Oct 23 2014

Notre-Dame-des-Landes : y-a-t-il eu un fichage des journalistes ?

acipa-logoDelphine Batho a révélé l’existence d’une liste diffusée aux ministres, qui classerait les journalistes en fonction de leur position supposée sur le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.  23-10-2014

 

« Anti », « neutre » ou « pour » ? Dans son livre « Insoumise », paru le 13 octobre dernier, l’ancienne ministre PS de l’Ecologie du gouvernement Ayrault, Delphine Batho, évoque une liste qui classerait les journalistes et les médias en trois catégories, selon leur position supposée vis-à-vis du projet contesté d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes.

Des révélations qui ont indigné le Club de la presse de Nantes-Atlantique, qui exige des explications. « Durant ces dernières années, nous avons tous travaillé sur le dossier de Notre-Dame-des-Landes en tant que professionnels de l’information. Nous sommes donc tous potentiellement concernés par cette liste », s’insurge l’association.

Jean-Marc Ayrault « pas au courant »
Classer des journalistes et des médias dans des ‘catégories d’opinions supposées'[…] est un affront à notre indépendance, notre professionnalisme et notre neutralité », poursuit l’association.

Cette liste existe-t-elle vraiment ? Quelles techniques de surveillance et de collecte d’informations auraient été utilisées ? Voilà les questions que pose le Club de la presse de Nantes-Atlantique à Manuel Valls, mais aussi à l’ancien Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

Ce dernier a assuré au quotidien « Presse-Océan« , jeudi 23 octobre :

Je n’ai pas eu connaissance d’un tel document. »

Delphine Batho avait pourtant assuré que cette liste avait été « diffusée lors d’une réunion interministérielle », alors que Jean-Marc Ayrault était encore chef du gouvernement.

Une « affaire d’Etat »

Dans une interview accordée au « Télégramme », elle souligne d’ailleurs que « le sujet de Notre-Dame-des-Landes était si sensible qu’il était directement géré par Matignon ».

C’était devenu une sorte d’affaire d’État. Tout d’abord en raison de la contestation qui se développait, et aussi parce que c’était le fief du Premier ministre », déclare-t-elle. 

Selon l’ancienne ministre de l’Ecologie, cette liste aurait été distribuée dans le cadre de la préparation de la stratégie de communication du gouvernement au sujet de Notre-Dame-des-Landes. 

Y assistaient tous les conseillers des ministres concernés. »

L’ancienne ministre du gouvernement Ayrault a, en outre, déclaré qu’elle possédait encore un exemplaire de cette liste… La consulter permettrait sans doute de lever le voile et de savoir si, finalement, les journalistes nantais ont bien été espionnés par le gouvernement.

Julia Mourri

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20141023.OBS2997/notre-dame-des-landes-y-a-t-il-eu-un-fichage-des-journalistes.html