A lire aussi : Sûreté et sécurité des installations nucléaires : les députés avancent 33 mesures

Appel à la diffusion

Un scénario catastrophe pour l’ensemble de la filière.

L’industrie nucléaire française a mis en place un système que l’on ne peut pas stopper sur décision politique, sans risque d’un effet falaise qui arrêterait tout le parc en peu de temps. Mais ce système est extrêmement fragile et le piège pourrait se refermer sur ces concepteurs, à la suite de pannes », estime David Boilley.

Pour l’ACRO, ces éléments auraient dû être rendus publics dans le cadre du débat public sur la Programmation pluriannuelle de l’énergie. Ils doivent l’être en tout cas avant le nouveau débat sur le Plan de gestion des matières et déchets radioactifs.

Le Haut comité pour la transparence et l’information sur la sûreté nucléaire y est favorable. À tout le moins une version publique. L’IRSN, sollicité par l’ACRO, n’y est pas opposé. Et la présidente de la commission particulière du débat public les réclame elle aussi.