Discours de Yoko Shimosawa, évacuée de Tokyo

23 avril 2019

Traduction : Évelyne Genoulaz, à partir de la version anglaise du discours en japonais de Yoko Shimosawa, prononcé en novembre 2018 à l’occasion d’un « rallye contre l’énergie nucléaire et le cycle du combustible », organisé par les opposants du réacteur de Monju.

Concernant la détérioration de la condition physique en relation avec la catastrophe de Fukushima dont parle Yoko Shimosawa, les gens l’ont constatée depuis 2013 et de façon de plus en plus évidente à partir de 2015 si bien que le Dr Shigaru MITA a commencé à analyser les hormones hypophysaires de patients, comme cela est expliqué dans cet article publié sur le Blog de Fukushima de Pierre Fetet

« Aujourd’hui, je me présente devant vous au nom de toutes les personnes évacuées en raison de l’accident nucléaire du nord-est du Japon.

Ce fut une expérience abominable et ce qui me fait le plus mal, à moi, c’est que l’accident nucléaire a signifié, pour moi, voir ma fille si pleine de vie perdre jour après jour la santé jusqu’à finir par demeurer allongée dans son lit.
J’ai élevé mes enfants à Tokyo, que certains ont crue épargnée par les effets nocifs de la radioactivité, mais pour moi, ça sonne faux.
J’ai constaté le contraire car chaque fois que j’ai emmené ma fille hors de Tokyo, elle a miraculeusement recouvré la santé. Tandis que chaque fois que nous revenions vivre à Tokyo, elle recommençait à souffrir de la même maladie.
Ma fille me répétait toujours la même chose : « je me sens tellement mal, je me sens si faible, j’ai mal aux jambes et aux mains. » Tous ces symptômes ont été permanents lors de nos derniers jours à Tokyo. Mais écoutez-moi bien : elle n’avait ni cancer de la thyroïde, ni leucémie.
Un médecin nous a conseillé de quitter définitivement Tokyo. J’ai suivi ses conseils et nous avons déménagé pour Kobe, dans le Kansaï. A partir de ce moment, elle a recouvré une belle santé.

Huit années se sont écoulées depuis l’accident et, à ce jour, nous qui fûmes tout particulièrement victimes des radiations émises dans la partie centrale de l’Est du Japon, qu’est-ce qu’il se passe dans nos corps ?…
Sommes-nous conscients du nombre de personnes atteintes de cancers à cause des radiations ? Qui peut dire le nombre considérable de personnes qui sont en train de mourir à cause de la radioactivité ? Est-ce qu’on sait quoi que ce soit à ce sujet ?


On entend aujourd’hui de plus en plus de gens dire « je ne me sens pas bien ».
Des personnes qui perdent leurs facultés intellectuelles, qui se sentent extrêmement épuisées ou qui ont beaucoup de mal à se relever d’une maladie. Ces symptômes se font sentir cinq ans après l’accident.
Il y a une maladie qu’on appelle “Buraburabyo primaire” dont les symptômes sont très similaires à ceux d’une maladie que le docteur Shigeru Mita a appelé la « maladie du déclin des capacités ». Elle s’attaque au cerveau suite à une contamination interne par de faibles doses de radioactivité.

Le gouvernement actuel fait tout, avec tous les moyens dont il dispose, pour persuader le peuple du Japon qu’il n’existe pas de “problème de radiations” aujourd’hui.
Même dans les programmes éducatifs, on tend à inculquer aux élèves que la radioactivité ne présenterait aucun danger. Or, il est fondamental de transmettre des informations justes, sinon, c’est l’intimidation et la discrimination entre étudiants qui deviennent la règle. Tout dernièrement, ma fille a reçu de son école une brochure sur la radioactivité dont les informations étaient insensées.

Pour nous protéger de l’exposition interne aux radiations, il faudrait rassembler en un lieu unique toutes les substances contaminées. Car il faut les tenir loin des hommes.
Mais ce n’est pas ce qui se passe car le gouvernement n’a aucun intérêt à les éloigner puisqu’il préfère répéter avec insistance qu’il n’y a pas de contamination causée par la radioactivité.
Notre gouvernement répète inlassablement les mêmes opérations – enlèvement, décontamination, dilution, réduction du volume et traitement – toujours la même chose encore et encore, mais tout ça ne permet pas de résoudre le problème de la contamination par la radioactivité. Le gouvernement refuse de nous permettre d’échapper aux radiations ; en fait, ça nous pousse même à rester !

C’est un fait que les accidents nucléaires sont causés par des catastrophes naturelles mais là, il s’agit d’autre chose parce qu’on parle de violence humaine en définitive. Avec cet accident nucléaire au Japon, que pensez-vous qu’il puisse y avoir de pire..?! En fait, il s’agit d’êtres humains qui ne protègent pas d’autres êtres humains.
Pourquoi selon vous sommes-nous confrontés à ces événements terribles?
C’est parce que notre gouvernement ne reconnaît pas la gravité des dommages que l’accident peut causer, en particulier à la santé. Le gouvernement estime que c’est une excellente idée de ré-exploiter les centrales nucléaires. « Réussissons notre politique nucléaire », a déclaré le gouvernement.
Maintenant, je vais vous demander si vous êtes d’accord avec ça ?…
Pourquoi n’y a-t-il personne pour manifester son opposition à ce plan du gouvernement ? C’est comme si une proie jetée en cage, au lieu de se débattre pour s’échapper, préférait se soumettre à son ravisseur.


