Grande Bretagne: zones littorales marines contaminées par des effluents radioactifs…

  Posté sur 17 février 2019par beyondnuclearinternational4 commentaires

Les gouvernements veulent couvrir:

« Étant donné que la radioactivité aérienne est entraînée à au moins 10 milles de l’intérieur des terres, il convient de supposer que les populations côtières sont exposées, à chaque année, à des doses par inhalation « 

Par Tim Deere-Jones

Je me promène le long du chemin de Manorbier sur la côte sud du Pembrokeshire au pays de Galles. La tombe de King’s Quoit est encore dans l’ombre de son hiver. Il n’ya pas de lumière directe du soleil pendant 28 jours de chaque côté du solstice. Et pourtant, les premiers jonquilles et campions roses sont déjà en fleurs.

Une visite à la tombe le premier jour du retour de la lumière est un spectacle vraiment étonnant. Il est perché par l’eau courante fraîche, au bord des falaises, juste au-dessus de la mer. Vous pouvez sentir le sel dans l’air et sentir le brouillard des embruns soufflés par les vents soufflant du large.

King's Quoit par Andrew

L’idyllique King’s Quoit situé sur la côte galloise cache peut-être quelque chose de plus sinistre. (Photo: Andrew pour Creative Commons / Flickr)

Et pourtant, dans certaines zones côtières, un tel moment peut ne pas être aussi idyllique qu’il y paraît.

Il ressort clairement des données empiriques disponibles que les populations côtières touchées par les vents soufflant du large et vivant à proximité de zones marines contaminées par des effluents radioactifs liquides provenant de sites nucléaires sont chaque année exposées à des doses alimentaires et par inhalation de radioactivité marine artificielle.

Les effluents rejetés en mer par les centrales nucléaires, les sites de fabrication de combustible et les installations de retraitement sont transférés de la mer vers la terre dans des aérosols marins et des aérosols marins (micro-gouttelettes). Ils interviennent également lors d’épisodes d’inondations côtières.

Sellafield Shirokazan

Les embruns radioactifs sur les plages situées près du site de retraitement de Sellafield au Royaume-Uni ont été liés à des grappes de leucémie chez les enfants de la région. (Photo: Shirokazan pour Creative Commons / Flickr)

Ce problème a été particulièrement prononcé autour du site britannique de retraitement et de production de plutonium de Sellafield, au Cumbria. En 1988, une étude empirique indépendante commandée par une collectivité locale de l’ouest du pays de Galles a révélé que du césium rejeté par la mer et provenant de Sellafield avait été découvert dans des pâturages jusqu’à 10 milles à l’intérieur des terres de la côte du Ceredigion.

Il est clair que cela contribue aux doses alimentaires chez l’homme via la chaîne alimentaire des produits laitiers et du boeuf. La recherche implique également l’inévitabilité de nouvelles doses alimentaires via les cultures arables et horticoles. Étant donné que la radioactivité aérienne est entraînée à au moins 10 milles de l’intérieur des terres, il convient de supposer que les populations côtières sont exposées, à chaque année, à des doses par inhalation .

Des recherches indépendantes et empiriques menées sur le terrain par une équipe de médecins (médecins généralistes) dans les Hébrides, au large de la côte écossaise, ont montré des résultats similaires mais plus détaillés, et ont montré que les environnements insulaires et côtiers sont saturés de césium marin provenant de sources lointaines.

Les recherches du médecin généraliste ont montré que ceux qui mangeaient plus de produits terrestres «locaux» avaient des doses plus élevées de mer de Sellafield rejetaient du césium 137 que ceux qui mangeaient des produits «non locaux».

Certains habitants de l’île ont reçu des doses plus élevées de césium provenant de leurs produits terrestres  cultivés localement, provenant de Sellafield et rejetés par la mer  , que de fruits de mer. Les mêmes résidents ont reçu des doses plus élevées de leurs produits terrestres que certaines populations consommatrices de produits de la mer vivant à proximité de pipelines nucléaires rejetant des déchets liquides dans la mer.

