Août 24 2014

Centrales nucléaires et leucémies infantiles: la preuve

The Dounreay nuclear plant in Caithness, Scotland, is one of those that have provoked an increase in childhood leukemia. Photo: Paul Wordingham via Flickr.

I can think of no other area of toxicology (eg asbestos, lead, smoking) with so many studies, and with such clear associations as those between nuclear power plants and child leukemias.

In March 2014, myarticle on increased rates of childhood leukemias near nuclear power plants (NPPs) was published in the Journal of Environmental Radioactivity (JENR).

A previous postdiscussed the making of the article and its high readership: this post describes its content in layman’s terms.

Before we start, some background is necessary to grasp the new report’s significance. Many readers may be unaware that increased childhood leukemias near NPPs have been a contentious issue for several decades.

For example, it was a huge issue in the UK in the 1980s and early 1990s leading to several TV programmes, Government Commissions, Government committees, a major international Conference, Government reports, at least two mammoth court cases and probably over a hundred scientific articles.

It was refuelled in 1990 by the publication of the famous Gardner report (Gardner et al, 1990) which found a very large increase (7 fold) in child leukemias near the infamous Sellafield nuclear facility in Cumbria.

Over 60 epidemiological studies confirm the link

The issue seems to have subsided in the UK, but it is still hotly debated in most other European countries, especially Germany.

The core issue is that, world-wide, over 60 epidemiological studies have examined cancer incidences in children near nuclear power plants (NPPs): most (>70%) indicate leukemia increases.

I can think of no other area of toxicology (eg asbestos, lead, smoking) with so many studies, and with such clear associations as those between NPPs and child leukemias.

Yet many nuclear Governments and the nuclear industry refute these findings and continue to resist their implications. It’s similar to the situations with cigarette smoking in the 1960s and with man-made global warming nowadays.

In early 2009, the debate was partly rekindled by the renowned KiKK study (Kaatsch et al, 2008) commissioned by the German Government which found a 60% increase in total cancers and 120% increase in leukemias among children under 5 yrs old living within 5 km of all German NPPs.

What is ‘statistically significant?

As a result of these surprising findings, governments in France, Switzerland and the UK hurriedly set up studies near their own NPPs. All found leukemia increases but because their numbers were small the increases lacked ‘statistical significance’. That is, you couldn’t be 95% sure the findings weren’t chance ones.

This does not mean there were no increases, and indeed if less strict statistical tests had been applied, the results would have been ‘statistically significant’.

But most people are easily bamboozled by statistics including scientists who should know better, and the strict 95% level tests were eagerly grasped by the governments wishing to avoid unwelcome findings. Indeed, many tests nowadays in this area use a 90% level.

In such situations, what you need to do is combine datasets in a meta-study to get larger numbers and thus reach higher levels of statistical significance.

Governments wouldn’t do it – so we did

The four governments refrained from doing this because they knew what the answer would be, viz, statistically significant increases near almost all NPPs in the four countries.

So Korblein and Fairlie helped them out by doing it for them (Korblein and Fairlie, 2012), and sure enough there were statistically significant increases near all the NPPs. Here are their findings:

Table: Studies of observed (O) and expected (E) leukemia cases within 5 km of NPPs.

O E SIR=O/E 90% CI p-value
Germany 34 24.1 1.41 1.04-1.88 0.0328
Great Britain 20 15.4 1.30 0.86-1.89 0.1464
Switzerland 11 7.9 a 1.40 0.78-2.31 0.1711
France b 14 10.2 1.37 0.83-2.15 0.1506
Pooled data 79 57.5 1.37 1.13 – 1.66 0.0042

[a] derived from data in Spycher et al. (2011).
[b] acute leukemia cases

This table reveals a highly statistically significant 37% increase in childhood leukemias within 5 km of almost all NPPs in the UK, Germany, France and Switzerland.

It’s perhaps not surprising that the latter 3 countries have announced nuclear phaseouts and withdrawals. It is only the UK government that remains in denial.

So the matter is now beyond question, ie there’s a very clear association between increased child leukemias and proximity to NPPs. The remaining question is its cause(s).

Observed risk 10,000 times greater than it’s meant to be

Most people worry about radioactive emissions and direct radiation from the NPPs, however any theory involving radiation has a major difficulty to overcome, and that is how to account for the large (~10,000 fold) discrepancy between official dose estimates from NPP emissions and the clearly-observed increased risks.

My explanation does involve radiation. It stems from KiKK’s principal finding that the increased incidences of infant and child leukemias were closely associated with proximity to the NPP chimneys.

It also stems from KiKK’s observation that the increased solid cancers were mostly« embryonal », ie babies were born either with solid cancers or with pre-cancerous tissues which, after birth, developed into full-blown tumours: this actually happens with leukemia as well.