Seuls les criminels créent des armes nucléaires et en font la promotion.
Nous sommes tous sous la domination du nucléaire. Tous les japonais sont des victimes, même les membres de la compagnie d’électricité et du gouvernement, nous sommes tous exposés à la radioactivité et nous sommes tous concernés.
Si nous pouvions chercher à connaître la vérité, nous pourrions espérer avoir une vie merveilleuse et il serait évident pour nous qu’il n’y a aucun intérêt à redémarrer les centrales nucléaires.
Une fois que l’environnement est pollué par la radioactivité des centrales, il est très difficile de faire marche arrière. Nous surtout, les habitants du nord-est du Japon, nous serons toujours exposés aux radiations.
Mes enfants et moi-même, nous continuons à faire des analyses de sang et à faire face à ce problème, parce que nous devons nous résigner à admettre ce fait que nous ne pourrons jamais complètement nous en remettre.


Est-ce que nous, les Japonais, nous faisons face à cette réalité tragique avec sérieux?
Nous ne pouvons pas changer le passé, mais pouvons changer l’avenir !
Même si nous continuons à vivre dans ce pays où s’est produit l’accident, je veux croire que nous pouvons être résilients et ne pas perdre une fois de plus ce que nous avons perdu un jour, à condition de tirer les leçons du passé, et de redoubler d’efforts pour travailler main dans la main, afin de nous protéger le plus possible les uns les autres.


Je suis toujours très attachée à partager mon expérience et ce qu’elle m’a appris, dans l’espoir que mon histoire puisse éclairer les gens. J’ai toujours cru à la force des individus et je suis convaincue qu’en rassemblant nos forces, nous pourrons sans aucun doute changer l’avenir.

C’est un honneur de pouvoir prendre la parole ici et de partager cette histoire avec vous tous aujourd’hui. Je vous remercie de votre attention. »

Discours de Yoko Shimosawa, évacuée de Tokyo

Minimiser les impacts catastrophiques d’un accident nucléaire est en passe de devenir un grand classique

PAR NOLWENN WEILER 12 MARS 2019

« Il est possible de mener une vie normale » dans les zones contaminées par la radioactivité, assure le ministre japonais de la Reconstruction, huit ans après l’accident nucléaire majeur de Fukushima. Ce discours de « normalisation », qui vise à minimiser le risque nucléaire et les conséquences d’un accident n’est pas l’apanage des autorités japonaises : on le retrouve en France depuis le lancement du programme nucléaire ou en Biélorussie après Tchernobyl. Sezin Topçu, historienne et sociologue des sciences, décrypte pour Basta !cette stratégie de communication, qui accompagne des politiques exonérant les exploitants de centrales nucléaires de leurs responsabilités. Entretien.

Basta !  : Lors des lancements des programmes nucléaires civils, aux États-Unis ou en France, la filière est clairement jugée à très haut risque. Comment les industriels qui se lancent dans l’aventure vont-ils être, en quelque sorte, en partie dédouanés de ces risques ?

Sezin Topçu [1] : Le caractère ingérable des dégâts provoqués par un accident nucléaire majeur est reconnu par les experts nucléaires dès les années 1950, bien avant le passage au stade industriel. Ils étaient d’accord sur le fait que de très vastes territoires allaient être contaminés pendant des centaines voire des milliers d’années ; et qu’il faudrait, en théorie, évacuer un nombre très important de personnes. Il est même envisagé de désigner des zones d’exclusion pour l’implantation des sites nucléaires. Des calculs effectués en 1957 à la demande de la commission à l’énergie atomique aux États-Unis (Atomic Energy Commission) imaginent alors un coût financier de l’ordre de 7 milliards de dollars.

Afin de protéger l’industrie nucléaire contre de tels risques financiers, l’État américain décide de limiter de façon drastique et exceptionnelle la responsabilité civile des exploitants en cas d’accident. Sans ces lois d’exception, il n’est alors pas envisageable pour les industriels de se lancer dans l’aventure nucléaire. Tous les pays qui développent le nucléaire vont s’inscrire dans ce schéma, qui n’a guère évolué depuis. EDF, par exemple, est aujourd’hui tenue par une responsabilité civile limitée à 91 millions d’euros en cas d’accident majeur, ce qui représente une somme dérisoire si on la compare aux évaluations des pouvoirs publics français qui estiment à environ 430 milliards d’euros le coût moyen d’un accident nucléaire majeur, jusqu’à 760 milliards pour un scénario « majorant ».

Le Japon fait figure d’exception vis à vis de cette atténuation des responsabilités, puisque l’exploitant doit dès le départ mettre de côté une réserve financière très élevée. Qu’a dû payer l’exploitant de Fukushima ?

Effectivement. La loi japonaise de 1961 relative à la responsabilité civile contraint tout exploitant à débloquer une « réserve de sécurité » d’un milliard d’euros, avant même de se lancer dans l’exploitation des centrales nucléaires. C’est une somme assez importante, égale à onze fois le montant imputé à EDF en cas d’accident. Cela dit, quand la catastrophe de Fukushima frappe le Japon en mars 2011, l’exploitant nucléaire privé Tepco aurait pu s’exonérer de toute responsabilité car la loi de 1961 prévoit aussi de rendre nulle la responsabilité de l’exploitant en cas de « catastrophes naturelles majeures ». Face à l’ampleur des réactions suscitées dans la population japonaise, Tepco a finalement décidé de ne pas demander d’exonération.

