Déc 05 2011

Accord PS-EELV : Standard & Poor's chiffre l'impact pour Areva et EDF

Cet article  illustre bien le niveau de l’évaluation de ces organismes: le fric et rien d’autre.

Pas un mot sur les humains et l’environnement qui sont promis au pire avec le nucléaire: AREVA et EDF doivent rester AAA… coûte que coûte…. Infâme.

LEMONDE.FR avec AFP | 28.11.11 | 16h48  •  Mis à jour le 28.11.11 | 17h01

L'accord PS-EELV prévoit de fermer d'ici à 2017 la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), la plus ancienne de France, mise en service en 1978.

L’accord PS-EELV prévoit de fermer d’ici à 2017 la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), la plus ancienne de France, mise en service en 1978. AFP/FREDERICK FLORIN

Le volet nucléaire de l’accord entre le PS et Europe Ecologie-Les Verts (EELV) pourrait avoir « des implications négatives significatives » sur la situation financière des géants français de l’atome EDF et Areva, a averti lundi 28 novembre l’agence de notation Standard & Poor’s (S&P).

La fermeture en 2013 des deux réacteurs de la centrale alsacienne de Fessenheim (Haut-Rhin) amputerait ainsi l’excédent brut d’exploitation (Ebitda) d’EDF de 400 millions d’euros par an, soit un peu moins de 3 % de l’Ebitda attendu pour 2011, estime S&P.

Concernant la fermeture d’ici à 2025 de 22 autres réacteurs prévue par l’accord entre socialistes et écologistes, S&P ne chiffre pas l’impact, mais relève que la « mise en place du pacte électoral dans sa forme actuelle devrait probablement éroder la compétitivité-coût d’EDF », avec une électricité de remplacement plus chère.

« Nous pensons que le remplacement de la capacité perdue de génération électrique, qu’elle soit achetée sur les marchés de gros ou produite par des nouveaux actifs plus chers, réduirait la compétitivité d’EDF par rapport à son mix de production actuel », estime l’agence.

75 % DE LA PRODUCTION ÉLECTRIQUE D’ORIGINE NUCLÉAIRE

Près de 87 % de l’électricité produite par EDF en France est nucléaire, le reste relevant principalement de l’hydraulique, loin devant les autres (thermique, éolien, solaire…). L’atome civil représente environ 75 % de la production hexagonale.

Standard & Poor’s estime également que les propositions sur le nucléaire contenues dans l’accord PS-EELV « devraient probablement affaiblir à long terme la position compétitive et la génération de trésorerie » d’Areva.

Le groupe nucléaire français souffrirait notamment de la baisse de la demande d’uranium par EDF, de l’abandon du projet de réacteur EPR de Penly (Seine-Maritime), de la disparition de contrats de prolongement de la durée de vie des centrales françaises, voire à plus long terme du déclin de la filière du combustible mox, relève S&P.

EDF et Areva sont actuellement notés AA- et BBB+ par l’agence, des notes renforcées de trois crans par le soutien financier attendu de l’Etat, actionnaire majoritaire à près de 85 % des deux groupes.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*