My explanation has five main elements:

  • First, the cancer increases may be due to radiation exposures from NPP emissions to air.
  • Second, large annual spikes in NPP emissions may result in increased dose rates to populations within 5 km of NPPs.
  • Third, the observed cancers may arise in utero in pregnant women.
  • Fourth, both the doses and their risks to embryos and to fetuses may be greater than current estimate.
  • And fifth, pre-natal blood-forming cells in bone marrow may be unusually radiosensitive.

Together these five factors offer a possible explanation for the discrepancy between estimated radiation doses from NPP releases and the risks observed by the KIKK study. These factors are discussed in considerable detail in the full article.

No errors or omissions have been pointed out

My article in fact shows that the current discrepancy can be explained. The leukemia increases observed by KiKK and by many other studies may arise in utero as a result of embryonal / fetal exposures to incorporated radionuclides from NPP radioactive emissions.

Very large emission spikes from NPPs might produce a pre-leukemic clone, and after birth a second radiation hit might transform a few of these clones into full-blown leukemia cells.

The affected babies are born pre-leukemic (which is invisible) and the full leukemias are only diagnosed within the first few years after birth.

To date, no letters to the editor have been received pointing out errors or omissions in this article.

 


 

Dr Ian Fairlie is an independent consultant on radioactivity in the environment.

This article was originally published on Ian Fairlie’s blog.

References

  • Bithell JF, M F G Murphy, C A Stiller, E Toumpakari, T Vincent and R Wakeford. (2013) Leukaemia in young children in the vicinity of British nuclear power plants: a case-control study. Br J Cancer, advance online publication, September 12, 2013; doi:10.1038/bjc.2013.560.
  • Bunch KJ, T J Vincent1, R J Black, M S Pearce, R J Q McNally, P A McKinney, L Parker, A W Craft and M F G Murphy (2014) Updated investigations of cancer excesses in individuals born or resident in the vicinity of Sellafield and Dounreay. British Journal of Cancer (2014), 1-10 | doi: 10.1038/bjc.2014.357
  • Fairlie I (2013) A hypothesis to explain childhood cancers near nuclear power plants. Journal of Environmental Radioactivity 133 (2014) 10e17.
  • Gardner MJ, Snee MP; Hall AJ; Powell CA; Downes S; Terrell JD (1990) Results of case-control study of leukaemia and lymphoma among young people near Sellafield nuclear plant in West Cumbria. BMJ. 1990;300:423-429.
  • Kaatsch P, Spix C, Schulze-Rath R, Schmiedel S, Blettner M. (2008) Leukaemia in young children living in the vicinity of German nuclear power plants. Int J Cancer; 122: 721-726.
  • Körblein A and Fairlie I (2012) French Geocap study confirms increased leukemia risks in young children near nuclear power plants. Int J Cancer 131: 2970-2971.
  • Spycher BD, Feller M, Zwahlen M, Röösli M, von der Weid NX, Hengartner H, Egger M, Kuehni CE. ‘Childhood cancer and nuclear power plants in Switzerland: A census based cohort study’International Journal of Epidemiology (2011) doi:10.1093/ije/DYR115.

http://www.theecologist.org/News/news_analysis/2525488/nuclear_power_stations_cause_childhood_leukemia_and_heres_the_proof.html

Les centrales nucléaires provoquent la leucémie infantile – et voici la preuve

Ian Fairlie 23rd Août 2014

La controverse a fait rage pendant des décennies sur le lien entre les centrales nucléaires et la leucémie infantile. Mais, comme le tabac et le cancer du poumon, il s’agit de cacher la vérité, écrit Ian Fairlie. En combinant les données de quatre pays montre, avec une signification statistique élevée, que les rejets radioactifs des centrales nucléaires sont à l’origine des cas de leucémie en excès.
Je ne peux penser à aucun autre domaine de la toxicologie (par exemple l’amiante, le plomb, le tabagisme) avec tant de nombreuses études, et avec les associations claires que celles entre les centrales nucléaires et les leucémies de l’enfant.

En Mars 2014, monarticle sur l’augmentation des taux de leucémies infantiles à proximité des centrales nucléaires (centrales nucléaires) a été publiée dans leJournal of Environmental Radioactivity (JENR).

Une précédenteposte a discuté de la décision de l’article et son lectorat de haut: ce poste décrit son contenu en termes simples.

Avant de commencer, une certaine expérience est nécessaire de saisir l’importance de ce nouveau rapport. Beaucoup de lecteurs ignorent peut-être que les leucémies infantiles a augmenté près de centrales nucléaires ont été un sujet de controverse depuis plusieurs décennies.

Par exemple, il a été un énorme problème au Royaume-Uni dans les années 1980 et au début des années 1990, entraînant plusieurs émissions de télévision, commissions gouvernementales, les comités de gouvernement, une grande conférence internationale, des rapports gouvernementaux, au moins deux affaires judiciaires mammouth et probablement plus d’une centaine d’articles scientifiques .