« Le coût d’un accident nucléaire majeur en France est estimé à environ 430 milliards d’euros »

Les sommes à débourser sont telles – les estimations oscillent entre 250 et 500 milliards d’euros jusqu’à récemment – que l’État a en fait avancé une partie des indemnités versées aux victimes, sans que l’on sache si Tepco remboursera un jour. Les consommateurs ont également été mis à contribution via une augmentation du prix du kWh. Ainsi, même dans un contexte où a priori l’exploitant porte une « responsabilité illimitée », des ajustements sont apportés au cadre législatif existant. Le « fossé » entre ce qu’un industriel est censé – et surtout est « en mesure » de – payer et ce qu’il faut réellement débourser pour prendre en charge correctement les dommages, impose une limitation forcée des responsabilités de l’industriel. Cela engendre une ré-organisation des charges à imputer à l’État et à la collectivité.

En France, au moment où le programme nucléaire est lancé dans les années 1970, plusieurs centaines de physiciens dénoncent une mauvaise évaluation du risque nucléaire. Comment se fait-il que leur avis n’ait pas été pris en compte ?

Le lancement du programme nucléaire français – le plus ambitieux du monde – ne s’est pas du tout fait dans des eaux tranquilles. Il y a alors de très grandes controverses. En février 1975, des physiciens du Centre national de recherche scientifique (CNRS), du Collège de France, de l’Institut de physique nucléaire, et d’autres encore, se mobilisent via une pétition qui met en garde contre le plan nucléaire du gouvernement. Ils conseillent à la population de ne pas accepter ce programme tant que les risques ne sont pas mieux évalués. Ils dénoncent un recours massif à l’énergie nucléaire – la France prévoyait alors 100 % d’électricité d’origine nucléaire – qui est selon eux extrêmement dangereux, d’autant qu’à l’époque la filière nucléaire n’était pas éprouvée. Ils critiquent aussi la technocratie propre à ce secteur. Le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et EDF décident alors de tout, en lien avec les ministères de l’économie, de l’industrie et de l’énergie. En dehors de ce noyau, aucun scientifique n’est intégré.

Il n’était pas banal qu’autant de savants – 4000 au total – s’opposent à un tel programme. A ce moment, EDF a réellement peur de devoir stopper son programme nucléaire. Ces savants sont immédiatement désignés comme illégitimes, parce que ne connaissant pas, soit disant, le secteur. Cette stigmatisation est habituelle, en France, pour disqualifier les mouvements anti-nucléaires. EDF et le gouvernement les ont toujours présentés comme des partisans irrationnels du retour à la bougie, opposés au progrès. Dans la période actuelle, on observe un retour à ce discours de dénigrement des opposants anti-nucléaires, notamment à Bure [lieu d’un projet d’enfouissement à grande profondeur de déchets radioactifs, ndlr]. Avec un interventionnisme très important de l’État, qui oppose les « habitants citoyens » aux « opposants casseurs ».

Vous évoquez également une façon de gouverner par l’urgence, et la très alléchante taxe professionnelle pour faire accepter les projets nucléaires…

Dans les années 1970, le suivi de l’opinion publique devient un enjeu majeur pour le gouvernement et pour EDF. A partir d’études de comportement de la population à l’échelle locale comme nationale, notamment via les enquêtes d’opinion, EDF est avertie que les critiques d’un projet diminuent au fur et à mesure qu’un chantier avance. C’est logique : on a moins envie de s’opposer à un projet une fois qu’il est terminé. Il faut donc aller le plus vite possible dans la mise en chantier. C’est l’une des raisons pour lesquelles beaucoup de chantiers sont lancés avant d’avoir les autorisations de construction.

Les nombreuses plaintes déposées par des habitants ou des communes contre ces travaux non autorisés ont cependant toutes été classées, avec une régularisation a posteriori. Nous sommes confrontés à l’irréversibilité des projets techniques. On rend d’abord les projets irréversibles, ensuite on les régule. Cela estompe les possibilités de contestation. C’est la même chose avec les pesticides, qu’on tâche aujourd’hui de réguler alors qu’ils sont déjà disséminés partout dans l’environnement.

La taxe professionnelle joue également un rôle important pour rendre les projets nucléaires acceptables, avec d’autres avantages matériels, comme l’aménagement de piscines olympiques ou la réfection des routes. Des communes entières sont ainsi modernisées au fur et à mesure du déploiement du programme nucléaire. La région de La Hague, dans le Nord Cotentin, est un des bons exemples de ces avantages. C’est le visage scintillant de la modernité nucléaire. Aujourd’hui, le même phénomène se produit dans la région de Bure où on trouve des salles des fêtes immenses et toutes neuves, même dans des communes dépeuplées. Il y a toujours eu beaucoup d’investissements pour que les populations soient hospitalières vis à vis du nucléaire.

-

 Lire à ce sujet notre enquête : Un milliard d’euros ont été dépensés pour rendre « socialement acceptable » l’enfouissement de déchets nucléaires


EDF n’a-t-elle pas également beaucoup investi dans la communication ?

Si bien sûr. L’aspect informationnel – certains diraient propagande étatique – joue un rôle central dans le fait de rendre le nucléaire acceptable. On accentue ses avantages, qui font rêver : une énergie illimitée, zéro coût, avec un risque quasi-nul. Nous savons désormais que les conséquences immenses d’une catastrophe ont conditionné des lois d’exception pour ce secteur. Mais dans la France des années 1970, on pouvait entendre dire que la chute d’une météorite était plus probable qu’un accident nucléaire. Des sommes très importantes sont investies dans la publicité pour « éduquer » le public, notamment les opposants, ceux et celles « qui ne comprennent pas ».Je lis, j’aime, je vous soutiens

Pour rester en accès libre, Basta ! a besoin de vous, lecteurs !Soutenez l’indépendance de Basta! en faisant un don.