Compte tenu des preuves disponibles de l’étude West Wales, il est logique de proposer que la même chose s’applique dans ce cas.

Les premières recherches sur ce sujet au Royaume-Uni ont été lancées par l’industrie nucléaire et les gouvernements pro-nucléaires, agissant par l’intermédiaire de l’Agence britannique de l’énergie atomique (UKAEA). À la fin des années 1970 et au début des années 80, l’agence a étudié le transfert mer-terre des plutonium émetteurs alpha (Pu) 238, 239 et 240 et de l’américium (Am) 241, ainsi que des césiums émetteurs bêta (Cs) 134 et 137, la côte de Cumbrie près de Sellafield.

Les travaux de l’UKAEA ont confirmé que les cinq radionucléides étudiés passaient facilement de la mer à la terre par vents de terre. Lorsque la vitesse du vent était inférieure à 10 mètres par seconde (22 mi / h), le césium était enrichi en aérosols et en aérosols marins avec un facteur d’enrichissement (FE) d’environ 2.

vaporisateur marin terry robinson

Les effluents radioactifs des centrales nucléaires sont transférés de la mer vers la terre dans des aérosols marins et des aérosols marins. (Photo: Terry Robinson.)

Cependant, le plutonium émetteur alpha et l’américium présentaient des FE allant jusqu’à 800 par rapport à l’eau de mer filtrée. Les émetteurs alpha étaient associés (par Ad-sorbtion)  à des microparticules de matières sédimentaires et organiques en suspension dans la colonne d’eau marine et rejetés dans l’atmosphère, sous forme d’aérosols, par l’éclatement de bulles en mer et sur la ligne de surf.

Cependant, une fois que le transfert des émetteurs alpha enrichis massivement entre mer et terre a été confirmé, ces études ont été rapidement abandonnées et pratiquement aucune étude de terrain empirique sur l’ampleur de la pénétration dans les terres des pulvérisations et des aérosols et des doses et voies d’exposition humaines n’a sources « officielles ».

En outre, parmi les plus de 70 radionucléides connus pour être rejetés en mer depuis des sites nucléaires britanniques, seuls les cinq radionucléides nommés ont déjà fait l’objet de recherches pour leur potentiel de transfert de la mer à la terre.

Je ne doute pas qu’il s’agisse d’un phénomène mondial et que les divers mécanismes de transfert de mer à terre ne soient pas uniques au Royaume-Uni. Cependant, j’ai observé que la littérature scientifique sur le sujet semble se limiter aux travaux de chercheurs britanniques officiels (pro-nucléaires) et indépendants (non alignés) et qu’à ce jour, aucune autre source de recherche de ce type n’a été identifiée. .

Le gouvernement du Royaume-Uni, un certain nombre de ses ministères et ses agences de réglementation de l’environnement sont conscients des préoccupations évoquées ci-dessus, mais semblent préférer une dissimulation plutôt qu’une discussion ouverte. La recherche britannique elle-même a pris fin quelques années après sa création et, couplée à l’absence de recherche similaire dans d’autres « États nucléaires », je suppose que la communauté nucléaire internationale n’a aucun intérêt à promouvoir de tels travaux et est heureuse de voir toute la question marginalisée et minimisée.

Tim Deere-Jones a fait ses études au département d’études maritimes de l’Université de Cardiff (Pays de Galles), où son mémoire de recherche portait sur le transfert des polluants marins entre mer et terre. Il travaille depuis 1983 en tant que chercheur et consultant «non aligné» sur la pollution marine et a collaboré avec de grandes ONG et groupes de campagne au Royaume-Uni, en Europe, aux États-Unis et en Australie. Tim s’intéresse particulièrement au comportement et au devenir de la radioactivité anthropique rejetée / déversée dans les environnements marins.

Lire le rapport complet de Tim avec les citations ici.

Photo de titre par Les Chatfield pour Creative Commons / Flickr

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.