Il a été ravitaillé en 1990 par la publication du fameux rapport Gardner (Gardner et al, 1990) qui a constaté une augmentation très importante (7 fois) dans les leucémies des enfants près de la centrale nucléaire de Sellafield en Cumbria infâme.

Plus de 60 études épidémiologiques confirment le lien

La question semble avoir diminué au Royaume-Uni, mais il est encore très controversé dans la plupart des autres pays européens, notamment l’Allemagne.

La question de base est que, dans le monde entier, plus de 60 études épidémiologiques ont examiné l’incidence du cancer chez les enfants près des centrales nucléaires (centrales nucléaires): la plupart (> 70%) indiquent leucémie augmente.

Je ne peux penser à aucun autre domaine de la toxicologie (par exemple l’amiante, le plomb, le tabagisme) avec tant de nombreuses études, et avec les associations claires que celles des centrales nucléaires entre et leucémies de l’enfant.

Pourtant, de nombreux gouvernements nucléaires et l’industrie nucléaire réfutent ces conclusions et continuent à résister à leurs implications. Il est similaire à la situation avec la cigarette dans les années 1960 et au réchauffement climatique d’origine humaine de nos jours.

Au début de 2009, le débat a été partiellement relancé par l’étude KiKK renommée (Kaatsch et al, 2008) commandé par le gouvernement allemand qui a constaté une augmentation de 60% des cancers au total et une augmentation de 120% dans les leucémies chez les enfants de moins de 5 ans ans vivant à moins de 5 km de toutes les centrales nucléaires allemandes.

Ce qui est «statistiquement significative?

À la suite de ces résultats surprenants, les gouvernements de la France, la Suisse et le Royaume-Uni à la hâte mis en place des études près de leur propre centrales nucléaires.Tous trouvé leucémie augmente, mais parce que leurs chiffres étaient petites augmentations n’avaient pas «signification statistique». Autrement dit, vous ne pouvez pas être sûr à 95% les résultats n’étaient pas ceux du hasard.

Cela ne pas dire qu’il n’y a eu aucune augmentation, et même si moins de tests statistiques strictes ont été appliquées, les résultats auraient été «statistiquement significative».

Mais la plupart des gens sont facilement embobiner par les statistiques, y compris les scientifiques qui devraient savoir mieux, et les tests de niveau de 95% strictes ont été avidement saisies par les gouvernements qui souhaitent éviter les conclusions indésirables. En effet, de nombreux tests de nos jours dans ce domaine utilisent un niveau de 90%.

Dans de telles situations, ce que vous devez faire est de combiner des ensembles de données dans une méta-étude pour obtenir un plus grand nombre et ainsi atteindre des niveaux de signification statistique.

Les gouvernements devraient pas le faire – si nous avions

Les quatre gouvernements se sont abstenus de le faire parce qu’ils savaient ce que la réponse serait, à savoir, augmentation statistiquement significative de près de presque toutes les centrales nucléaires de ces quatre pays.

Donc Korblein et Fairlie les ont aidés par le faire pour eux (Korblein et Fairlie, 2012), et bien sûr il y avait des augmentations statistiquement significatives près toutes les centrales nucléaires. Voici leurs conclusions:

Tableau: études de observée (O) et attendus cas (E) de la leucémie moins de 5 km des centrales nucléaires.

O E SIR = O / E IC à 90% p-valeur
Allemagne 34 24.1 1,41 1,04 à 1,88 0,0328
Grande-Bretagne 20 15,4 1,30 0,86 à 1,89 0,1464
Suisse 11 7.9 une 1,40 0,78 à 2,31 0,1711
France b 14 10.2 1,37 0,83 à 2,15 0,1506
Données regroupées 79 57,5 1,37 1,13 à 1,66 0,0042

[A] dérivée à partir des données Spycher et al. (2011).
[b] des cas de leucémie aiguë

Ce tableau révèle une augmentation statistiquement significative de 37% des leucémies chez les enfants moins de 5 km de presque toutes les centrales nucléaires au Royaume-Uni, Allemagne, France et Suisse.

C’est peut-être pas surprenant que les trois derniers pays ont annoncé l’élimination progressive et retraits nucléaires. Il est seulement le gouvernement du Royaume-Uni qui reste dans le déni.

Donc, la question est maintenant hors de question, c’est à dire il ya une association très nette entre l’augmentation des leucémies de l’enfant et la proximité de centrales nucléaires. La question qui reste est la cause (s).

Risque observé 10 000 fois supérieure à celle qu’il est censé être

La plupart des gens se soucier des émissions radioactives et le rayonnement direct de centrales nucléaires, mais toute théorie impliquant rayonnement a une difficulté majeure à surmonter, et c’est ainsi que pour tenir compte de l’écart important (~ 10 000 fois) entre les estimations officielles de la dose des émissions de centrales nucléaires et le bien risques accrus -observed.