Comment évoluent les stratégies de communication à partir du moment où les catastrophes nucléaires deviennent réalité ?

A la fin des années 1980, suite à l’accident de Tchernobyl, de nouvelles stratégies de communication se mettent en place, avec ce qu’on appelle la dissonance cognitive : il s’agit d’affirmer plutôt qu’être sur la défensive. En 1991, une campagne de communication est ainsi organisée via les journaux et la publicité audiovisuelle qui assène que 75 % de l’électricité est d’origine nucléaire. Il faut que les Français sachent que leur grille pain fonctionne au nucléaire, il faut qu’ils l’acceptent. C’est comme ça, c’est la réalité, plus personne ne peut s’y opposer. Depuis l’accident de Fukushima aussi, cette même stratégie est à l’œuvre. C’est terrible, nous disent les promoteurs du nucléaire, mais c’est comme ça, il faut apprendre à vivre avec. Les programmes de publicité sont à l’inverse d’une tournure pessimiste des choses, avec des enfants qui courent dans la verdure.

Ce nouvel axe de communication, qui affirme qu’il faut « accepter le nucléaire », va de pair avec une nouvelle idée : on peut continuer à vivre dans les territoires contaminés. La Biélorussie, dont une partie importante a été touchée par l’accident de Tchernobyl en 1986, devient un laboratoire grandeur nature pour l’expérimentation de cette nouvelle « idée ». Quel rôle jouent les experts français dans cette normalisation des zones contaminées ?

Au début des années 1990, la Biélorussie est encore dans une économie de type post-soviétique, où l’État s’engage à prendre en charge totalement les victimes. Des systèmes de compensation sont mis en place, la possibilité pour les enfants malades d’aller en sanatorium, etc. Dans la deuxième moitié de la décennie, les organismes internationaux comme l’AIEA, l’OCDE et la Banque mondiale ont commencé à lancer des ultimatums à la Biélorussie pour qu’il accomplisse sa conversion. Les expertises pilotées par l’AIEA et l’OMS jugent que les règles d’évacuation et de compensation sont trop précautionneuses, économiquement insoutenables, politiquement contre-productives et de fait nuisibles à la possibilité d’opérer une transition vers une économie – néolibérale – de marché. Il faut que les gens soient responsabilisés, et qu’ils n’attendent pas tout de l’État, ce n’est pas « moderne ».

« C’est une individualisation des risques, chacun doit apprendre à gérer les becquerels »

C’est à ce moment qu’intervient le programme Ethos, mené par des experts français, issus du CEA et réunis au sein du centre d’étude sur l’évaluation de la protection dans le domaine nucléaire (CEPN), une association loi 1901 ne comptant que trois membres : CEA, EDF et IRSN. Ces consultants se rendent régulièrement en Biélorussie, proposent une « réhabilitation participative » des territoires « moyennement » contaminés. L’idée, c’est que l’on peut rester dans ces villages si on éduque les gens. Exemples : si on a mangé trop de champignons – chargés en radioactivité – le lundi, on mangera des aliments moins chargés le reste de la semaine. Idem pour le temps passé dehors : si on passe plusieurs heures dans un lieu contaminé – la forêt par exemple –, il faut faire attention, les jours suivants, à passer plus de temps chez soi. C’est une individualisation des risques, chacun doit apprendre à gérer les becquerels.

Cette stratégie de « normalisation » des territoires contaminés est-elle également mise en place à la suite de la catastrophe de Fukushima ?

Oui, et c’est en partie à l’initiative des experts français et leur « retour d’expérience » biélorusse. Ceux qui ont mis au point le programme Ethos sont au Japon actuellement. La normalisation des territoires contaminés y a été orchestrée en premier lieu par l’État japonais lui-même. Très vite, elle est devenue un mot d’ordre officiel. Dans un premier temps, en vue de limiter les évacuations, le gouvernement multiplie la dose maximale admissible par vingt, qui est ainsi passée de 1 mSv (millisievert) – la norme en vigueur en Europe et en France pour le fonctionnement « normal » des centrales – à 20 mSv par an. Soit le niveau maximal fixé pour les travailleurs du nucléaire en France et en Europe. Les pouvoirs publics japonais considèrent par ailleurs, depuis 2011, qu’en dessous du seuil de 100 mSv, le risque de développer un cancer radio-induit est proche de zéro – le tabagisme ou l’obésité, disent-ils, sont des problèmes plus préoccupants.

À partir de 2012, les responsables politiques japonais passent à l’offensive en matière de politique de normalisation de l’accident, en n’hésitant pas à parler de la nécessité de « reconquérir » au plus vite la plupart des zones évacuées. En comparaison, les ex-états soviétiques avaient été plus prudents à procéder de la sorte. Le gouvernement japonais investit dont énormément dans la décontamination pour opérer ce prétendu retour à la normale. Il dit à la population : « Revenez, il faut tourner la page, il faut que le Japon achève de faire son deuil. » Pour le moment, ce discours ne semble pas convaincre les personnes évacuées qui peinent à croire que l’on peut vivre heureux dans un univers contaminé. La plupart du temps ils sont stigmatisés par les experts gouvernementaux ou par les non-victimes en tant qu’individus peureux et irresponsables, entravant l’effort national relatif à la reconstruction de Fukushima.

