Centrales nucléaires en Normandie: EELV veut des pastilles d’iode à 100 km autour

La distribution de pastilles d’iode aux riverains situés à moins de 10 km des centrales nucléaires a débuté. Les écologistes demandent l’extension dudit périmètre à 100km. Détails 19/01/2016 par Karine Lebrun
L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a lancé, lundi 11 janvier 2016, une nouvelle campagne d’information et de distribution préventive de comprimés d’iode autour des centrales nucléaires françaises. 500 000 foyers et établissements recevant du public et les 5 000 communes situées à moins de 10 kilomètres d’une centrale nucléaire sont concernés par cette campagne. En Normandie, Europe Écologie-Les Verts défend l’extension du périmètre de distribution à 100 kilomètres. « Les dispositions prises à l’heure actuelle sont lacunaires et ne respectent pas le principe de prévention comme en atteste la situation dans d’autres pays européens », condamnent les militants. La Normandie compte trois sites nucléaires EDF : à Penly et Paluel, en Seine-Maritime, ainsi qu’à Flamanville dans la Manche où un quatrième site est encore en construction.

> Lire aussi : En Normandie, les riverains des centrales nucléaires sont-ils bien protégés ?

Les Plans particuliers d’intervention doivent être rééxaminés

Les zones de distribution, comme le rappellent Europe Écologie-Les Verts (EELV), sont celles ciblées par le Plan particulier d’intervention (PPI). Mais…

Suivant les conditions météorologiques, qui peut croire que les radiations émises par un accident dans une centrale nucléaire s’arrêteront aux frontières administrativement établies des 10 kilomètres… ? Près de cinq ans après la catastrophe de Fukushima et après le tristement célèbre nuage de Tchernobyl, il y a bientôt 30 ans, les principes d’élaborations des Plans particuliers d’intervention et les périmètres associés doivent être réexaminés », demandent instamment Laëtitia Sanchez et Sébastien Bellet, secrétaires régionaux d’EELV de Normandie.

La zone idéale ? 100 kilomètres

Les élus soulignent qu’au regard du décret du 13 septembre 2005 relatif aux Plans particuliers d’intervention, la détermination de la zone d’application du plan est laissée à l’initiative des pouvoirs publics, en l’occurrence ici le préfet de Région, et peut donc parfaitement être élargie.

Au nom d’une application optimale du principe de prévention, nous appelons les autorités sanitaires à prendre les meilleures dispositions possibles pour les riverains, afin de protéger notamment les personnes les plus vulnérables comme les enfants. Dans l’idéal, la zone de distribution devrait s’étendre à 100 kilomètres autour des centrales nucléaires. Pour finir, la véritable sécurité des populations environnantes des centrales nucléaires passera par un virage énergétique de la Normandie avec une sortie progressive du nucléaire, énergie coûteuse et dangereuse », résument les militants écologistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.