Mon explication ne impliquent rayonnement. Il découle de la principale conclusion de KiKK que l’augmentation des cas de nourrissons et d’enfants ont été leucémies étroitement associés à la proximité des cheminées de centrales nucléaires .

Il découle également de l’observation de KiKK que les cancers solides augmentation étaient pour la plupart « embryonnaire » , les bébés à-dire sont nés, soit avec les cancers solides ou avec des tissus précancéreux qui, après la naissance, développé dans les tumeurs à part entière: ce qui se passe réellement à la leucémie ainsi .

Mon explication comporte cinq éléments principaux:

  • Tout d’abord, les cancers augmente peuvent être dus à l’exposition aux rayonnements provenant des émissions des centrales nucléaires à l’air.
  • Deuxièmement, de grands pics annuels des émissions de centrales nucléaires peuvent entraîner des taux d’augmentation de la dose pour les populations à 5 km des centrales nucléaires.
  • Troisièmement, les cancers observés peuvent survenir in utero chez les femmes enceintes.
  • Quatrièmement, les deux doses et leurs risques pour les embryons et les fœtus peuvent être à plus que l’estimation actuelle.
  • Et cinquièmement, les cellules hématopoïétiques prénatales dans la moelle osseuse peuvent être exceptionnellement radiosensibles.

Ensemble, ces cinq facteurs offrent une explication possible de l’écart entre les doses estimées de rayonnement à partir de versions de centrales nucléaires et les risques observés par l’étude KIKK. Ces facteurs sont discutés en détail dans l’article complet.

Pas d’erreurs ou d’omissions ont été signalés

Mon article montre en effet que l’écart actuel peut être expliqué. Les augmentations de leucémie observés par KiKK et par de nombreuses autres études peuvent survenir in utero en raison de l’exposition du fœtus / embryonnaires à radionucléides incorporés dans les émissions radioactives des centrales nucléaires.

Très grands pics d’émission des centrales nucléaires pourraient produire un clone pré-leucémique, et après la naissance d’un deuxième succès de rayonnement peuvent transformer quelques-uns de ces clones dans des cellules à part entière leucémie.

Les bébés naissent atteints de pré-leucémique (qui est invisible) et les leucémies complets seulement sont diagnostiqués au cours des premières années après la naissance.

À ce jour, pas de lettres à l’éditeur ont été reçus signaler les erreurs ou omissions dans le présent article.

 


 

Dr Ian Fairlie est un consultant indépendant sur ​​la radioactivité dans l’environnement.

Cet article a été initialement publié sur le blog de ​​Ian Fairlie .

Références

  • Bithell JF, MFG Murphy, CA Stiller, E Toumpakari, T-Vincent-et R Wakeford. (2013) de leucémie chez les jeunes enfants dans le voisinage des centrales nucléaires britanniques: une étude cas-contrôle. Br J Cancer, avancer la publication en ligne, le 12 Septembre 2013; doi: 10.1038 / bjc.2013.560.
  • Bouquet KJ, TJ Vincent1 RJ noir, MS Pearce, RJQ McNally, PA McKinney, L Parker, AW Artisanat et MFG Murphy (2014) enquêtes d’excès de cancer chez les individus nés ou résidant à jour dans les environs de Sellafield et de Dounreay. British Journal of Cancer (2014), 1-10 | doi: 10.1038 / bjc.2014.357
  • Fairlie I (2013) une hypothèse pour expliquer les cancers infantiles à proximité des centrales nucléaires. Journal de radioactivité dans l’environnement 133 (2014) 10e17.
  • Gardner MJ, Snee MP; Salle AJ; Powell CA; Downes S; Terrell JD (1990) Résultats de l’étude cas-témoins de la leucémie et le lymphome chez les jeunes près de la centrale nucléaire de Sellafield en West Cumbria. BMJ. 1990; 300: 423-429.
  • Kaatsch P, Spix C, Schulze-Rath R, S Schmiedel, Blettner M. (2008) de leucémie chez les jeunes enfants vivant à proximité des centrales nucléaires allemandes. Int J Cancer;122: 721-726.
  • Korblein A et Fairlie I (2012) étude française Geocap confirme la majoration du risque de leucémie chez les jeunes enfants près de centrales nucléaires. Int J Cancer 131: 2970-2971.
  • Spycher BD, Feller M, Zwahlen M, Röösli M, von der Weid NX, Hengartner H, Egger M, Kuehni CE. « cancer de l’enfance et de centrales nucléaires en Suisse: Une étude de cohorte de recensement sur ​​la base ‘ . International Journal of Epidemiology (2011) doi: 10.1093 / IJE / DYR115.