Vous dites que la « normalisation » des territoires contaminés est une aubaine pour les promoteurs du nucléaire, notamment en France. Pourquoi ?

Ces stratégies visent à minimiser les évacuations, et à « normaliser » les territoires contaminés moyennant des normes sanitaires anormales ou des guides pour « apprendre à vivre avec ». Mais ces territoires contaminés ne pourront plus jamais redevenir normaux au sens propre. Ces stratégies sont en fait le moyen, pour l’industrie nucléaire, d’assurer sa survie, de continuer à diffuser le mythe du nucléaire « propre », de rendre ainsi invisibles les dégâts réellement engendrés en cas d’accident. La minimisation des impacts catastrophiques d’un accident nucléaire est ainsi en passe de devenir un grand classique de notre temps.

« Ces stratégies visent à minimiser les évacuations, et à « normaliser » les territoires contaminés »

S’il parait incontestable qu’il faut aider les victimes à s’informer, et à agir vis-à-vis des risques radioactifs qui les menacent, ces démarches de réhabilitation participative des territoires contaminés ont ceci de problématique qu’elles sont portées par des experts ou des institutions nucléaristes. Elles ont tout intérêt à prétendre, par ce biais, auprès de l’opinion publique nationale comme internationale, que les conséquences graves d’un accident nucléaire sont maîtrisées. Tout ceci pose de graves problèmes éthiques et démocratiques, en ce qu’il subordonne l’avenir de nos sociétés à des visions fatalistes, qui déforment la conception même des droits humains de base, dont le droit fondamental des individus à vivre dans un environnement sain.

Propos recueillis par Nolwenn Weiler

Photo : Inspection de l’Agence internationale de l’énergie atomique à Fukushima en novembre 2013 / CC IAEA Imagebank

Notes

[1] Sezin Topçu est historienne et sociologue des sciences, chargée de recherche au CNRS. Elle est membre du centre d’étude des mouvements sociaux à l’EHESS. Son ouvrage La France nucléaire, l’art de gouverner une technologie contestée a été publié en 2013 au Seuil.

En Normandie, les déchets nucléaires en débat

Consultation. Le premier débat public sur les matières et déchets radioactifs débute mercredi dans notre région, une des plus nucléarisée. Joce HUEParis Normandie 20 04 2019

Image

Avec 58 réacteurs en activité et autant d’années de programme nucléaire au compteur, la France a produit – et continue de le faire – beaucoup de déchets nucléaires. La Normandie possède déjà trois sites de production et des installations majeures (un site de traitement-recyclage unique et un centre de stockage à La Hague et une usine de construction de sous-marins nucléaires à Cherbourg notamment). Elle pourrait bien devenir la région la plus nucléarisée de France – donc du monde – avec la possible construction de deux nouveaux réacteurs type EPR à Penly,en plus de celui de Flamanville toujours en construction. La gestion des déchets de la filière fait donc l’objet d’un débat au nom peu grand public : le « Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs », dit PNGMDR, se terminera en septembre prochain. Nelly Tocqueville,la sénatrice socialiste de Seine-Maritime membre de la Commission locale d’information nucléaire Paluel-PenlyClin76), pense que ce «débat doit permettre de se creuser la tête, poser les bases d’une réflexion sur une énergie alternative, anticiper des solutions, changer les comportements. Il portera notamment sur l’entreposage – couches profondes ou superficielles? Les avis divergent – de ces déchets radioactifs.»

Michel Badré, membre de la Commission nationale du débat public (CNDP) en charge de ce débat, voit, outre les impacts sur la santé, trois sujets majeurs qui devraient y être évoqués : «En premier lieu, l’orientation générale concernant le recyclage. C’est un gros sujet, surtout en Normandie. Faut-il continuer à faire du MOX ? Faire un pari sur l’avenir avec l’orientation «multirecyclage», sachant que pour l’instant on ne fait rien du MOX usé? Ou bien s’orienter vers autre chose? Et puis nous devrions parler de démantèlement des centrales, dont beaucoup sont en fin de vie, ce qui génère énormément de déchets.»

Le sujet des « seuil de libération » sera aussi un gros morceau. L’introduction de ces seuils pour certains types de déchets de très faible activité (TFA) au volume important permettrait de les soustraire du contrôle réglementaire.

Ces gravats et matériaux divers « déclassés » pourraient ainsi servir de remblais par exemple, évitant ainsi stockage complexe et coûteux. «Nous sommes à ma connaissance le seul pays à considérer qu’un déchet se caractérise par l’endroit d’où il vient. Il y a d’ailleurs une séance spéciale prévue sur ce qui caractérise un déchet ou une matière recyclable. Ce n’est pas qu’une question de vocabulaire et c’est un sujet sensible entre les industriels et les associations», détaille le polytechnicien.

Enfin, «le sujet ultrasensible concernera le stockage souterrain Cigéo à Bure (Meuse), pour lequel le débat de 2013 s’était très mal passé».Espérons que celui-ci sera plus productif.

Calendrier régional: «Déchets radioactifs: que léguerons-nous à nos enfants?»

à Caen mercredi 24 avril à 18h30 au Centre de Congrès.

Puis Cherbourg le 11juin

et Rouen le 4juillet.

Une « fuite en avant » 
ou une « filière maîtrisée » ?

Où en est-on de la gestion des déchets nucléaire et de leur stockage?

Guillaume Blavette: « Le credo, c’est toujours plus de nucléaire, et ce n’est qu’après qu’on demande à la collectivité de gérer les déchets. De plus, on se heurte au secret industriel et au secret-défense. On a actuellement plus d’un million et demi de m3 de déchets nucléaires sur les bras. On pourrait en faire un escalier de la terre à la lune ! Ces substances, pour certaines considérées comme « valorisables » en droit français, posent d’énormes problèmes radiologiques et chimiques. Quant au stockage, nous arrivons à saturation et tout le monde s’accorde sur le fait qu’il faudra de nouveaux sites avant 2030. 

»Jean-Marc Ligney: « Rappelons que tout est relatif : un gramme de plutonium produit autant d’énergie qu’une tonne de pétrole. La filière du retraitement est maîtrisée en France. Traiter ces déchets est une responsabilité sociétale et environnementale. En plus, 10 % de l’électricité produite en France vient du recyclage. Nous pourrions même monter à 20 %. L’usine de La Hague, unique au monde, a traité 35 000 tonnes depuis sa création en 1964. Nous avons encore plus de dix ans de stockage devant nous. Orano est le premier site industriel de Normandie avec 4 000 employés et 1 500 sous-traitants. 

»Quelles sont les voies envisagées?G.B. : « EDF a deux projets inquiétants : le « moxage » des réacteurs de 1 300 W, c’est-à-dire intégrer le plutonium dans le combustible en espérant qu’il soit détruit. Cela permettrait seulement de réduire la radioactivité sur des volumes extrêmement faibles. On est très loin des 600 piscines olympiques à traiter. Et puis l’instauration d’un seuil de libération (des matériaux qui pourraient être injectés dans l’industrie classique). Certaines instances y sont favorables, d’autres pas, tout comme nous, car leur traçabilité ne serait alors plus assurée. Et puis l’État réfléchit aussi aujourd’hui à l’arrêt du retraitement. On se contenterait de stocker comme les Américains, ce qui mettrait notamment au chômage technique 4 000 employés dans le Cotentin. »

J-M. L. : « La Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) a maintenu le recyclage jusqu’en 2040. Nous sommes les seuls acteurs dans le traitement du combustible usé. EDF nous demande certes d’être de plus en plus compétitifs, mais l’accord qui nous lie à l’entreprise court aussi jusqu’à cette date. »

Quels vont être les principaux enjeux du débat qui s’ouvre?

G.B. : « Il faudra de la transparence. Par exemple, avoir toujours les mêmes mesures pour une bonne compréhension des enjeux pour tous de ce débat national. Et puis convaincre le plus grand nombre de l’absolue nécessité d’une décroissance de cette industrie aux nombreuses externalités négatives et où il n’y a plus de pilote dans l’avion. »

J-M. L. : « En premier lieu qu’on perpétue le recyclage, ce modèle français qui intéresse fortement la Chine. C’est pourquoi nous avons réalisé 300 millions d’euros d’investissements sur le site l’année dernière, sans compter les 700 millions d’euros pour remplacer les évaporateurs NCPF, une nouvelle unité qui sera prête d’ici deux à trois ans. Et notre futur est rose : on recrute 900 CDI cette année. »

En finir avec le nucléaire pour arrêter de produire des déchets

Par Un collectif d’associations Liberation 17 avril 2019 à 12:26

Alors que s’ouvre le débat public sur le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR), plusieurs associations anti-nucléaires appellent à «arrêter la fuite en avant» de l’atome et réitèrent leur opposition au projet de stockage profond à Bure.

Tribune. En quelques dizaines d’années à peine, l’électricité nucléaire a généré près d’un million de mètres cubes de déchets radioactifs, et près de 400 000 tonnes de «matières» dangereuses. Toxiques pour des centaines d’années pour certaines d’entre elles, pour des millions d’années pour d’autres, ces substances radioactives peuvent – à tout moment – contaminer nos cours d’eau, nos océans, notre air et nos sols. Ces déchets sont un héritage empoisonné, légué aux générations futures sur des durées qui dépassent celle des civilisations humaines. L’empreinte écologique du nucléaire est abyssale mais occultée par ceux qui présentent abusivement cette technologie comme une «solution» au changement climatique !

Les Français·es n’ont pas choisi le nucléaire. Ils et elles n’ont pas non plus choisi les déchets nucléaires. D’ailleurs, ce ne sont pas «nos» déchets, mais bien ceux de l’industrie nucléaire, produits avec l’assentiment de décideurs politiques. Pourtant, nous voilà contraints de vivre à côté et de participer au financement de leur gestion. Bien trop souvent, nous entendons «Les déchets sont là, il faut bien les gérer.»Cette manière de présenter les choses esquive un fait essentiel : ces substances radioactives ne tombent pas du ciel, mais sont le produit d’une politique énergétique imposée et irresponsable. Cette production de matières et déchets ingérables doit prendre fin et le nucléaire doit être abandonné.

Or la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et la future loi énergie n’en prennent pas la direction. Au contraire : ces textes prévoient de repousser de dix ans l’échéance de réduction de la part du nucléaire, prolongeant le fonctionnement de la-quasi-totalité des réacteurs jusqu’à 50 ans et plus, augmentant le volume de déchets. La PPE envisage même la construction de nouveaux réacteurs. De tels projets sont en opposition totale avec l’avis des citoyens.

Toujours plus de déchets

Parmi les substances polluantes et parfois toxiques produites par l’industrie nucléaire, certaines échappent au qualificatif de «déchet» par un tour de passe-passe juridique et comptable, visant à limiter la gestion physique et financière des déchets et à faire croire à leur recyclabilité. En réalité, le «retraitement» à La Hague est une opération coûteuse, très polluante et abusivement présentée comme un recyclage. Loin de diminuer la quantité de déchets, le «retraitement» ne fait que l’accroître pour, en réalité, réutiliser moins de 1% du combustible usé. Mais là encore, la PPE va à contresens, prévoyant de poursuivre le fonctionnement de l’usine de La Hague «jusqu’à l’horizon des années 2040». Sans aucune considération pour les contraintes techniques, la faisabilité et les surcoûts engendrés.

Dans tous les cas, cette accumulation génère des risques pour les travailleurs de l’industrie, les riverains et les générations futures. Elle impose de perpétuer des transports à risque sur nos routes, nos stations essences, nos réseaux ferroviaires, y compris dans des zones densément peuplées. Enfin, elle pose la question irrésolue du financement : englués dans leurs difficultés financières, les producteurs de déchets sont dans une logique de rentabilité à court terme et cherchent à provisionner le moins possible. Au final, ce sont les contribuables qui paieront.

Plutôt que de réduire ses déchets à la source, l’industrie nucléaire préfère, avec la bénédiction de nos décideurs, poursuivre sa fuite en avant et rechercher des exutoires : un projet de piscine «centralisée» pour accueillir le trop plein de combustibles usés de l’usine de La Hague, des projets pour déclasser et «recycler» des bétons et métaux irradiés et ainsi réduire le coût de leur gestion au risque de disperser de la radioactivité jusque dans nos casseroles.

«Cigéo doit être abandonné»

La filière cherche aussi à imposer le projet d’enfouissement 500 mètres sous terre pour faire «oublier» les déchets les plus toxiques et ce, malgré les risques élevés et insensé. Le projet Cigéo à Bure comporte des risques d’incendie et d’explosion souterrains et irait de pair avec des rejets radioactifs considérables, en continu, découlant de ses choix de conception. Contrairement à ce qui est déclaré, l’enfouissement des déchets radioactifs n’est pas «réversible». En cas d’accident, il serait impossible d’intervenir, d’empêcher la dispersion accrue de radioactivité ou de récupérer les déchets. Dangereux, impossible à financer, imposé aux populations, Cigéo doit être abandonné.

Les déchets nucléaires jonchent désormais le territoire français. Nous sommes toutes et tous concernés par l’accumulation des matières et déchets radioactifs et ses conséquences éthiques et économiques. C’est pourquoi nos associations souhaitent rappeler avec force que cette accumulation résulte de choix politiques, que d’autres choix de gestion existent et qu’il est possible d’arrêter la fuite en avant, dès maintenant.

Signataires:

Réseau Action Climat
Réseau « Sortir du nucléaire »
Greenpeace France
Amis de la Terre-France
Global Chance
EODRA 
France Nature Environnement 
Lorraine Nature Environnement
Meuse Nature Environnement
Le CEDRA 56
BureStop55
Attac France

Déchets nucléaires : «Cigéo, c’est la solution la plus mauvaise car elle n’est pas réversible»

Sur le site de forage du projet Cigéo, à Bure dans la Meuse, le 8 avril.
Sur le site de forage du projet Cigéo, à Bure dans la Meuse, le 8 avril. Photo Benoit Tessier. Reuters 

Alors que s’ouvre ce mercredi un débat sur l’avenir des déchets nucléaires, le physicien Bernard Laponche plaide pour ne pas se lancer dans des modes de stockage souterrain, comme programmé à Bure. Par Coralie Schaub — Libération 16 avril 2019 à 18:46

Lancé ce mercredi, le débat public sur le cinquième Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR) se tiendra jusqu’à fin septembre. Selon l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), la France comptait 1,62 million de mètres cubes de déchets radioactifs fin 2017, issus à près de 60 % de l’industrie électronucléaire. Qu’en faire ? Entretien avec Bernard Laponche, physicien nucléaire, ancien du Commissariat à l’énergie atomique et cofondateur de l’association Global Chance.

Qu’attendre de ce débat ?

Global Chance et les autres ONG ont obtenu que soient mis sur la table certains grands sujets : que faire avec le combustible nucléaire irradié issu des réacteurs ? Faut-il le retraiter ? Comment entreposer les déchets ? Cela n’avait jamais été discuté. Mais ensuite, qu’en fera le gouvernement ? Le nucléaire connaît une crise inédite, technique et financière. Il est nécessaire de se demander si on s’entête avec une stratégie fixée dans les années 60 et qui risque de nous mener dans le mur, avec des réacteurs vieillissants et des déchets qui s’amoncellent.

Que pensez-vous du stockage géologique profond prévu à partir de 2035 avec le projet Cigéo, à Bure (Meuse) ?

D’abord, cela ne concerne qu’une partie des déchets, les plus radioactifs, or il y en a beaucoup d’autres (moyenne activité, faible activité…) qui s’accumulent un peu partout. Tout le monde est d’accord pour dire qu’il n’y a pas de solution satisfaisante. On nous dit que celle-ci est la moins mauvaise. Au contraire, c’est la plus mauvaise car elle n’est pas réversible. On ne peut pas imposer quelque chose d’irréversible aux générations futures, pendant des centaines de milliers d’années, tout en reconnaissant que la solution n’est pas satisfaisante. Imaginez qu’un seul colis radioactif enfoncé dans des alvéoles de 100 mètres de long à 500 mètres sous terre soit défaillant et fuite, on ne pourra pas le récupérer.

Quels sont les risques ?

Il y a d’abord la construction du projet et l’enfouissement des déchets, qui doit durer plus d’un siècle. N’importe quel industriel dira qu’avant de construire un projet de cette taille, surtout si c’est une première – il n’y a jamais eu d’enfouissement en profondeur de déchets radioactifs de cette importance, en particulier dans l’argile -, il faut d’abord faire un pilote industriel et le tester pendant assez longtemps, c’est-à-dire, dans le cas de ces déchets, entre cinquante et cent ans. Après tout, si Cigéo doit être là pour des millions d’années, on peut se donner un siècle pour décider. Alors que là, on se lance tête baissée dans un projet qui peut présenter des tas de problèmes. C’est d’une arrogance technique hallucinante. Par exemple, les colis de combustibles qui sont au fond des alvéoles émettent de l’hydrogène, qui peut exploser. Il faut donc une ventilation colossale, qui ne peut être interrompue qu’une dizaine de jours au maximum. Comment imaginer que sur plus d’un siècle il n’y aura pas d’interruption de la fourniture d’électricité alimentant cette ventilation, à cause d’un événement naturel ou d’une agression extérieure ? Et quid de séismes inattendus, comme récemment dans la région de Bordeaux ? Il y a aussi les risques d’incendie, d’inondations… C’est comme si on faisait Superphénix d’un coup, et en plus à 500 mètres sous terre. C’est de la folie.

Et une fois le puits rebouché, vers 2150 ?

On nous dit que cela tiendra des millions d’années. Or la roche n’est pas totalement imperméable. En Allemagne, dans l’ancienne mine de sel d’Asse, les parois s’effondrent et l’eau est contaminée. Les autorités allemandes tentent de retirer les déchets entreposés, ce qui va coûter des milliards d’euros. En France, les déchets chimiques très dangereux enfouis sur le site de Stocamine, en Alsace, menacent la plus grande nappe phréatique d’Europe depuis un incendie survenu dans les années 2000. Faut-il les récupérer ? Le gouvernement estime que ce serait trop cher. Enfin, si on fait Cigéo, je crains que cela crée un précédent pour les déchets radioactifs et chimiques dans les autres pays.

Ces déchets existent. Qu’en faire, alors ?

Les déchets radioactifs à haute activité sont aujourd’hui vitrifiés et stockés à sec, à La Hague, dans des silos ventilés. Avant d’aller à Cigéo, ils devraient de toute façon y rester au moins soixante ans pour être refroidis. Nous proposons, au terme de ces soixante ans, de les mettre dans une enveloppe en acier puis un conteneur en béton avant de les stocker en sub-surface, par exemple dans un hangar à flanc de colline protégé des agressions extérieures. Un endroit contrôlable et réversible, accessible et surveillé. On sait déjà faire ce stockage à sec pour le combustible irradié, la moitié des conteneurs utilisés aux Etats-Unis pour cela sont d’ailleurs fournis par Orano (ex-Areva). Parallèlement, on donnerait du temps aux physiciens pour proposer une solution satisfaisante. La science nucléaire a moins d’un siècle, le neutron a été découvert en 1938, il y a des découvertes en physique en permanence sur la structure du noyau, on peut bien donner 200 ou 300 ans de plus aux chercheurs pour trouver une solution.PUBLICITÉ

De quel type ?

Il y a déjà des recherches en cours et il faut mettre le paquet dessus. D’abord, la transmutation : vous séparez le corps que vous voulez éliminer, par exemple le plutonium, et le bombardez avec des neutrons afin de réduire la durée de radioactivité. On sait le faire en laboratoire mais cela pose des problèmes sur le plan industriel. Et le Nobel de physique Gérard Mourou travaille sur un projet permettant de réduire la radioactivité des déchets nucléaires grâce au laser. En tout état de cause, le coût colossal de Cigéo serait très supérieur à l’option «stockage à sec en sub-surface plus recherche». L’Andra, le porteur du projet, l’a chiffré à 35 milliards d’euros. Il est probable que cela sera bien plus.

Faut-il sortir du nucléaire, alors ?

L’énergie nucléaire existe et peut-être qu’un jour on pourra l’utiliser de façon intelligente et sans danger, mais les réacteurs actuels, y compris l’EPR, avec leur risque intrinsèque et la production de déchets, cela ne vaut pas le coup ! En plus, on dispose maintenant de techniques de production d’électricité, l’éolien et le photovoltaïque, qui deviennent beaucoup moins chers que le nucléaire. Donc pourquoi s’obstiner ?

Le nucléaire est souvent présenté comme l’une des solutions incontournables pour lutter contre le changement climatique…

D’accord, cela émet peu de CO2 par rapport aux centrales à combustibles fossiles. Mais le risque d’accident majeur est réel et cela produit des rejets et des déchets radioactifs en fonctionnement normal. Alors qu’on a bien d’autres façons de réduire les émissions de CO2 : les économies d’électricité et les énergies renouvelables. Nous avons de la marge. La Californie consomme moins d’électricité par habitant que la France, car depuis 1975 elle a mis en place des programmes d’économies d’électricité, toutes tendances politiques confondues. On pourrait parfaitement se passer de nucléaire sans faire exploser nos émissions de gaz à effet de serre. Au niveau mondial, si on arrêtait demain le nucléaire pour le remplacer par le mix électrique actuel, les émissions n’augmenteraient que de 2%.Coralie Schaub